AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 | Saenn Deynara | 100 %

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Saenn Deynara
| Elève de 6° Année |
avatar

Féminin Nombre de messages : 8
Age : 22
Localisation : Dans mon lit douillet, douillet, entourée de mes toutous adorés ! x')
Poste : Chiante de service alias Miss l'emmerdeuse.
Humeur : Toujours aussi folle. XD
<b>Maison</b> : <span style="color: SeaGreen;">Serpentard</span>
<b>Préfère les Designs</b> : Mignon
Date d'inscription : 05/02/2008

Livre du Personnage
Humeur:
5/5  (5/5)
Animal: Hibou/Chouette
Bloc Notes:
MessageSujet: | Saenn Deynara | 100 %   Sam 12 Avr - 22:06

xX Saenn Daynara Xx



    x Nom ~ Daynara
    x Prénom ~ Saenn (Eve)
    x Âge ~ 16 Ans
    x Année ~ 6° Année
    x Date de Naissance ~ 1954
    x Sexe ~ Féminin
    x Maison ~ Serpentard
    x Sang ~ Elle n'en sait rien mais beaucoup d'indice montre qu'elle a le sang pur. Qui sait ?

    x Baguette ~

    Assez rigide, sa baguette mesure 24,4 centimètres exactement, ce qui est assez court. Elle est en bois d'If, et contient une plume de phœnix. On lui attribuera des prédispositions pour la métamorphose, notamment.




    x Description physique ~

    Si un mot devait être choisit pour représenter le physique de Saenn, le vote serait sans aucun doute unanime sur le mot 'Animal'. Il est un fait, notre demoiselle ne fait jamais vraiment son âge, et possède un charme mystérieux. Mais concentrons-nous un peu plus sur les détails, et décrivons la demoiselle dans les règles de l'art :

    Commençons par parler de sa chevelure. Brillants comme de la soie, doux comme du velours, impossible d'ignorer leur longueur qui ne s'arrête non pas au bas de son dos, ni même au bas de ses hanches, mais à ses genoux même, dans un dégradé qui les découpent irrégulièrement. Mais le principal réside dans leur teinte qui n'en rajoute qu'à ses charmes, d'un rose délicat, qui se met à scintiller dès que la lumière vient à les frôler, les faisant paraître sûrement à tord parfaitement naturels. Mais ne croyez pas que les choses soient banales chez la jeune femme, bien loin de là, puisque ses yeux ne sont rien moins que vairons. Très légèrement, relevant presque du détail insignifiant, mais qui, une fois qu'on l'a remarqué, intrigue. Sont t'ils vraiment vairons ? Regardez bien... L'un se trouve être d'un ambre étincelant virant au doré sous l'effet des flammes sauvages ou du soleil caressant, révélant quelques pétillements d'un tendre brun chocolat, tandis que l'autre vient se révéler d'un vert calme et posé dans lequel il est aisé de plonger. D’un regard qu’elle déteste. Et qu’elle cache. D’un regard couvert de lentilles d’un rose. Délicat, comme la fleur et ses épines. D'un regard qui met à la fois mal à l'aise mais qui sait également fasciner par cette lueur qui y brille, approfondie de longs et magnifiques cils noirs naturellement recourbés, soulignant ce regard mieux que n’importe quel maquillage. Passons sur son sourire : Des lèvres d'une délicate couleur framboise attirante, charmantes, sans nul doute, et donnant aussi soif que le faisait la célèbre pomme de l'Eden. Pourtant, les sourires ne sont pas le fort de la demoiselle. Lorsqu’elle s’y essaye, rarement, trop rarement, elle révèle des dents parfaitement rangées et d'un blanc nacré soigné. Mais… Avez-vous peur ? On dirait une poupée de porcelaine, à la peau de nacre, magnifique sur la neige d’hivers, jurant avec les hectares de verdures en été…

    Mais quant à la suite, autant admettre tout de suite qu'un visage ne fait pas tout, lorsque le corps peut se révéler tout le contraire. D’une taille moyenne, correcte pour l'âge qu'elle est censée avoir - et pour cause, d'un mètre quatre-soixante dix en fait - elle se révèle tout aussi mince sans pour autant perdre de ces formes qui caractérisent si bien les corps de femmes. Mais décrivons la suite sans attendre. A commencer par des pieds souvent serrés dans des chaussures assez hautes, telles des bottes, nous pouvons remonter le long d'une cheville gracile et d'un mollet délicat, pour continuer le long d'une cuisse fuselée et de hanches qui ne manquent pas de largeur sans en devenir grosses, avant d'arriver à une chute de rein qui a tout du vertige des chutes du Niagara et à la cambrure d'un dos parfaitement droit. Passons rapidement. A la suite viennent des clavicules pas trop apparentes accompagnées d'épaules petites à la carrure frêle, des bras aux mains longues et fines, sans oublier un cou de cygne, et vous aurez enfin parcourut son corps pour revenir à ce visage qu'on ne peut si vite oublier. Mais les apparences glaciales de la demoiselles ont beau vous refroidir, il faut savoir percer ce qui n’est pas…




    x Description psychologique ~


Son corps se cabre. La fraîcheur des draps la caresse, la traverse. Son souffle se fait court. Ses yeux se ferment. Princesse dort.


    ~ Le toucher ~

    C’est sûrement le sens qu’elle aime le plus. Saenn recherche les plaisirs du toucher quels qu’ils soient, et bien que cela puisse paraître déplacer, autant avouer tout de suite que faute de trouver quelqu’un assez important pour elle, elle est tombée amoureuse des draps. D’ailleurs, elle préfère le contact d’une surface froide. En effet, cela fait réagir son corps plus rapidement…

    ~ Le goût ~

    Il n’existe pas de bonheur plus atroce que de sentir le goût du sang sur ses lèvres. Que de pouvoir savourer un carré de chocolat fondant délicatement sur sa langue. Que de retrouver le goût amer d’une défaite… Ce sens là lui est également primordial, puisque de toutes évidence, si Saenn est très attachée à ses sens, elle en profite au maximum. Chaque nouvelle sensation qui éveillerons se sens sera notifiée avec attention…

    ~ La vue ~

    La belle est très observatrice. Chaque détail mérite d’être retenu, analysé, compris. Elle veut tout savoir, et une attitude, un geste, une parole pourra être interprétée d’une certaine manière par Saenn, qui classera ainsi le personnage dans telle ou telle catégorie. De même, les endroits dans lesquels elle se trouve sont limite passés au scanner, tant elle les observe.

    ~ L’ouïe ~

    Sachez que, de toutes façon, Saenn ne vous écoute pas. Ce qu’elle dit étant d’une importance capitale, il serait stupide de vous laisser parler, vous, les gens qui n’ont rien à dire. C’est justement cette banalité de vos propos qui l’intéresse, bien qu’elle écoute et établit un dialogue sans vraiment y faire attention.

    ~ L’odorat ~

    Ce sens n’éveille pas un intérêt particulier chez elle. Sentir une rose ne l’intéresse nullement. Un œuf en décomposition n’aura pour réaction qu’un froncement de nez. Elle vous fera pas un paragraphe là-dessus, sauf si on lui en aurait lancé, auquel cas ça finira très mal…

    Un caractère ne se décrit pas. Un caractère se ressent. C’est pourquoi, quelques points. Cinq. Puis d’autres, encore. Quelques uns. Construisez votre image comme bon vous semble, je vous offre les esquisses de la mienne.

    ~ L’orgueil ~

    Elle est conscience d’être ce qu’elle est. Elle sait que sa fierté ne la fait pas passer inaperçue. Elle s’aime mieux qu’elle ne pourrait aimer les autres, et fera toujours passer ses propres intérêts avant les vôtres. Mais si elle ne fait pas d’effort face à miroir, elle se contient assez bien devant les autres. Ont raconte que son propre reflet l’aurait charmé, ce qui n’est pas faux…

    ~ La gourmandise ~

    Ce n'est pas tant la gourmandise au sens gloutonnerie, mais l'idée de démesure et d'aveuglement non contenus. Elle est gourmande de tout, de nouvelles sensations, de découvertes, de jeux, de tout ce qui peut la concerner,... Dès qu'elle découvre quelque chose qui lui plait, elle ne cesse d'en abuser, jusqu'à s'en lasser, chose qui arrive rarement.




    x Habitudes ~

    Regarder les gens, et les critiquer… Principalement. Saenn a également l’habitude de sortir dehors lorsque personne n’y est… À l’heure des repas, où en sortie nocturne. Etant très solitaire, elle erre dans le château, croisant par ci par là des gens, qu’elle ne se gêne pas pour déranger, avant qu’ils ne s’en aillent. On dit qu’elle pourrait être un fantôme, ça ne changerais pas grand-chose…


    x Don ~

    Elle travaille dur pour être animagus, mais je suppose qu’elle peut encore attendre pas mal de temps…


    x Facilités ~

    La Métamorphose avant tout, mais également les potions, et les Sortilèges & Enchantements. D’une matière générale, tout ce qui est pratique, bien qu’elle avale la théorie assez facilement.


    x Attirance ~

    Saenn pense profondément que ces notions de bien et de mal sont trop simplistes. Ça ne représente en rien sa vision des choses. Elle se contente d’évolluer dans un milieu qui ne connaît pas ce vocabulaire…




    x Avis sur le Fow’ ~ J’adore. J’ai été charmée d’un coup d’œil ! =3
    x As-tu lu le règlement ~ Hem… Je crois x)
    x Autre ~ Le design' est trop .. ! Shocked <3




Dernière édition par Saenn Deynara le Dim 13 Avr - 2:03, édité 10 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Saenn Deynara
| Elève de 6° Année |
avatar

Féminin Nombre de messages : 8
Age : 22
Localisation : Dans mon lit douillet, douillet, entourée de mes toutous adorés ! x')
Poste : Chiante de service alias Miss l'emmerdeuse.
Humeur : Toujours aussi folle. XD
<b>Maison</b> : <span style="color: SeaGreen;">Serpentard</span>
<b>Préfère les Designs</b> : Mignon
Date d'inscription : 05/02/2008

Livre du Personnage
Humeur:
5/5  (5/5)
Animal: Hibou/Chouette
Bloc Notes:
MessageSujet: Re: | Saenn Deynara | 100 %   Sam 12 Avr - 22:31

xX Once Upon a Time Xx






« Je suis Saenn. Saenn… S.A.E.N.N. Saenn… J’aime bien. »


Doucement, l’enfant ferme les yeux. Sa bouche sur lequel sèche le sang de ses parents se souviendra toujours de ce goût… Toujours.

L’ours en peluche tourne entre ses doigts fins. Ses yeux se ferment, comme un souvenir. Ils sont baignés de larme. Une mélodie résonne. Douce. Dans le ciel, la lune brille.


Quelque part, dans la nuit, un enfant crit.

¤°¤

« Saenn ! »


Ses yeux décrivent une courbe jusqu’au ciel, tandis qu’elle s’interrompt. Tous les yeux se tournent vers la Glendwich. Elle n’a pas besoin, elle lui tourne le dos. Cependant, elle sait déjà ce que la vieille intendante lui veut, et prolonger les réjouissances n’a rien d’intéressant cette fois-ci. Doucement, elle se lève, époussette sa jupe, s’incline face aux gens qui l’écoutaient, et suit la bonne femme.

L’orphelinat était un lieu retiré du monde, aux hauts murs dotés de barbelés. Le portail principal était sans cesse surveillé par un vieux pervers qui n’avait pas le droit d’entrer. Lorsque les gamines allaient le narguer, il franchissait le portail, et leur courait après, mais ses vieux os rouillés ne parvenaient pas à rattraper la jeunesse enfantine qui courait loin devant lui en l’invitant à les rejoindre. Généralement, les surveillantes le remarquaient assez rapidement, et il était assez souvent renvoyé dans sa loge avec une réduction de salaire. Comme il l’avait un jour expliqué, une réduction de salaire était le prix à payer pour voir de fraîches jeunes filles se faire violer par le vent… Ce qu’elles décriraient plutôt comme étant la danse du vent dans leurs cheveux. Enfin bon, on lui pardonne, il n’avait plus toute sa tête.

¤°¤

« Je suis Saenn. Saenn. S.A.E.N.N. Saenn !!! Hinnnnnn. »


La main de la demoiselle s’envole, et vient s’écraser sur la joue du jeune homme qui lui fait face. Celui-ci, surpris, se recule, mais avant qu’il n’ait pu réagir, elle réplique, les larmes aux yeux…

« Je te dis que je t’aime, et tu me répond pas ? Je… Je te hais ! »

Silencieux, le jeune homme tourne la tête vers sa mère. La jeune enfant doit avoir huit ans, et lui dix. Elle s’était enfuie de l’orphelinat, en se jouant du vieux gardien, et venait de le voir. Les cheveux blonds en broussaille du jeune homme, et ses yeux bleus… Il lui ressemblait, il… Il ressemblait à un ange. Elle l’avait alors abordée, et était partie dans monologue, racontant sa vie à l’orphelinat, et l’amour qu’elle ressentait pour la vision qu’elle avait eu de lui. Puis elle s’était présentée. Ce qu’elle ne savait pas, c’était que ce jeune homme était muet. Et qu’il était malade. Et qu’ils s’aimèrent. À la folie. Malgré leur enfance. Mais qu’il mourut deux mois plus tard.

¤°¤

Le front collé à sa vitre, son souffle dessine un léger nuage de buée sur le verre glacial, tandis que ses yeux se perdent dans la contemplation du parc enneigé. La mélodie lui revient. Douce. Sa langue caresse délicatement ses lèvres. Elle retombe sur son lit. Sa main se pose sur sa hanche, délicatement. L’autre fait sortir la lame. Sans sourire. Elle glisse. Se retourne. Un mince filet de sang se dessine sur les draps blancs. Elle l’embrasse, s’imprégnant de cette sensation. Le sang sur ses lèvres. La lame coule comme les larmes, comme le sang. La lame glisse comme le voile qui se tisse, comme son cœur qui se hisse, hors de portée. Sa poitrine naissante s’aplatit contre sa cuisse. Un cri résonne. Elle ne l’entend pas. Elle entend la mélodie… Elle entend la mélodie… Elle entend la mélodie… Elle entend la mélodie…

Ses yeux s’ouvrent.


Sa main part. Elle ne veut pas. De quoi ? Elle ne veut pas ! De quoi ? Elle ne sait pas… Sa main revient tout aussi brusquement. Des cris, encore. Lorsque son regard déchaîné se pose sur la vielle intendante, effondrée à terre, deux traces ensanglantées sur son visage, ses doigts s’ouvrent doucement. Comme au ralentit.

Le silence se fait. Le bruit de la lame qui heurte le sol. Elle porte les doigts à son propre visage. Sur ses jours, des rigoles de sang, mêlées de larmes. Puis, lentement, celle qui n’est encore qu’une enfant s’évanouit.

Elle se réveille, dans une salle blanche. Elle a mal. Les draps, qui d’ordinaire caressent sensuellement sa peau, la frottent et la font souffrir. Elle ne peut pas bouger sans avoir mal. Une petite moue fatiguée e dessine sur son visage. Elle voit quelqu’un entrer. Une femme, de forte corpulence, aux cheveux bruns emmêlés, aux yeux banals et vide de vie, une vie qui semble avoir tout vécu, et s’être terni après de trop nombreux malheurs. L’infirmière dégage délicatement le drap, laissant découvrir à Eve son corps nu, couvert de cicatrices. Trop sonnée pour demander des explications, elles viennent d’office. Jouer avec le cutter n’est pas bon, ma belle. Tu as de la chance, c’est peu profond, ça cicatrisera, et dans quelques mois, ce sera invisible. L’enfant se tourne, se retourne. Elle n’a épargné aucun endroit. Son ventre, ses bras, son visage, ses jambes ; elle a dessiné de grandes lanières de cuir, dans le sens de la largeur, semblant à présent des chaînes l’enserrant.

Psychopathe ? Ma petite Saenn ? Un chouilla, oui. Mais ses yeux se ferme, les vôtres aussi, et on se perd dans l'oubli. On préfère.

Cette infirmière, elle l'adore. Et deux jours après, on commence à remplir les papiers de l'adoption. Emménagements. Saenn, tu es une sorcière. Un rire. C'était... Euh... Comique. Ce n'est pas une blague.

Convaincue, plus de force que par bonne volonté, elle finit peu à peu par l'accepter. De toutes façon, quand on est partit à acheter une baguette magique, 24.4 cm, bois d’if, prédisposition pour la métamorphose, on arrête d'avoir des soupçons, et on s'incline devant cette grande blague.

¤°¤

Derrière la vitre, Line observe sa fille adoptive d’un air songeur. Cela faisait trois ans qu'elle était à Poudlard, et restait seule, sans parler aux autres, ayant pourtant de bons résultats scolaires, surtout en métamorphose. Au fil des années, elle tente de se rapprocher de l’enfant qu’elle adule. Mais celle-ci est trop grande, désormais, et ne lui accorde que peu d’importance. Saenn grandit peut à peu, elle aussi, mentalement, préférant rester seule et désagréable, plutôt que de se la jouer greluche sur talons de trois mètres de hauts.

¤°¤

Si Saenn a gardé son arrogance, elle en a perdu son enfance. Ou presque. Une façade, qu'elle expose. Une œuvre d'art qui plait. Mais ce n'est pas la réalité... Son sourire hante. Son regard brûle. Il se fait tard. Les lumières s’éteignent. Les corps s’étreignent.

Dans la nuit, un enfant rit.

Quelle est la fin de cette histoire ? Elle est simple. Leurs lèvres se croisent, rencontre amoureuse. Adieu... Le vase quitte son socle et vient s'écraser sur le miroir marqué d'un rouge à lèvre... Rouge... Rouge arrogant... Rouge sang... Un bout de verre vole, elle le ramasse. Son cœur bat. Trop vite. Elle le pose sur son bras.

« NON ! »

Pourquoi toujours des cris inutiles ? La demoiselle couvre ce bruit désagréable en criant des injures à son tour, et se jette sur Line dans un élan de folie. Le bout de verre entaille son œil droit. Le bout de verre entaille ses lèvres. Le bout de verre entaille ses joues. Et tandis que Line se débat, Eve pose délicatement ses lèvres sur les siennes. Ses dents caressent doucement la chair ensanglantée. Mais sa mère est plus forte. Bien plus forte. Elle se doit maintenant d'arrêter de tenter de la ramener à la raison. Elle n’y arrivera jamais. Elle la repousse violement, et va à l'autre bout de la pièce, le visage en sang.

Une goutte tombe. Une goutte tombe. Une goutte tombe. Une goutte tombe. Une goutte tombe.

Les talons résonnent une dernière fois dans la pièce. Elle s'enfuit.

Son corps se cabre comme un arc. Restez là mademoiselle. Non ! Je ne veux pas... Si, les voisins ont entendus des cris.

Ils trouvent le corps évanoui, le visage en lambeau. Direction, l'hôpital. L'enfant avec le sang ? Direction, l'asile. L'Asile ? Non, ce serait cruel. Elle est sorcière, et assez douée. On vient la chercher. Mouais, "genre" quelqu'un de la famille... Elle continuera sa scolarité... Quelle blague.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Saenn Deynara
| Elève de 6° Année |
avatar

Féminin Nombre de messages : 8
Age : 22
Localisation : Dans mon lit douillet, douillet, entourée de mes toutous adorés ! x')
Poste : Chiante de service alias Miss l'emmerdeuse.
Humeur : Toujours aussi folle. XD
<b>Maison</b> : <span style="color: SeaGreen;">Serpentard</span>
<b>Préfère les Designs</b> : Mignon
Date d'inscription : 05/02/2008

Livre du Personnage
Humeur:
5/5  (5/5)
Animal: Hibou/Chouette
Bloc Notes:
MessageSujet: Re: | Saenn Deynara | 100 %   Dim 13 Avr - 0:19

xX Pets xX





    x Race ~

    C'est une grenouille. Étonnant ? Eh bien non, ce n'est pas un crapaud. Lorsque Saenn l'a rencontré, elle avait cru que c'était une créature magique mélangé avec un reptile. Elle l'avait trouver si... laid, qu'elle lui avait donner le nom de Strange qui lui rapellait le mot `étrange`.

    x Nom ~ Strange
    x Surnom ~ Bubble | Stranger ( Il n'y a pas grand différence, en effet. )
    x Âge ~ 10 printemps dans quelques mois


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mallaury Sansouci
Préfète de Poufsouffle
| 5ème année |
Batteuse
Préfète de Poufsouffle| 5ème année |Batteuse
avatar

Féminin Nombre de messages : 475
Localisation : Paris, Marais (floc, floc)
Poste : Préfète diabolique & Batteuse dans l'équipe de Quidditch de Poufsouffle (on déchire touuut !)
Humeur : Hahaha. Pouët.
<b>Maison</b> : <span style="color: Orange;">Poufsouffle</span>
<b>Surnom de Lutin</b> : Marshmallow
<b>Quidditch</b> : Batteuse
Date d'inscription : 16/12/2007

Livre du Personnage
Humeur:
10/10  (10/10)
Animal: Rat/Souris
Bloc Notes:
MessageSujet: Re: | Saenn Deynara | 100 %   Dim 13 Avr - 20:14

Wow o.o Eh bien, une fiche drôlement mystérieuse ; originale et très bien écrite. J'aime beaucoup la façon dont tu as choisi de présenter le caractère. J'adhère complètement ! x3 Bref, validée ~

Serpentard
6ème Année


Très bon jeu sur Mutin ma pitite poupée psychopathe < 33

_________________


◊ Tchagadoum : Mallaury parle anglais (avec un accent exécrable)
◊ Tchagadoum : Mallaury parle français
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Saenn Deynara
| Elève de 6° Année |
avatar

Féminin Nombre de messages : 8
Age : 22
Localisation : Dans mon lit douillet, douillet, entourée de mes toutous adorés ! x')
Poste : Chiante de service alias Miss l'emmerdeuse.
Humeur : Toujours aussi folle. XD
<b>Maison</b> : <span style="color: SeaGreen;">Serpentard</span>
<b>Préfère les Designs</b> : Mignon
Date d'inscription : 05/02/2008

Livre du Personnage
Humeur:
5/5  (5/5)
Animal: Hibou/Chouette
Bloc Notes:
MessageSujet: Re: | Saenn Deynara | 100 %   Lun 14 Avr - 2:17

    Merci beaucoup, tu es très gentille ! =3 À vraie dire, j'ai relue mon histoire et j'avoue que toute cette affaire est très .. comment dire ? Compliquer à comprendre ! Razz Enfin bref, encore merci. Wink
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: | Saenn Deynara | 100 %   

Revenir en haut Aller en bas
 
| Saenn Deynara | 100 %
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Mutinlutin Malinpesti :: ✖ ADMINISTRATION GENERALE DU FORUM ✖ :: ► Dossiers de Présentations ::  Serpentards-
Sauter vers: