AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Cours 1 : Introduction

Aller en bas 
AuteurMessage
Isaak Andrews
Nouveau Lutin

avatar

Nombre de messages : 9
<b>Maison</b> : <span style="color: Teal;">Serdaigle</span>
Date d'inscription : 03/03/2008

Livre du Personnage
Humeur:
1/1  (1/1)
Animal: Chat
Bloc Notes:

MessageSujet: Cours 1 : Introduction   Dim 9 Mar - 17:05

La salle de classe. Vaste, garnie de tables à deux en rangées, éclairée par la lumière du jour qui pénètre par les nombreuses fenêtres bordant le mur face à la porte d’entrée. À l’arrière, des armoires closes et gardées ainsi closes par quelques cadenas magiques.
Il était relativement tôt, quelque chose comme « le premier cours de la journée », et la pièce était plongée dans le silence, ou presque, si ce n’est le bruit du frottement des poils de la queue d’un chat contre le rebord d’un tabouret de bois posé au devant de la salle dans le coin gauche près d’une la fenêtre. Le son était à peine perceptible mais pourtant, il était.
Ce chat s’appelle Edgar, comme Edgar Allan Poe et nul autre que. Assis sur son trône, le félin observait de ses yeux dorés cette pièce dans laquelle il se trouvait depuis de longues minutes déjà. Il est très patient, le temps ne l’effraie point, et vous non plus. Lorsque vous entrerez, il est possible que vous croyiez à un bibelot rayé noir et gris-bleu, ou encore à un chat empailler, tant son immobilité sera parfaite mais, si vous osez fixer plus attentivement, peut-être apercevrez-vous le mouvement microscopique de ses fins iris noirs.
Peut-être vous attendait-il…

Quelques étages plus bas, le nez surmonté de ses énormes lunettes, Isaak était plongé dans un livre quasiment aussi gros que la boite des bottes qu’il avait achetées la veille. Et ce livre était tellement vieux qu’il était impossible de déchiffrer ce que racontait sa couverture. Un avertissement peut-être? Attention ne lisez pas ceci, vous risquez de ne pas en sortir vivant. Ou encore : risques d’indigestion cervicale.
Isaak jeta un nouveau regard nerveux vers l’horloge, ce gros œil qui faisait peser sur lui toute la lourdeur de son retard pressenti.

Encore trois minutes.

Et je précise : avant le début du cours. Cela faisait combien de temps déjà, qu’il se débattait avec tous ces mots pour ne pas s’y noyer? Quelque chose comme… sept ou huit heures, il ne comptait plus depuis que l’horloge lui avait révélé qu’il avait malencontreusement omit de dormir. Oops.
Nouveau regard furtif vers l’œil à aiguilles…

Une minute…

Sans détacher ses yeux des pages jaunies, Isaak souleva son postérieur de sa chaise, mouvement qui ne s’avéra pas indolore, puis, finalement, après avoir jeté un nouveau coup d’œil à l’horloge, ferma d’un geste sec et même violent, le gros, très gros livre.
Ce ne fut qu’alors qu’il constata à quel point sa situation était pathétique et critique. Il était en retard de deux minutes et quinze secondes, n’avait pas dormit et n’avait à peu près rien préparé pour son… premier cours. Cette pensée le fit déglutir difficilement. Maladroitement, il tenta d’ajuster sa chemise le mieux possible et enfila son veston vert forêt, qu’il avait laissé sur le dossier de sa chaise, et dépoussiéra son pantalon noir fripé. Une fois les binocles bien à l’abri des regards dans son porte-documents et une fois ce dernier sous son bras, il entreprit la pénible tâche de transporter le livre, LE livre.
Non pas sans avoir gravement grimacer d’effort, il parvint à le hisser dans ses mains. Quelle idée vraiment, d’avoir oublié sa baguette sur son bureau, précisément dans le porte-crayons, quelle idée de génie… Bravo Isaak, bravo… Et maintenant, crève donc! Ta mère en aurait le cœur net, plus d’inquiétude!

C’est à peine si la terre ne tremblait pas sous ses pas de mastodonte. Les jambes entre-ouvertes, le dos courbé, le livre pendant au bout de ses bras engourdis, Isaak avançait péniblement, le visage crispé par la force que cette tâche « surIsaak » demandait. Et QUELLE idée aussi, d’avoir choisit pour lieu d’étude la salle des professeurs!

Le premier escalier ne fut pas si pire, il parvint au premier étage pas trop essoufflé. Vint ensuite le deuxième escalier et alors, Isaak dut s’interrompre à mi-chemin pour reprendre son fragile souffle.

"Aller mon vieux, si t’es pour crever, fais-le au moins au haut ou au bas d’un escalier, ca risque de faire moins mal."

En se hissant dans le troisième escalier, il commença à entendre l’air siffler faiblement en pénétrant dans ses bronches étrécies. Il continua et vacilla dans les couloirs du troisième étage un peu à la manière d’un ivrogne, mais sans l’ivresse.

Et alors qu’Isaak se mourrait quelque part dans l’enceinte de l’école, Edgar observait de ses yeux globuleux et inexpressifs les élèves entrer. Il ne pensait à rien.

Isaak lui, se disait qu’il s’échouerait comme une baleine sur la plage, qu’il deviendrait fou avant de mourir parce qu’il n’arrivait plus à respirer, du moins à peine, ca faisait un drôle de petit bruit… Oh! Évidemment! Son cocktail de potions! Avec tout ça, il l’avait complètement oublié!
Bon alors, c’était inévitable, cette journée serait sa dernière sur cette Terre. Quelle chance ils avaient, ces étudiants…
Cette pensée fut vitale. Ces étudiants… Que feraient-ils sans un Isaak Andrews pour les fouetter un peu! Il fallait au moins survivre, c’était la moindre des choses, non? Bref, c’est avec une force renouvelée et motivée par un sentiment du devoir qu’Isaak entreprit de venir à bout du dernier escalier.
L’horloge disait alors : Neuf minutes et onze secondes de retard.

[Je vous invite dès maintenant à poster votre arrivée en cours! Rappel : Le prof n'est pas arrivé. ^^' ]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Pamela O'Brian
| Elève de 5° Année |
avatar

Féminin Nombre de messages : 16
Age : 24
Localisation : ...Partout ... Nulle part ...
Poste : Étudiante
Humeur : Excentrique ( comme d\'habitude =) )
<b>Maison</b> : <span style="color: rgb(204, 51, 0);">Gryffondor</span>
<b>Préfère les Designs</b> : Flashy
Date d'inscription : 06/02/2008

Livre du Personnage
Humeur:
10/10  (10/10)
Animal: Chat
Bloc Notes:
MessageSujet: Re: Cours 1 : Introduction   Dim 9 Mar - 18:20

* Ça va, je ne suis pas en retard * pensa Pumisty en regardant l'horloge alors qu'elle passait le dernier couloir pour arriver à sa classe d'histoire de la magie ...

Soulagée, elle ralentit un peu. Elle chantonnait la balade que sa mère lui chantait pour qu'elle dorme ... et soudain, elle se mit à rire ... Un gros fou rire. Quelques élèves qui passaient par là durent se demander si elle n'était pas devenue completement folle. Elle était à moitié étalée au sol, riant comme jamais elle n'avait rit. Le bout de ses longues bottes noires grinçant contre le parquet du couloir.. Sa robe noire trainant dans la poussière. Puis on connut la raison de cet éclat... Elle retira son chapeau, et d'une manière peu sévère, elle s'écria.


- Naaaaaan .... AAAAHHHH ARRRÊTEEEEEE !!!!! FEANOR !!!!! ARRÊTE !!! PAR PITIÉ !!! HAHAHAHA !!!

Oui effectivement, le petit chat n'avait rien fait de mal, mais en dessous du chapeau et à l'entente de la ballade, il s'était mit à ronronner, ce qui avait immédiatement entraîner des guilis sur le crâne de la jeune Irlandaise ... FIN DE L'EXPLICATION Razz... Le petit chat, riant intérieurement, arrêta de ronronner, et Pumisty put enfin se remettre debout, époustant à quelques endroits sa robe noire pleine de poussière !! Elle remit son chapeau, laissant Feanor à l'intérieur... Celui-ci, pas décourager le moins du monde, souleva le devant encore une fois, pour observer les alentours. La jeune Irlandaise arriva dans la salle de classe déserte ... Tiens, où était le professeur ??? Pas grave, se dit-elle, elle allait quand même prendre place dans la pièce. Elle s'installa à une table pas trop loin du tableau, mais pas trop près également ... Quelques minutes plus tard, s'ennuyant à mourir, lle décida de rompre la soit-disant gève avec Feanor et le sortit de son chapeau pour le laisser courir sur sa table. Ses petites jambes terminant par de grosses et KROS MEUGNONNES pattes, couraient à présent sur le bureau avec légéreté. Défois sa petite tête, trop mignonne, venait près du visage de Pumisty et Feanor lui donnait un bisou sur le bout du nez ... Il était vraiment adorable, conclut-elle !!

- T'ES KRO MEUGNON !!! cria-t-elle...


Dernière édition par Pamela O'Brian le Dim 9 Mar - 18:35, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ariel Landon
| Elève de 7° Année |
Batteur
| Elève de 7° Année |Batteur
avatar

Masculin Nombre de messages : 159
Age : 27
Localisation : Avec Serpy n__n
Poste : Serpentard 100 %
Humeur : Massacrante
<b>Maison</b> : <span style="color: SeaGreen;">Serpentard</span>
<b>Surnom de Lutin</b> : La p'tite Sirène
<b>Préfère les Designs</b> : Mignon
<b>Quidditch</b> : Batteur
Date d'inscription : 05/03/2008

Livre du Personnage
Humeur:
10/10  (10/10)
Animal: Serpent
Bloc Notes:
MessageSujet: Re: Cours 1 : Introduction   Dim 9 Mar - 18:31

[Seconnnnd^^]

Quand Ariel Landon jeta un coup d'oeil sur l'horaire de sa journée, le grognement d'ennui qu'il poussa pu se faire entendre dans tout le dortoir des serpentard... Et pour une fois, ce fut lui qui réveilla tout le monde et pas le contraire. D'ailleurs, plusieurs enguelades entre mecs plus tard, un élève frustré sortait de sa salle commune avec un horaire plié en quatre dans la poche de son pantalon. Pff, nah mais oh, ce qu'ils étaient chiants ces collocataires!!! On pouvait plus respirer en paix nah? Et pis, il avait fait que grogner! C'était pas comme CERTAINES PERSONNES qui passaient leur temps à ronfler! Ça devrait être interdit de ronfler comme ça, on aurait dit le bruit d'une trompette! Si ça se trouve, le ronflement de ce crétin réveillait tous les serpentards au grand complet! Ouais, c'est certain qu'Ariel aurait pu simplement utiliser un sortillège de silence et arrêter de râler pour rien, mais bon, il avait la flemme de se lever pour aller chercher sa baguette...

Bref, le serpentard se rendit en maugréant jusqu'à la grande salle où il s'assit avec une moue à sa table, remarquant qu'il n'y avait quasiment personne de levé. Bah, c'était pas de sa faute s'il arrivait jamais à dormir le matin... Et pis de toute façon, Ariel aimait pas les foules. Alors moins y'avait de monde, mieux s'était. Il se pencha sur les trucs qu'il y avait sur la table et piocha dans le plat de danoises avant de piquer un peu de patates. Tout en mangeant, Ariel revérifia son horaire et poussa un soupir. Purée, il devait vraiment commencer en histoire??? P'tain... C'est que ce cour était vraiment emmerdant! Le serpentard mâcha pensivement sa danoise tout en se rappelant d'une conversation qu'il avait entendu à la bibliothèque quelques jours plus tôt. Apparemment, il y avait un nouveau prof... Bah, tout pour se débarasser de la loque qui servant de professeur auparavant, nah mais merlin, quelle pitié!

Le serpentard sentit bientôt un regard inquisiteur sur sa personne et les doigts qui maintenaient sa fourchette se crispèrent. Il attendit quelques secondes, laissant le temps à l'intru de décamper, mais celui-ci semblait très enclin à continuer de le fixer comme un demeuré. Et donc, l'élève de mauvais poil se retourna en jetant un regard frigide au serpentard qui devait être en troisième ou deuxième année. Celui-ci fixait sa fourchette et son couteau qui coupaient la danoise avec un mili sourire. Ariel haussa un sourcil parfaitement taillé avant de lancer sur un ton des plus bête :

"Y'a un 'blem?"

Le jeune serpentard qui ne connaissait apparemment pas du tout Ariel releva les yeux vers son visage, son sourire narquois toujours présent. Merlin, un p'tit prétencieux... Et merlin, pas moyen de manger en paix sur cette fichue table? Bientôt, en remarquant l'air carrément tueur de son aîné, l'élève perdit son sourire et prit un air un peu vert.

"Bah eu... Tu... Tu manges une danoise avec une fourchette..."

Ariel resta silencieux un long moment, continuant de transpercer le pauvre petit élève d'un regard glacial. Le pauvre devait se sentir au pôle nord, car il rammena nerveusement son uniforme contre son corps.

"... Et alors? Je bouffes comme je veux morveux, maintenant décampes avant que je te plante ma fourchette dans le cul."

Le petit ne se le fit pas dire deux fois et décampa vers la sortie, oubliant apparemment qu'il n'avait pas encore mangé. Nah mais merlin, quelle pitié! Le serpentard retourna à sa danoise, pestant contre cette journée qui devenait de plus en plus nulle et morose. Une fois son repas terminé, il se leva en s'étirant, ignorant quelques regards des autres tables presque vides. Ariel quitta la grande salle d'un pas vif, se grattant la nuque et tapant le sol de ses converses vertes menthe. Il croisa un Poufsouffle et lui fonça dedans sans retenue, faisant comme s'il n'était pas là. L'élève se frotta l'épaule sans oser rien dire, reconnaissant Ariel de sa réputation d'emmerdeur. Le serpentard se dirrigea vers sa salle de cour, traînant des feuilles de parchemin, de l'encre et des plumes ainsi qu'un bouquin d'histoire. Décidément, il avait vraiment pas envie d'assister à ce cour... Mais bon, fallait bien qu'il se pointe s'il voulait pas couler son année. Et pis tout de suite après, y'avait cour de potion.

À cette pensée, le serpentard sourit et se mit à rêver à son prochain cour, se demandant avec une curiositée presqu'enfantine quelle potion leur professeur allait leur faire faire. Arrivé devant la porte du cour, Ariel la poussa sans se soucier de sa brusquerie et ne remarqua pas du tout la présence d'une nana dans le cour. Tout en haussant les épaules, il alla se placer au fond de la classe en déposant ses cahiers sur la table. Il s'assit et posa ses pieds sur la dite table, se perdant dans ses pensées. Alors qu'il réfléchissait, l'autre élève fit un boucan du diable. D'ailleurs, elle le surpris vachement avec son 'T'ES TROP MEUGNON' et il tomba de sa chaise sous le choc. Tout en se relevant, l'élève lança un regard meutrier à la fille sotte qui venait de l'humilier.

"P'tain, gueule pas comme ça s'pèce de dingue!"

à ses mots, l'élève se rassit en se frottant le derrière, tuant la jeune fille d'un regard noir. Il remit ses pieds sur la table en attendant impatiemment que le fichu prof se rammène la fraise, pensant en maugréant que ce cour commençait vraiment d'une façon merline.

EDIT :: (Et v'la m'sieur le professeur, j'ai modifié ^^)

_________________



Gracieusetée de Janvier *poutou*


Dernière édition par Ariel Landon le Dim 9 Mar - 19:47, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Joel Blackburn
| Elève de 6° Année |
avatar

Nombre de messages : 5
Humeur : ...
<b>Maison</b> : <span style="color: Orange;">Poufsouffle</span>
Date d'inscription : 01/03/2008

Livre du Personnage
Humeur:
1/1  (1/1)
Animal: Chat
Bloc Notes:
MessageSujet: Re: Cours 1 : Introduction   Dim 9 Mar - 19:38

-Cool.

Il était tôt et Joel était seul avec Louis, face à un miroir large dans les douches, mais sans l’eau. Sinon Louis n’y serait pas. Évidemment!

-Pas cool.

Joel avait autour de sa taille une serviette blanche, c’est tout. Ses cheveux mouillés dégoulinaient sur sa peau blême mise à nu, mais il s’en fichait, ce qu’il avait devant lui était bien trop…

-Cool.

C’était Louis, qu’il tenait dans ses mains, et qui portait les lunettes teintées d’aviateur de Joel. Le pauvre chat était mou comme une poupée entre les doigts de son maître, visiblement habitué à subir ce type de traitement.

-Pas cool.

Joel présentait Louis devant le miroir, avec les verres fumés, et déclarait « Cool. » Puis il baissait Louis et alors se regardait lui et déclarait « Pas cool. » Il faisait ça depuis quelques minutes déjà, tout à fait sérieux, carrément dans sa bulle.

-Cool.

Il retira finalement les lunettes à Louis et les plaça plutôt sur ses yeux à lui. Il laissa tomber le chat par terre, simplement en ouvrant d’un coup ses bras, et le chat déguerpit vite fait hors des douches. Joel n’y porta pas attention, en pleine admiration de sa personne.

-Oh yeah…

Il croisa ses bras sur son maigrelet de torse et éleva le menton en adoptant une attitude vraiment trop cool.

-Mec, t’es trop toi. You’re too much, man.

Il posa alors ses mains sur ses hanches et porta son poids sur sa jambe droite, se déhanchant, et pencha la tête sur le même côté.

-I know, I know…

Il fit volte-face, s’adressant secrètement derrière ses verres un clin d’œil, et retourna vers les vêtements qu’il avait laissés dans une cabine d’habillage. Il s’habilla, sans se séparer de ses lunettes, et sortit des douches, sac à bandoulière sur l’épaule, cheveux encore humides, t-shirt jaune et jeans délavés et troués sous la fesse droite, le tout sous sa robe de sorcier ouverte.

Joel savait où il s’en allait et y arriva vite fait. Histoire de la magie! Juste avant d’entrer dans la salle de classe, il repéra Louis dans le couloir, assis sagement entrain de se laver en passant sa patte sur sa tête. Joel lui adressa une grimace puis pénétra dans la pièce.
Déjà une fille et un garçon étaient arrivés. Le poufsouffle retira ses lunettes et les fixa au col de son vieux t-shirt par l’une des extrémités de la monture. Il choisit, après réflexion, une place près d’une fenêtre dans le deuxième rang. Son sac posé par terre, Joel attendit ensuite en observant d’un drôle le chat. Louis n’assistait pas aux cours, ça l’ennuyait, et puis pourquoi assister aux cours si c’était pas obligatoire? Ce chat était franchement étrange… Et ce prof était franchement en retard. Joel posa sa tête sur la table, sur le côté gauche, et attendit, parce qu’il n’y avait rien d’autre à faire.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Corentin Diffot
| Elève de 7° Année |
avatar

Masculin Nombre de messages : 174
Age : 23
Localisation : Quelque part ...
Humeur : Pas envie te voir
<b>Maison</b> : <span style="color: Teal;">Serdaigle</span>
<b>Surnom de Lutin</b> : Compote de Pommes
<b>Préfère les Designs</b> : Potterien
Date d'inscription : 27/12/2007

Livre du Personnage
Humeur:
10/10  (10/10)
Animal: Aucun
Bloc Notes:
MessageSujet: Re: Cours 1 : Introduction   Mer 12 Mar - 0:28

Personne..Oui personne...Pourquoi n'y avait-il personne dans la grande salle d'ordinaire bondée Oo...Peu importe, les elfes connaissant bien le serdaigle avait fait apparaitre du pudding avec un chocolat chaude et, Tadaam! Des tartines de nutella !! Cependant, Corentin fut naturellement déçu de ne pas voir sa petite amie répondant au nom d'Evanna.Mais bon, dans la vie on ne peut pas tout avoir.
Après avoir bien macher puis avaler ses tartines et son pudding, et avoir ressenti son chocolat chaud lui brulé l'oesophage, Mr Diffot se leva et sortit de la grande salle, se dirigeant vers son prochain cours, histoire de la magie...
-Merlin!!!
fut le cri qui retentit dans le hall d'enter quand le jeune Sedaigle consultat ce qui était sa montre... A peu près dix minutes de retard...T-T...C'est donc pour cela que notre chèr Serdaigles coura dans l'ecalier, ses cheveux voletant derrière lui, il failli percuter un prof essayant de monter un livre gros comme le monde au bout de ses bras, surement un nouveau prof, vu que son nom échappa a Corentin...
Mais trêve de bavardage, il arrivait enfin devant la porte de cours d'histoire de la magie, il toqua et entra, un petit sourire discret au lèvre qui se remplaça vite par un air de surprise.
En effet, pas de profs, et seulement quelques élèves.comme a son habitude, le cours d'histoire de la magie n'était guère remplie...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dominic Bastien
| Elève de 7° Année |
avatar

Féminin Nombre de messages : 23
Age : 27
Humeur : Euphorique et enthousiaste à plein, comme d'habitude xD
<b>Maison</b> : <span style="color: Orange;">Poufsouffle</span>
<b>Surnom de Lutin</b> : DomDom
<b>Préfère les Designs</b> : Mignon
Date d'inscription : 11/03/2008

Livre du Personnage
Humeur:
10/10  (10/10)
Animal: Aucun
Bloc Notes:
MessageSujet: Re: Cours 1 : Introduction   Jeu 13 Mar - 5:24

Drinnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnng!

-Mais qu’est-ce que…..ZzZZzzZZzZzZZz…

DRIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIINNNNNNNNNNNNNNNNNNNNNNNNNGGGGGGGG!!

-Hein? C’est quoi ce….ZzzZZzzZzzz…

Cela faisait bien plus d’une heure que ce manège se poursuivait sans cesse… Le réveil donnait tout son cœur dans la sonnerie pour faire bouger ce grand flan mou... Ça marchait, mais avant même d’avoir fini sa phrase, l’élève de septième année se rendormait, la bouche entrouverte et avec même un filet de bave s’en échappant… Bref, rien de très glorieux… Son corps était plus ou moins sur le matelas… En effet, sa tête touchait le sol, sa gorge était en direction du plafond alors que son dos se faisait carrément casser en son milieu et ses fesses, elles, étaient confortablement installées sur le matelas moelleux. Chanceuses. Allez savoir pourquoi, il dût faire un faux mouvement dans son sommeil… On entendit un craquement inquiétant, puis le silence… Et finalement un hurlement de douleur.

-KYAAAAAAAAA!! Ce que ça fait mal! T_____T

Bon, ça y est, le jeune homme était enfin réveillé. Son regard se posa sur le cadran. OH MON DIEU! Il était… Parfaitement à l’heure, comme d’habitude! Merveilleux! Dominic se laissa glisser de sa drôle de position jusqu’au plancher où il resta en équilibre sur la tête quelques minutes avant que la loi de la gravité ne reprenne ses droits et qu’il s’écrase à terre.

-Aïe ._____.

Le Pouffy se releva et se dirigea d’un pas traînant vers la salle de bain où il prit une douche bien chaude… Il en ressortit la peau presque brûlée, mais quelle importance? Il enfila rapidement ses vêtements très simples, mit ses quelques babioles qu’il portait sans cesse, ses espadrilles délavées et finalement sa robe de sorcier entrouverte par-dessus. Son entrain habituel revint lorsqu’une agréable pensée lui vint en tête… Réveil= Petit Déjeuner… Petit-Déjeuner= miam-miam… Miam-miam=…SUCRE! Un sourire béat apparut sur son visage alors que son pas se pressait… Descendant les escaliers, il se frotta les mains, savourant déjà le festin qui l’attendait probablement depuis un moment, les yeux voilés de désir… Ça y est, il était reparti dans son petit univers mental…

-Gnéhéhéhéhé! Sucre... Sucreeeeeeeee… Mon précieux….. *______*

Ses petits petons, alias ses pieds, connaissaient le chemin de la Grande Salle par cœur… Quand même, ça fait un petit moment qu’il fait ce trajet en bavant pour avoir son quota de sucre… Quoiqu’il en soit, Dominic ne vit nullement la collision qui allait avoir lieu dans 5…4… 3…2…1…PAF! Pop, fut le bruit que son esprit laissa échapper lorsqu’il ressortit de sa bulle… Dominic se mit à dévisager l’espèce de méchant qui lui avait foncé dedans , avait menacé de le faire s’écraser par terre devant tout le monde encore une fois et reconnut alors Ariel Landon. Ce dernier ne s’était pas rendu compte de qui il avait percuté apparemment… Sa main sur l’épaule, le blondinet laissa alors échapper un gémissement et se jeta sur le sol pour s’y rouler, agonisant de douleur, mais extrêmement criante de vérité… Ou criante tout court en fait… Après quelques spasmes, il ouvrit un œil et se rendit compte…QU’IL N’Y AVAIT PLUS PERSONNE! T____T Cette fois-ci de vraies larmes coulèrent abondamment sur ses joues et un reniflement plus tard, il réussit à articuler de sa voix où la sourdine était brisée depuis longtemps…

-DAHHHHHHHHHHHH! CE QUE TU ES CRUEL RIRICHIPOUNET! T_______________________________T Mais je t’aime bien quand même ^^

Après cette scène ô combien tragique, Dominic pénétra finalement dans la Grande Salle, engloutit en vitesse son repas, ce n’est pas pour rien qu’on le surnommait « aspirateur de table ». Le ventre bien plein, le jeune homme glissa une main dans la poche de sa robe de sorcier pour en sortir un papier tout chiffonné… Bref, l’horaire de ses cours qui n’avait pas une existence des plus faciles xD Son œil tomba ensuite sur sa montre…Super, l’adolescent avait encore bien du temps avant que son cours d’histoire de la magie ne commence… Néanmoins, étant très ponctuel, ses petits petons se remirent en route et regrimpèrent les escaliers… Mais qui donc avait laissé une coulée de bave dans les marches?! C’était d’une saleté et d’une impolitesse!


Après un moment, alors que son objectif était presque atteint, Dominic aperçut un bien drôle de personnage… Dos courbé, jambes écartées et qui semblait porter un truc extrêmement lourd…L’hyperactif s’approcha et le dépassa en le dévisageant fortement,, lui faisant même une grimage pour tenter de lui redonner le sourire, avant de s’arrêter et de revenir à reculons pour marcher à ses côtés. Lentement, mais bon, il avait encore le temps… Ce qu’il ne savait pas depuis le début c’est que sa montre avait près de dix minutes de retard…Enfin! Ça n’avait absolument aucune importance, non? XD Dominic pencha la tête sur le côté et souleva les mèches de cheveux qui dissimulaient le regard de l’homme en détresse et les retint ainsi un moment, ne réalisant pas qu’on ne faisait pas ce genre de trucs à des inconnus! XD


-Dis, tu ne voudrais pas un peu d’aide avec ce machin? Ça a l’air de peser autant qu’une pyramide d’éléphants!

Drôle de comparaison, je vous l’accorde, mais en même temps, elle vient de l’esprit de Dominic Bastien. Ça explique tout…

-Et puis, ça m’étonnerait qu’on me mette en retard parce que je me suis arrêté pour ….

Le garçon aux cheveux d’or prit alors appui sur la dernière rampe d’escalier avec son pied droit plus haut que le gauche, tendit un bras vers l’avant et replia le second vers l’arrière dans une pose typique de Super-héros xD


-Sauvez l’honneur d’un compatriote! (Musique de circonstance par les bons soins de DomDOM) Tanananaaaa! Nananaaaaaaaaaa! Tananaaaaaaaa! Nananaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaa! x3
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Isaak Andrews
Nouveau Lutin

avatar

Nombre de messages : 9
<b>Maison</b> : <span style="color: Teal;">Serdaigle</span>
Date d'inscription : 03/03/2008

Livre du Personnage
Humeur:
1/1  (1/1)
Animal: Chat
Bloc Notes:

MessageSujet: Re: Cours 1 : Introduction   Ven 14 Mar - 1:31

Ce garçon avait un gros point noir au beau milieu du visage. Ah ces étudiants… songea Isaak, ils n’ont vraiment plus rien dans la tête. Mais en vérité, alors qu’il se trouvait au haut de l’avant-dernière marche à escalader, immobile car sur le seuil de la mort, reprenant son souffle en espèce de goinfre d’oxygène, Isaak voyait des points noirs un peu partout. D’ailleurs, celui qu’il avait crut vidé de toute forme d’intelligence revint vers lui. Pas de chance, il a toujours eut du mal avec les gens pas intelligents.
Ah ben tient, finalement, il avait des yeux. Et une bouche et un nez, et tout le tralala! L’historien éleva son pied droit pour monter la dernière, dernière marche, mais s’arrêta de nouveau, abaissant la nuque. Encore un peu d’air ne lui ferait pas de tort. Cependant, il fut sorti de force, quoique doucement, de son immobilisme renouvelé, par une mèche de cheveux flottante, lui appartenant, qui plus est. Il releva du coup la tête et dévisagea le propriétaire des mots qui venaient de lui être adressés.

Sourcils froncés, regard parlant, dans le genre « pourquoi tu me parles espèce de zouave? », Isaak monta la dernière marche puis, d’un coup, laissa lourdement tomber son livre par terre en un bruit sourd et en un soulèvement assez important de poussière. Il se redressa aussitôt, mains sur les hanches, menton levé vers le plafond, paupières closes et bouche ouverte. De l’air, de l’air…
L’intermède ne s’éternisa cependant point. Il se retourna vers le dit-super héros.

-Très bien. Amenez ça dans la salle de classe du cours d’histoire.

Bref et direct, il n’y avait là, pas de temps à perdre. Pas de temps pour les remerciements non plus, cela viendrait… plus tard. Toujours un peu essoufflé, Isaak ne s’attarda pas davantage et continua son chemin, direction le cours qui déjà était amputé d’une dizaine de minutes.

Il poussa d’un geste vif la porte de la classe et, d’un pas rapide et allongé, se dirigea vers son bureau, jetant au passage qu’un bref regard aux étudiants. Des tables vides. Il dé-tes-te les tables vides. Isaak serra les dents.
Une fois assis derrière son bureau, il tira un tiroir du meuble, le referma vivement, en ouvrit une autre, le referma, visiblement à la recherche de quelque chose, qu’il finit par trouver en ouvrant le dernier tiroir, le quatrième. De vieilles craies blanches. Entre-temps, Edgar, une fois son maître assis, s’en était allé, sortant par la porte et disparaissant quelque part dans les couloirs d’un air fier. Et l’autre, le super-héros, ne devrait pas tarder, étant donné la courte distance qu’il lui restait à parcourir… Et puis qui sait, peut-être même savait-il voler, et faire exploser des murs d'un simple regard... Ouh la...

Au bout d’une minute, Isaak se leva et alla vers le tableau noir, une main dans la poche de son pantalon, l’autre tenant un morceau de craie. D’une coulante et élégante écriture il inscrivit son nom complet. Isaak Andrews. Il inscrivit en plus gros le titre du cours. Puis, il se retourna vers les élèves, balaya de son regard sévère les têtes qu’il s’imaginait vides, puis se racla la gorge et entama son discours d’une voix grave et d’un ton trahissant un certain ennui.

-Sachez que mon retard d’aujourd’hui ne se reproduira point, ne prenez donc pas pour acquis que les retards sont ici tolérés, vous le regretteriez. De plus, cette règle s’applique également aux travaux. En ce qui concerne ceux-ci, je tiens à préciser que je ne corrigerai pas les devoirs mal-propres et négligés. Les étudiants sont parfois moins stupides qu’ils en ont l’air, et les profs moins bêtes que vous ne souhaiteriez qu’ils ne le soient et donc, j’ajouterais que le plagiat, s’il y a lieu, sera sévèrement puni. Bref, j’exige un certain effort et une certaine démonstration de « bon-sens » de votre part, ne vous sous-estimez pas. Je ne le ferai point. Il soupira et reprit avec un tantinet plus d’entrain. Cela dit, nous commencerons aujourd’hui par une introduction en la matière qui nécessitera votre participation.

Il souligna le mot Histoire qu’il avait inscrit au tableau et ajouta ces mots en dessous :

« Connaissance et récit des événements du passé, des faits relatifs à l’évolution de l’humanité qui sont dignes ou jugés dignes de mémoire; les événements, les faits ainsi relatés. » (Le nouveau Petit Robert 2008)

-En d’autres mots, l’histoire est la mémoire de l’humanité. Rapidement, je veux que vous inscriviez sur un morceau de parchemin en quoi l’histoire est utile, ou à l’inverse, en quoi est-elle inutile. Je ne veux pas voir de « l’histoire c’est nul » ou autres imbécillités dans le genre. Justifiez vos affirmations, sinon elles ne valent rien. Un seul argument suffira. Quand vous aurez terminé, je veux voir votre parchemin sur mon bureau, avec votre nom inscrit dessus. Nous reviendrons ensuite sur la définition et la raison d’être de l’histoire.

Il retourna vers son bureau et prit place sur sa chaise, observant d'un oeil attentif les élèves se mettre à l'ouvrage.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dominic Bastien
| Elève de 7° Année |
avatar

Féminin Nombre de messages : 23
Age : 27
Humeur : Euphorique et enthousiaste à plein, comme d'habitude xD
<b>Maison</b> : <span style="color: Orange;">Poufsouffle</span>
<b>Surnom de Lutin</b> : DomDom
<b>Préfère les Designs</b> : Mignon
Date d'inscription : 11/03/2008

Livre du Personnage
Humeur:
10/10  (10/10)
Animal: Aucun
Bloc Notes:
MessageSujet: Re: Cours 1 : Introduction   Mar 18 Mar - 15:40

Après un réveil sec et soudain, pouvait-on tout de suite savoir à quoi ressemblerait le reste de la journée? Probable que tout se décide au moment même où on battait des cils pour la première fois de la matinée…Et puis peu après, il s’était carrément fait ignorer par Ariel… Cet espèce de sadique! Il ne s’était même pas arrêté alors que Dominic se tortillait sur le sol en agonisant. Quel insensible, non mais vraiment! Pour la peine, le blondinet se « vengerait » en le bombardant d’une affection latente plus tard dans la journée… Bref, dès qu’il le reverrait… Ririchipounet allait en baver… C’est sûr que le fait d’appeler quelqu’un Ririchipounet ne rendait pas vraiment Dominic effrayant ou même menaçant, mais bon, que voulez-vous que je vous dise? Chacun son domaine… .__.

Alors que le blaireau se dirigeait paisiblement vers son premier cours d’histoire de la magie, il rencontra un drôle de personnage et lui suggéra son aide, car le truc qu’il portait, semblait peser une tonne… À moins que ce soit l’homme qui soit trop vieux pour porter ce genre de truc… Ça pourrait être une option possible ça aussi… Après tout, on ne choisissait pas sa constitution, non? u__u

Après un gros Boum et un nuage de poussière épouvantable, Dominic discerna à nouveau le rouquin. Ce dernier semblait encore épuisé, mais accepta néanmoins son aide, ce qui fit sourire notre étudiant jusqu’aux oreilles. Du genre : Toujours content d’aider ! =D

L’homme à la chevelure flamboyante partit ensuite en direction de sa classe, laissant Bastien, là, avec son problème. Son regard se posa sur le livre énorme. Bah, ce serait une affaire de rien… Alors que le professeur rentrait en classe, lui se penchait pour agripper l’épais manuscrit. Ses yeux s’écartillèrent de surprise, il ne l’avait pas cru si lourd! Néanmoins, il réussit à le prendre et à le soulever de terre, ce qui était déjà un exploit en soi! Dominic opta pour la vitesse. Ce fut donc par petits pas rapides qu’il suivit l’enseignant, peinant lui aussi à transporter ce truc. Mais pourquoi avait-il fallu qu’il le prenne aussi pesant?! Néanmoins, quand il aperçut la classe au loin, Dominic fut tout pour reprendre sa démarche normale et un air paisible, comme si traîner cette chose n’avait nullement été un véritable supplice. Bref, personne ne put se douter de ce qu’il s’était réellement passé…xD

Peu de temps après, le Pouffy pénétra aussi dans la classe, avec son allure « normale et pas du tout suspecte » et alla déposer le livre sur le bureau de l’enseignant. Ce dernier était déjà dos à lui en train d’écrire au tableau. Dominic s’en alla vite fait bien fait s’asseoir près de…OHHHHH! Mais qui voilà-ti-pas! Riri d’amour! Et Ririchipounet pour les intimes xD Ou boulets dans le genre du blaireau .__. C’est d’un pas joyeux que notre blondinet alla rejoindre son ami de longue date et lui adressa un sourire tellement enthousiaste qu’il semblait étonnant pour le commun des mortels que ce mec ne se retrouve jamais avec des crampes de la mâchoire.


Monsieur Andrews : -Sachez que mon retard d’aujourd’hui ne se reproduira point, ne prenez donc pas pour acquis que les retards sont ici tolérés, vous le regretteriez. De plus, cette règle s’applique également aux travaux. En ce qui concerne ceux-ci, je tiens à préciser que je ne corrigerai pas les devoirs mal-propres et négligés. Les étudiants sont parfois moins stupides qu’ils en ont l’air, et les profs moins bêtes que vous ne souhaiteriez qu’ils ne le soient et donc, j’ajouterais que le plagiat, s’il y a lieu, sera sévèrement puni. Bref, j’exige un certain effort et une certaine démonstration de « bon-sens » de votre part, ne vous sous-estimez pas. Je ne le ferai point.

-Salut Ririchipounet! Tu vas bien?
Murmura-t-il au Serpentard qui avait l’air passablement énervé. Pourquoi? Allez savoir! De toute manière, Dominic le voyait souvent comme ça et s’y était fait depuis longtemps! ^^

Monsieur Andrews : Cela dit, nous commencerons aujourd’hui par une introduction en la matière qui nécessitera votre participation. En d’autres mots, l’histoire est la mémoire de l’humanité. Rapidement, je veux que vous inscriviez sur un morceau de parchemin en quoi l’histoire est utile, ou à l’inverse, en quoi est-elle inutile. Je ne veux pas voir de « l’histoire c’est nul » ou autres imbécillités dans le genre. Justifiez vos affirmations, sinon elles ne valent rien. Un seul argument suffira. Quand vous aurez terminé, je veux voir votre parchemin sur mon bureau, avec votre nom inscrit dessus. Nous reviendrons ensuite sur la définition et la raison d’être de l’histoire.

-Oua! Il commence dur le nouveau prof…
Glissa-t-il à Ariel, bien qu’il semble davantage l’avoir dit pour lui-même…

Néanmoins, Dominic sortit son parchemin, sa plume et son encre mauve pour les déposer sur sa table. Déjà, il semblait affligé… Qu’est-ce qu’il pourrait bien écrire?! Réfléchissant à ce cruel dilemme, son regard se promena d’élève en élève tandis que l’inspiration tardait à venir… Puis, bientôt, sa plume commença à tracer de timides arabesques sur le sujet…

(Que je dévoilerai au prochain cours! Bref, le temps d’y penser réellement xD)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Emma Natwick
| Elève de 5° Année |
avatar

Féminin Nombre de messages : 40
Age : 63
<b>Maison</b> : <span style="color: Teal;">Serdaigle</span>
Date d'inscription : 31/12/2007

Livre du Personnage
Humeur:
10/10  (10/10)
Animal: Aucun
Bloc Notes:
MessageSujet: Re: Cours 1 : Introduction   Mar 18 Mar - 23:18

C’était remplie d’une certaine appréhension que Saska s’était rendue au cours d’Histoire de la Magie. Un mélange d’attente, d’excitation et de déception anticipée avait, malgré toute sa bonne volonté, réussi à s’installer. Aujourd’hui, ils feraient face à un nouveau professeur. Aujourd’hui, elle ferait probablement face à un autre discours. Et ce n’était que la deuxième fois qu’elle allait écouter un adulte reconnu comme compétent leur parler de la perception que les sorciers avaient de l’histoire.

Quatre ans. Quatre petites années, quand elle y réfléchissait. Peut-être avait-elle trop attendu, avait-elle été trop enthousiasmée lorsqu’elle avait réalisé que, pour les sorciers, des éléments inconnus des moldus s’étaient jadis produits. Elle avait rapidement fait la comparaison, essayé d’en tirer un bilan provisoire ; il y avait des pans de l’Histoire qu’elle n’aurait jamais entendue si elle n’était pas née dans cette communauté, dans cette vie-ci ! C’était la preuve qu’au moins une communauté en savait plus que ce qui était habituellement dit, c'était la preuve, d'une certaine manière, qu'elle s'approchait d'une vérité. Mais, très vite, une révélation moins agréable l’avait frappée : de même que les « moldus », comme les sorciers les appelaient, prétendaient tout connaître, les sorciers se présentaient implicitement comme ayant la science infuse. De même qu’ils se cachaient aux yeux des moldus, il ne considérait pas possible que d’autres communautés se dérobent à leurs yeux. Ils reproduisaient les mêmes erreurs, et, par-là même, dénigraient ce que d’autres avaient pu vivre. C’était blessant, puisque, d’une certaine manière, c’était ignorer d’autres parties de l’Histoire en en mettant d’autres en avant. Les enfants. Saska pensaient aux enfants. À eux, sans vraiment s’y inclure, parce qu’elle n’avait jamais vraiment été avec eux. Sinon, elle serait partie de la même manière. Sinon, elle ne serait pas là. Ou alors, tout bonnement, elle ne se rappellerait pas.

Elle s’était néanmoins aperçut qu’elle voulait encore croire, espérer, ou, tout simplement, garder l’esprit ouvert. Chaque être humain savait des choses différentes, même dès ses plus jeunes années ; peut-être la personne qu’elle rencontrerait posséderait ce qui était capable de l’intéresser. Elle avait confiance.

Un premier imprévu vint retarder les choses. Le professeur n’était pas là lorsqu’elle rentra dans la salle. Etait-elle venue beaucoup trop en avance ? Il y avait déjà des élèves, mais peu ; y’avait-il un problème ? Après quelques secondes, elle se mit finalement en mouvement pour s’installer contre le mur, dans une rangée du milieu qu’elle ne calcula pas exactement. Quelques minutes et quelques élèves plus tard, leur nouveau professeur rentra dans la classe. Elle se sentait étrangement petite, maintenant, et ça n’était pas vraiment à son avantage. Discuter avec des personnes « de son âge », ou qui s’en approchaient, avait toujours été plus facile ; il ne se souciait pas de savoir si le corps et l’esprit se correspondait réellement. Ils avaient une tolérance et une ouverture beaucoup plus grande que ne le manifestaient les adultes en général ; peut-être était-ce à cause de ces morts prématurées qu’elle y échappait.

Saska trouve ses paroles légèrement agressives. Pas pour elle, non : elle s’inquiétait pour les plus jeunes. Qu’un professeur veuille asseoir son autorité, ou installer des règles, d’accord ; mais, peut-être parce qu’elle était une femme, elle considérait que les règles n’étaient pas antithétiques d’une certaine douceur. C’était dommage. Il commençait en insufflant une crainte, qui, parmi certains, ne disparaîtrait sans doute pas.

Passant au sujet de leur cours, Saska se serait attendue aux habituelles petites fiches qu’ils devaient remplir – un premier réel contact d’élève à professeur, jugeait-elle, qui était important. Non, au lieu de ça, après une définition qui la laissa pantoise marquée au tableau, ce fut un contact plus froid, plus professionnel, qui leur fut ordonné. Et elle se retrouva face à son carré de feuille blanche, l’esprit un peu rêveur.

« Mémoire », « dignes ou jugés dignes de mémoire »… quelque chose n’allait pas, et elle se retrouva contrainte de placer son propre cas pour déterminer ce qui la troublait. Et elle ? Et son histoire ? Pourquoi la sienne ne se raccordait à aucune de celles qu’on leur racontait ? Les être vivants d’avant avaient-ils eu si peur de ce qu’il s’était passé qu’ils avaient décidé de l’enfermer dans leurs mémoires, de l’entretenir sous forme de mythes confus et déformés qui s’étaient mélangés avec le temps ? Comme, par exemple, la première fois où quelqu’un lui avait parlé de dragons : elle avait à ce moment réalisé qu’elle savait leur existence sans en avoir auparavant pris conscience. Elle savait aussi qu’elle entendait par là autre chose que les images qu’on lui en avait montré ; elle savait que les dragons, tels qu’ils avaient été, ne se regardaient pas sur un point de vue d’espèces ou de races. Si la mémoire collective était défaillante, la sienne l’était aussi ; mais elle en avait au moins gardé quelques traces.

Il y avait des fois où elle aurait pu décider de baisser les bras, d’arrêter de s’offusquer en voyant les pans entiers de l’histoire qui avait été oubliés ou dénigrés. Elle avait vu les saccages, pour « récupérer » ce que les générations précédentes avaient construits et laissés, pour finalement régresser au lieu de progresser en considérant que tout ce qui était différent était forcément inférieur. Son histoire… ce qu’elle avait vu et ce qui l’avait effleurée représentaient quelque chose d’important, elle le savait. Elle ne prétendait pas non plus être celle qui ouvrirait la voie à l’humanité, non, bien loin de là. Son histoire douce-amère n’engageait que des dizaines de personnes, peut-être des centaines, dont On-dal faisait sans doute parti. Pour ces personnes-là, « un jour », il se passerait quelque chose. La confrontation serait alors sans doute douloureuse. Elle le savait sans comprendre d’où venait cette connaissance et même si, parfois, la patience s’effilait. Mais elle le savait, c’était là l’essentiel. C’était une chose précieuse et importante. Un rêve, une promesse. Un souhait. Un vœu. Ce qu’elle subissait ne pouvait pas être gratuit. Il y avait un but derrière.


  • L’histoire sert à conforter et à rassurer les hommes en leur donnant l’impression de savoir ce qu’ils étaient ? À leur insuffler que, parce qu’il y a un passé maîtrisable, connu, il y a un avenir. À leur faire croire qu’ils ne perdront pas pied.



Le discours – son discours ? réellement le sien ? elle le sentait cruellement impersonnel et étranger - lui paraissait bien pessimiste. Saska n’avait pourtant pas voulu le rendre ainsi ; elle aurait seulement souhaité dire, sans paraître vexante, que peut-être ne savait-il que le voile recouvrant la vérité, et qu’elle espérait qu’un jour, tout puisse être connu de tous.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://cassidy-b.livejournal.com/
Joel Blackburn
| Elève de 6° Année |
avatar

Nombre de messages : 5
Humeur : ...
<b>Maison</b> : <span style="color: Orange;">Poufsouffle</span>
Date d'inscription : 01/03/2008

Livre du Personnage
Humeur:
1/1  (1/1)
Animal: Chat
Bloc Notes:
MessageSujet: Re: Cours 1 : Introduction   Mer 19 Mar - 16:26

La salle de cours, lentement mais plus ou moins sûrement, s’était presque remplie. Joel lui, était demeuré quasiment immobile (il respirait encore), tête sur la table, mains pendantes de chaque côté de sa chaise, regard rivé au vide quelque part devant lui et esprits loin, ailleurs. Sur une petite planète en fait, une petite planète bleue, perdue quelque part dans l’espace, et sur laquelle Joel se tenait debout, lunettes bien en places, prêt à envoyer valser d’un coup de pied spatial à la ninja les quelconques météorites qui tenteraient quelques subtiles attaques qui soient.

Bon sang de bon soir, si ce prof ne se pointait pas bientôt, Joel serait irrécupérable. Là maintenant, il avait envie de biscuits avec un grand, très grand chocolat chaud dans une tasse très grosse. Ensuite, il danserait la valse avec Ebony Brooks sur le toit de l’école avec pour éclairage la lune sur fond de nuit bleu opaque. Non sérieux, elle était pas mal, la prof de géographie magique…

Et sur ces pensées toutes en formes et courbes, le professeur se décida à se montrer le bout du nez. Joel le suivit des yeux tant qu’il le put sans bouger la tête, puis finalement dut se résoudre à se redresser et à se tenir droit. C’est avec aux lèvres son éternel sourire, même lorsque invisible toujours là, ce sourire « mou », qui ne veut pas dire grand chose si ce n’est… « Joel » et qui a cette caractéristique de s’avérer assez difficilement déchiffrable. Enfin bref, il écouta donc ainsi le discours de ce sévère rouquin, dans le sens on ne peut difficilement plus roux, avec un air… cool imprégné sur son visage.
Joel observa un moment le professeur lorsqu’il se tut, puis ses yeux glissèrent lentement vers les mots inscrits au tableau. Mains à plat sur la table, le poufsouffle réfléchit une minute en fixant les mots, les reprenant dans sa tête un à un.
Finalement, il sortit de son sac parchemin, plume et encre. Il déboucha sa vieille bouteille d’encre et y trempa sa plume, pour aussitôt se mettre à écrire ces quelques mots…

L’histoire est utile si on dit qu’elle sert à mieux comprendre l’homme, et donc à mieux se comprendre, mais d’un autre côté est-ce que c’est vraiment utile de mieux comprendre l’homme?

En terminant sa phrase, Joel sourit, franchement amusé par ce qu’il venait de pondre, assez ennuyant et surtout, très peu représentatif de son opinion, qu’il n’était par ailleurs pas certain de connaître parfaitement, au contraire.
Prise deux. Joel barbouilla sur son parchemin ses mots et reprit.

L’histoire est inutile, elle n’est que la démonstration que malgré les erreurs passées, on ne tire pas vraiment de leçons!

Cette fois, ce fut la grimace qui marqua l’insatisfaction de Joel et surtout, le fait qu’il n’arrivait pas à trouver quelque chose qui ne soit vraiment, vraiment vrai. Il raya assez vigoureusement son deuxième essai et reprit, encore une fois, un peu plus bas sur son parchemin.
Prise trois!

L’histoire, c’est raconter les choses, et raconter les choses, ca permet de les revivre.

Joel songeait aux histoires, à ses histoires qu’il se racontait, qu’il vivait et qui transformait l’histoire du présent en une autre. Mais ces choses-là, ça ne s’explique pas clairement, alors il ne savait pas quoi écrire, alors il dessina une fusée avec une petite planète et un bonhomme allumette qui se tenait sur la tête dessus parce qu’il n’y avait pas autant de gravité sur cette planète-là.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Cours 1 : Introduction   

Revenir en haut Aller en bas
 
Cours 1 : Introduction
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Cours n°1 : Introduction à la Magie Noire
» Cours n°1 : Introduction à la Mythologie Grecque
» 1er cours de 3é année : L'introduction à la matière [Close]
» Cours n°1 : Introduction aux forces du Mal.
» cours de latin

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Mutinlutin Malinpesti :: ✖ CINQUIEME ETAGE ✖ :: • Cours-
Sauter vers: