AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Jude London Howard |100%|

Aller en bas 
AuteurMessage
Jude Howard
| Elève de 5° Année |
avatar

Féminin Nombre de messages : 52
Age : 26
Localisation : En train de sautiller partout
Poste : Embrouilleuse professionelle
Humeur : Enjouée
<b>Maison</b> : <span style="color: rgb(204, 51, 0);">Gryffondor</span>
<b>Préfère les Designs</b> : Mignon
Date d'inscription : 12/04/2008

Livre du Personnage
Humeur:
10/10  (10/10)
Animal: Aucun
Bloc Notes:
MessageSujet: Jude London Howard |100%|   Sam 12 Avr - 18:18

« The androgyn. »




    NOM : Howard
    PRENOMS : Jude London ; et prononcez « Djoude », à l’anglaise, attention, il déteste qu’on l’appelle « Jude » - beaucoup trop plat à son goût. Jude est un prénom masculin ; cependant, vous le verrez souvent sous l’apparence d’une jeune fille.
    SURNOM : Ju’ (« Djou’ »), Judy (surnom féminin), Ju’chou
    DATE DE NAISSANCE : 21 juin 1955, le jour de l’été, ce qui convient plutôt bien à sa personnalité – même s’il n’a jamais vraiment pensé que cela pouvait avoir eu une réelle influence sur son caractère.
    AGE : 15 ans.
    SIGNE ASTROLOGIQUE : Gémeaux. Le Gémeaux est le premier des signes d'air. Il a besoin d'échanger, d'explorer, de bouger sans cesse. Il est très curieux et doté d'un bon sens pratique, il est doué dans le domaine intellectuel. Le Gémeaux, représentant les jumeaux célestes, a une double personnalité, de multiples facettes. De tempérament sanguin et cérébral, il avance avec légèreté, un corps élancé et fin, des traits délicats et un regard pétillant. C'est un éternel adolescent, qui peut en revanche être superficiel, se disperser, et consciemment ou inconsciemment faire des combines parfois douteuses, Mercure étant le dieu des voleurs. Et comme cela lui convient !
    PURETE : Sang-mêlé, et fier de l’être.

    NATIONALITE : Anglaise
    LIEU DE NAISSANCE : Londres
    LIEU DE VIE : * Ben dans les salles communes… Débile c’te question ! * En dehors de Poudlard, en dehors de sa seconde maison, Jude vit en périphérie de Londres, dans une grande maison avec jardin, cuisine, chambre, bureau, salle de bain…
    FAMILLE : Ah, la famille ! L’élément vital dans la vie de Jude, du moins jusqu’à ses onze ans. C’est une famille que l’on remarque. Banale, normale, mais remarquable. Ses parents, Alexis et Charly (Alexis étant un prénom féminin, s’il vous plait), sont inséparables, comme les doigts de la main – et encore, on peut couper un doigt si on le veut vraiment. De vrais adolescents. Ils rient, courent, crient, s’amusent dès qu’ils rentrent du travail, laissent échapper leur joie de vivre, partagent leurs émotions, s’aiment. Il n’y a pas un jour où on ne les verra en train de se bécoter tendrement sur le canapé ou en train de se courser dans la maison – pas une semaine où ils ne s’évaderont au cinéma, au restaurant, dans un parc – pas une semaine où les enfants n’aient quelque doute sur la provenance du bruit que l’on entend du couloir. Avec les invités, ils sont chaleureux, aimables, accueillants, drôles ; et Jude a grandi dans cette ambiance de fou qui lui a bien déteint dessus !

    Alexis et Charly ont trois enfants. Maxime, le fils aîné, dix-sept ans ; Jude, quinze ans ; et Emily, la fille cadette, onze ans. Tous les enfants sont sorciers, au grand damn de Charly qui lui n’est qu’un simple moldu et rigole toujours en disant que l’injustice a frappé le jour où ils ont conçu leurs enfants : les chromosomes de sa femme étaient plus résistants ! C’est sûrement d’ailleurs dû au fait qu’elle soit sorcière, son pauvre ADN de moldu ne pouvait pas rivaliser… Ainsi, tous les enfants se sont retrouvés à Poudlard ; en cette année de 1970, au grand soulagement des parents, la petite dernière ne hurla pas puisqu’elle accompagna ses aînés dans ce merveilleux train : tous les ans depuis que Jude était parti, on avait droit sur le quai à des pleurs déchirants. Cette fois-là, ce furent les enfants qui se coltinèrent les pleurs, tout le long du trajet.





free music


    MAISON : Gryffondor
    ANNEE : 5ème
    POSTE : Emmerdeuse professionnelle ? Distributrice de gaîté ? Embrouilleuse et fière de l’être.
    MATIERES PREFEREES : La métamorphose et les enchantements.
    MATIERES DETESTEES : La géographie magique – quel intérêt peut-on porter aux collines, aux ruisseaux et à la population toujouuuuurs inégalement répartie ? – et l’histoire de la magie, les deux matières inséparables et terriblement barbantes.

    NOMBRE DE PIERCINGS : Piercing ? Jude ? Vous déconnez ?! Jamais ses parents ne la laisseraient se faire percer… Mais elle garde confiance, un jour – un jour ! – elle le fera.
    COULEUR DE CHAUSSETTES : Bleues, rouges, vertes, jaunes, violettes, grises, si possible rayées, et longues, merci. En coton, c’est mieux – la laine, ça gratte.
    LE PRENOM QU’IL N’AURAIT JAMAIS VOULU PORTER : Ginette – je vous laisse deviner pourquoi. Bertrand, Jean-Jacques. A peu près les prénoms dans ce genre-là (comment ça « quel genre » ?!)
    POSITION DANS LAQUELLE IL DORT : Embrouillée ? Bien, déjà, Jude dort rarement dans la même position toutes les nuits, et toute la nuit. Il bouge, change de côté, tourne, se retourne, qu’il dorme ou pas. La position la plus récurrente, c’est sur le côté droit. Parfois aussi… accrochez-vous : à moitié sur le dos, à moitié sur le flanc, une jambe dépliée et une légèrement repliée – celle du dessous – et les bras pliés, les mains au niveau du visage.
    LUNETTES OU VERRE DE CONTACT : Tsss ! Jamais Jude ne portera de lunettes, enfin ! Elle déteste ça. Cependant, les lentilles, c’est différent – très différent. Pas qu’elle en ait besoin pour voir mieux, sa vision est presque parfaite, après trois ans à porter des lunettes – vous savez maintenant pourquoi elle déteste cela –, simplement, elle aime beaucoup les lentilles colorées. N’aimant pas vraiment la couleur naturelle de ses yeux, elle en porte parfois, quand elle a le temps de les mettre le matin. Ses préférées sont d’un bleu clair « magnifique » selon elle, et dès qu’un évènement important se manifeste, elle file les mettre histoire d’avoir des « yeux présentables ».

    COULEUR PREFEREE : Le rouge, et la plupart des couleurs vives.
    SAISON DETESTEE : L’automne. C’est nul, c’est froid, c’est déprimant. C’est mouillé, long et inintéressant.
    NOMBRE DE RELATION SERIEUSE : Oh, bah, Jude a eu une très bonne meilleure amie durant toute sa primaire – une fille drôle, attachante et très mignonne. Une relation qui voguait en réalité entre très forte amitié et amour innocent. Les deux gosses aimaient à s’embrasser sur la bouche ou à dire qu’ils étaient « amoureux », les yeux innocents et la main dans la main. Parfois, quelques mères étaient choquées de voir deux enfants si jeunes jouer « aux grands » comme cela, et quelques camarades de classe s’éloignaient en prétextant que c’était « dégueu » - ce qui permit à Jude, son amie et leurs parents de savoir qui ils pouvaient compter réellement comme leurs amis. Non, les parents eux n’avaient jamais été choqués de voir leurs rejetons se tenir la main ou s’embrasser, tant qu’ils en restaient là.
    Mais à Poudlard, Jude n’a jamais eu de relation amoureuse sérieuse, avec personne. Certes, elle espionnait, matait et tombait sous le charme de quelques personnes, parfois, mais n’osait pas l’aborder. Enjouée certes, mais timide avec les potentiels amants.
    UNE « MAUVAISE » HABITUDE : Changer quotidiennement d’apparence ? Changer radicalement d’apparence. Passer de fille à garçon au gré de ses vœux. Mais est-ce réellement une mauvaise habitude ?





    DESCRIPTION PHYSIQUE : Aaaaah, l’apparence physique, ce sur quoi la plupart des gens jugent – généralement. Il y a bien ceux qui affirment ne point juger dessus, mais c’est tout de même un peu faux, inconsciemment, on se fie à ce que l’on voit.
    Jude est la reine du changement physique. Modifier son apparence comme elle, du jour au lendemain, d’une minute à l’autre, rapidement, efficacement, c’est dur. Elle est entraînée, elle y arrive.

    Ju’ a un visage fin, des traits bien dessinés, des joues naturellement de teint un peu rouge, si bien que l’on a parfois l’impression qu’elle est constamment en train de rougir. Elle a des yeux chocolat, pétillants, parsemés de quelques points verts, un petit nez droit, des lèvres minces, roses et sensuelles. Elle est de taille moyenne, normale pour son âge, et son poids est tout à fait raisonnable. Elle possède un corps fin et élancé, gracieux, de belles jambes musclées. Elle a des doigts minces, et ses ongles sont toujours coupés ras – mais elle ne les ronge pas. Ses cheveux sont naturellement couleur chocolat eux aussi, comme ses yeux. Elle aime beaucoup cette couleur ; quant à la longueur, ils sont plutôt longs, retombant délicatement autour de son visage, et ondulent allègrement, ni parfaitement lisses, ni parfaitement frisés.

    Mais le plus remarquable chez Jude, c’est sans doute qu’elle est androgyne, ce qui justifie le fait qu’elle change « de sexe » en apparence. Selon sa coiffure, son état d’esprit, ses fringues, elle jongle entre fille et garçon, entre femme et homme, et personne ne sait ce qu’elle est réellement – à part ses parents et quelques personnes. Un jour terriblement féminine, un jour garçon sexy, et un peu féminin aussi, avec les traits fins, on ne peut pas faire autrement – mais garçon quand même. Impossible de déterminer son véritable sexe et à vrai dire, elle en est fière. Embrouiller les gens, semer le trouble dans leur esprit, elle adore ça. Habituée aux regards curieux sur son passage, aux gens qui ne la reconnaissent pas, au mépris de certains, elle garde la même personnalité mais change extérieurement, tout simplement, selon ses envies. Elle maîtrise maintenant plusieurs sorts pour allonger ou raccourcir ses cheveux, ce dont elle use avec malice ; sa trousse à maquillage la rend féminine ou masculine, son armoire, pareil. Pour la poitrine ? Sachez simplement qu’elle en a une plutôt réelle lorsqu’elle est femme, et qu’elle n’en a apparemment pas lorsqu’elle est homme.

    Elle est la reine du changement.

    FACON DE S’HABILLER : Jude s’habille généralement « bien », comme on dit. Avec des couleurs vives mais harmonieuses, et un style bien à elle.
    En tant que fille, elle porte des slims, mais pas de toutes les couleurs hein, elle déteste ça ! Des slims simples, en jean, bleus, gris ou noirs, pas couleur de l’arc-en-ciel. Les couleurs, elle les garde pour ses tee-shirts, sweets et pulls. Elle aime aussi beaucoup porter des jupes, plutôt assez courtes – un peu au dessus du genou – pour la plupart. Elle a un manteau en cuir noir qu’elle adore particulièrement, c’était son cadeau d’anniversaire pour ses quinze ans et elle ne le quitte plus dès qu’elle doit faire un pas dehors. Elle a deux paires de converses, des noires (customisées) et des bleues (customisées), des chaussons (customisés… à grand renforts de trous, en réalité), des bottes qu’elle ne met pratiquement jamais.
    En tant que jeune homme, Jude porte… aussi des slims. Ben oui, y en a qui sont accros au PC, d’autres à la nourriture, et bien Jude est accro à ce type de jean. Nan, j’rigooole. Bien sûr, ce n’est pas le même style de slims lorsqu’il est en fille ou en garçon, vous l’avez sûrement remarqué en vrai, enfin bref. Donc, tenue habituelle, on ne va pas faire dans l’original : slim, tee-shirt, sweet la plupart du temps, ou simple pull. Il aime porter des chemises, des tee-shirts noirs avec des inscriptions, des dessins… Et il met les mêmes converses noires que Judy (qui est son surnom lorsqu’il est une fille), sûrement la seule chose qui ne chose pas de l’un à l’autre.

    PARTICULARITE PHYSIQUE : Pour ceux qui ne l’auraient pas compris, hum, Jude est androgyne. Ce qui veut dire (pour les incultes) qu’il a un visage de fille et de garçon en même temps. De plus, il a un corps aussi presque « entre les deux » : des jambes plutôt minces, des hanches légèrement marquées, il est donc difficile de déterminer son véritable sexe (qui n’est pas entre les deux, quand même). Des épaules plutôt carrées, mais dans la limite raisonnable pour être une fille ; des bras plutôt fins ; pour la poitrine, je ne dirais rien…


Dernière édition par Jude Howard le Sam 12 Avr - 18:27, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jude Howard
| Elève de 5° Année |
avatar

Féminin Nombre de messages : 52
Age : 26
Localisation : En train de sautiller partout
Poste : Embrouilleuse professionelle
Humeur : Enjouée
<b>Maison</b> : <span style="color: rgb(204, 51, 0);">Gryffondor</span>
<b>Préfère les Designs</b> : Mignon
Date d'inscription : 12/04/2008

Livre du Personnage
Humeur:
10/10  (10/10)
Animal: Aucun
Bloc Notes:
MessageSujet: Re: Jude London Howard |100%|   Sam 12 Avr - 18:21

    DESCRIPTION PSYCHOLOGIQUE : La première chose à laquelle on peut penser pour qualifier Jude, c’est : enjouée. Elle est pleine de vie, toujours partante à rire, faire la fête, dire des bêtises, sauter sur tout ce qui bouge. Elle adore danser et ne rechigne pas à se ridiculiser, que ce soit devant les personnes qu’elle aime ou qu’elle n’aime pas. On la trouve parfois un peu hyperactive, cela peut être un peu vrai… cela agace, parfois. Une vraie gamine, capable de sautiller dans tous les sens, de grimper sur le toit de Poudlard si on lui demande, de faire tout et n’importe quoi pour les personnes qu’elle aime. D’une certaine façon, ainsi, elle est courageuse. Elle volerait au secours de ses amis sans hésitation ; et, au contraire, elle pourrait presque laisser ses « ennemis » mourir. Rien ne dit que les remords ne la prendraient pas, mais lorsqu’elle déteste quelqu’un, elle le déteste vraiment. Pas comme ces filles superficielles qui se « font la gueule » : Jude n’est pas du genre à en vouloir pour un rien, si quelque chose passe mal avec une personne qu’elle estime, elle réussira à prendre sur elle et à aller parler à cette personne, à s’excuser pour que tout rentre dans l’ordre ; quand on lui fait la tête, qu’on lui parle plus, elle se sent mal. Mais si elle pense que quelqu’un ne vaut vraiment pas la peine qu’elle use sa salive pour lui, alors cette personne peut ramper à ses pieds, sauf exception, elle pourra toujours courir.

    En fait, elle est un peu « extrême » ; c’est soit tout l’un, soit tout l’autre. Elle est aussi très démonstrative dans son affection – principalement lorsqu’elle est fille (un garçon qui embrasse ses amis, ça le fait pas vraiment, mais par exemple, il leur mettra la main sur l’épaule, chatouillera ses copines…). Elle adore câliner, embrasser ses ami(e)s, leur sauter dans les bras (et sauter partout, tout court, et pas dans le sens chelou s’il vous plait). Pas mal de personnes peuvent trouver cela dérangeant, gênant, voire même choquant qu’elle démontre ainsi son amour, mais elle ne les comprend vraiment pas : quand on aime quelqu’un, il faut bien le montrer ! Enfin, tout cela est vraiment vrai avec ses amis. Quand il s’agit d’amour véritable, l’Amour avec un grand A, c’est légèrement différent. Elle ne se montrera pas forcément plus timide ou plus hyperactive avec la personne qu’elle aime, elle essaiera déjà de rester naturelle pour ne pas qu’on « capte » qu’elle éprouve des sentiments forts pour cette personne. Mais, bizarrement, elle est sûre (car elle n’a jamais eu de relation sérieuse) que si un jour elle est vraiment amoureuse de quelqu’un, elle n’arrivera pas à lui dire franchement. Et si elle finit par sortir avec, elle sera sûrement timide les premiers jours – mais rassurez-vous, ça risque de ne pas durer, sa gaîté et sa joie reprendront le dessus, et là, ça sera explosif… De plus, Jude est plus ou moins bisexuelle. Elle aime les filles comme les garçons, et ses métamorphoses peuvent être bénéfiques… ou non. Si elle tombe follement amoureuse d’un garçon hétéro qui ne la voit qu’en tant que jeune homme… C’est très, très dommage pour elle.

    On peut donc penser qu’elle a un tempérament de gamine, prête à rire de tout, incapable de reprendre son sérieux. Mais non ; certes, la plupart du temps, elle profite de sa vie sur Terre, elle s’amuse, elle délire, mais elle ne raisonne pas pour autant comme un enfant. Je ne dirais pas qu’elle est mature, mais elle a tout de même le mental approprié à son âge… Rien que pour les études, ou les relations avec les autres, ou les passe-temps (elle préfère sortir déconner avec ses amis que jouer à la poupée, quand même). Elle fait l’enfant, elle n’en est pas une. De plus, elle sait retrouver son sérieux quand elle pense qu’il le faut ; elle ne va pas se mettre à rire devant quelqu’un qui pleure, au contraire, elle essaiera de lui remonter le moral, de le faire positiver… de lui communiquer sa joie. Elle assume sa personnalité de grande fêtarde ; pas prête de se démonter, de se faire marcher sur les pieds, elle répond lorsqu’on l’insulte – ou laisse passer avec un visage digne d’une grande prêtresse qui n’en a rien franchement rien à faire. Capable du meilleur comme du pire, elle ne rechigne pas devant un défi paraissant même insurmontable, et est très extravertie. Le genre de personnes qui abordent des gens inconnus pour les informer, l’air décontracté, que « ma meilleure amie te trouve vachement séduisant, tu voudrais pas aller lui parler ? » - seulement pour les amies, cependant. Si elle devait faire cela pour elle-même, rien n’est moins sûr qu’elle y arrive, pas par peur d’aborder la personne mais surtout d’être déçue si elle ne veut justement pas faire connaissance.

    AIME / AIME PAS / VILAINE MANIE : Jude aime toute sorte de chose. Rire, déjà ; délirer, sautiller dans tous les sens, il adore parler également – une vrai pipelette. Il voue une presque passion aux slims, comme je l’ai dit haut, allez savoir pourquoi. Impossible de le trouver avec un pantalon large, ou même droit… Ce sont ses goûts ; c’est étrange, c’est vrai, même un peu stupide, mais que voulez-vous, on voit bien des filles toujours en jupe, ou des jeunes hommes toujours en pantalon-de-taille-dix-fois-trop-grande-et-qui-leur-tombe-en-bas-des-fesses. Il adore lire, des livres moldus comme sorciers… mais rechigne à apprendre par cœur ou même à réviser. Généralement, pour des examens, il relit deux ou trois fois son cours, et ça lui suffit pour avoir des notes acceptables – une chance. Le problème, c’est que lorsque la leçon en question est plus dure à apprendre, il se ramasse de mauvaises notes car il n’a pas bien appris.
    Il adore danser. Dès qu’une chanson traîne dans l’air, il ne peut s’empêcher de balancer la tête en rythme ou de murmurer les notes. Les bals et autres soirées sont une véritable réjouissance pour lui. Il n’a jamais pris de cours de danse, et bouge simplement au feeling, en rythme, et à vrai dire, faire cela depuis qu’il est tout jeune lui a été entièrement bénéfique puisqu’il danse maintenant plutôt bien… En Jude, comme en Judy. Et ne croyez pas qu’il laisse tranquilles les gens qui prétextent « Han nan, j’veux pas aller sur la piste, je sais pas danser… », du tout, au contraire, c’est en pratiquant qu’on apprend ! Quitte à les traîner de force (ou à piquer une crise), il essaiera, au moins, de les entraîner.
    Jude est aussi un dingue d’écriture. Quand il peut, qu’il a du temps libre, il écrit. Un peu tout et n’importe quoi, des phrases qui n’ont pas vraiment de sens, la plupart du temps il s’exclame « Je vais écrire un bouquin ! » et une semaine plus tard, après deux pages d’écrites, il laisse tomber. Mais cela lui permet de s’exprimer, de laisser passer des émotions qui lui seraient impossible de formuler tout haut. Par contre, il dessine très… très mal. Vive les bonhommes bâtons ! A la limite, de temps en temps, il esquissa un visage (difforme) qu’il s’empresse d’effacer. Il ne sait pas dessiner, ce qui le porte bien sûr à ne pas aimer cela.

    Il aime les couleurs vives, la musique rock et un peu électro (parce qu’on peut bien danser dessus). Il a des étoiles dans les yeux dès qu’il y a du brouillard dehors ; il aime les animaux (mais a peur des chiens) ; prendre des longs bains chauds ; nager, mais il ne le fait pas souvent. Il aime rêver, le soir, la joue collée contre la fenêtre froide de sa chambre, le reste du corps bien au chaud. Il a toujours été fasciné par le feu, et les étoiles.

    De plus, comme il est à Gryffondor, on pourrait croire qu'il n'aime pas les Serpentards, qu'il est pour les batailles entre maison... Ce n'est pas exactement vrai. En fait, certes, il se méfit parfois un peu plus des verts et argents que des autres élèves, mais dans l'ensemble, il essaie de passer outre ces préjugés. Il peut très bien adorer un Serpentard et détester un élève de sa maison, ou de Serdaigle par exemple. En général, il essaie de se montrer courtois et poli avec tout le monde, même avec les Serpys... Mais si ceux-ci ne se montrent pas très engageants, voire lui crachent à la figure (au sens figuré), alors il n'y a aucune raison pour qu'il ne les déteste pas, et n'aime pas leur faire la guerre.

    Une vilaine manie ? Des fois, il se mâchouille les cheveux (lorsqu’ils sont assez longs pour le faire), ou joue avec les « fils » des extrémités de son écharpe, quand il ne sait que faire des ses mains, qu’il est sur les nerfs.
    COMPORTEMENT ENVERS LES AUTRES : Est-il vraiment ce qu’il laisse paraître ? Bien sûr que non, justement. Une de ses deux apparences, la fille, ou le garçon, n’est pas son originale. Il feinte, il change, cela peut agacer ou amuser ; lui en tout cas, il adore ça. Cela pimente sa vie, de « changer de sexe », de se glisser dans un autre corps, d’essayer de ne pas laisser traîner d’indices concernant sa véritable apparence ; un jeu, sa vie est un jeu. Et il ne sait ce qu’il ferait sans ce jeu. Tout serait terriblement… ennuyant.
    PARTICULARITE PSYCHOLOGIQUE : Accro à ses transformations ? Peut-être, oui…




free music


« Maman ! Maman ! Faut y aller, c’est l’heure ! »
« Et pourquoi toujours “maman” hein, pourquoi pas “papa” ? »


Jude jeta un regard farouche à son père qui prenait un air faussement boudeur. Elle fronça légèrement les sourcils, puis un petit sourire éclaira son visage.

« Parce que c’est maman qui est toujours en retard. Regarde, là, elle est encore en train de se maquiller et j’suis sûre qu’elle n’a même pas encore enfilé ses bas ! Alors que toi, t’es prêt, donc, je ne vois pas pourquoi je t’appellerais toi. »

Charly Howard attrapa sa fille, la recouvrit de chatouilles, et la renversa sur son dos, la tête à l’envers, le ventre appuyé sur sa forte épaule, en « sac à patates », comme on dit. La fillette riait aux éclats et bourrait le dos de son père de coups de poings, en criant qu’il allait la décoiffer, elle qui s’était faite toute belle pour Poudlard ! Qu’allaient dire ses futurs amis, quand ils la verraient les cheveux en bataille dans le train, hein ? En pouffant de rire, Charly reposa enfin sa progéniture, qui avait le visage rougi d’avoir été la tête en bas ; ses cheveux châtains, qui lui arrivaient jusqu’au menton, étaient complètement ébouriffés, mais elle gardait un immense sourire. « C’est pas maliiiin ! » s’égosilla-t-elle tout de même.

Jude trottina jusqu’aux escaliers qu’elle monta en quatrième vitesse, ouvrit la porte de la salle de bain avec un « BANG » qui raisonna dans toute la maison et sauta sur la brosse à cheveux. Sa mère, contre toute attente, avait déjà enfilé ses bas et était même toute habillée ; elle était penchée vers le miroir, essayant d’appliquer correctement son mascara, ce qui lui valut une grimace de la part de sa fille. « Mais m’maaaan ! Dépêche-toi, ça sert à rien de te maquiller, de toute façon c’est moi qui vais à Poudlard ! » « Mais je vais peut-être revoir des anciens amis à moi ma puce, des gens qui ont été à Poudlard comme moi et qui y mettent leurs enfants ! » « Mais tu dis ça tous les ans et t’as jamais vu personne. » objecta la brunette. « Bien sûr que si ! se défendit Alexis. L’année dernière j’ai revu Mel’, tu t’en rappelle ? » « Ouais mais bon… ça compte pas ! » « File houspiller ton frère et ta sœur, plutôt que de m’embêter, ça me retarde ! »

Jude reposa la brosse à cheveux et fut en deux temps trois mouvements dans la chambre de son frère de treize ans, qui fréquentait depuis deux ans la prestigieuse école de Sorcellerie d’Angleterre. Leur petite sœur, Emily, pleurait à chaudes larmes, assise en tailleur au milieu de la pièce, les bras croisés. Un regard interrogateur vers son aîné, Jude s’approcha de lui. Il vérifiait ses valises, une fois de plus, sans accorder un regard à la pleurnicheuse. La jeune fille lui demanda doucement pourquoi elle pleurait et il lui répondit d’une voix morne « A ton avis ? »

En effet, la raison n’était que trop claire. Maxime entrait en troisième année et Jude en première année à Poudlard, Emily se retrouvait donc toute seule avec encore quatre ans à attendre avant de pouvoir y entrer, et elle le supportait mal. Elle avait toujours été fourrée avec ses frères et sœurs, et ne plus les voir allait être un grand changement pour elle. De plus, au vu des magnifiques descriptions qu’avait fait l’aîné de Poudlard, elle n’avait qu’une envie, c’était d’étudier la magie, elle aussi. Les pleurs ne tarirent pas jusqu’au départ, ni jusqu’à l’arrivée à la gare de King’s Cross, ni au moment de passer la barrière, la routine familière depuis trois ans. Sur le quai, tout le monde les regardait de travers, et Alexis jetait des coups d’œil frénétiques autour d’elle afin d’apercevoir des connaissances à elle, et son mari la taquinait en riant sur le fait qu’elle faisait fuir tous ses amis.

Alexis avait en effet étudié à Poudlard ; elle était sorcière, et c’était d’elle que venaient les pouvoirs des trois enfants. Charly l’avait appris environ un mois après qu’ils se soient mis ensemble, et l’avait plutôt très bien pris… Il faut dire que la perspective de ne pas avoir à faire le ménage, la cuisine, le jardin et toutes les autres corvées le réjouissait beaucoup. C’était peut-être grâce à cette aide de la magie qu’ils avaient réussi à si bien entretenir leur couple, à toujours si bien s’entendre, à être complices, peut-être parce que Charly ne houspillait pas sa femme à nettoyer la maison, et parce qu’elle ne hurlait pas qu’il ne comprenait pas que le travail ménager était très éprouvant. Deux ans après s’être rencontrés, ils s’étaient mariés, dans la joie et la bonne humeur ; et trois ans plus tard était né Maxime, leur premier fils. Puis vinrent Jude et Emily – Charly n’aurait pas ronchonné contre un quatrième enfant mais sa femme avait répliqué qu’elle en avait marre d’être grosse comme une baleine pendant neuf mois et que s’ils continuaient comme cela, elle resterait énorme jusqu’à la fin de sa vie, ce qui l’avait plutôt refroidi.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jude Howard
| Elève de 5° Année |
avatar

Féminin Nombre de messages : 52
Age : 26
Localisation : En train de sautiller partout
Poste : Embrouilleuse professionelle
Humeur : Enjouée
<b>Maison</b> : <span style="color: rgb(204, 51, 0);">Gryffondor</span>
<b>Préfère les Designs</b> : Mignon
Date d'inscription : 12/04/2008

Livre du Personnage
Humeur:
10/10  (10/10)
Animal: Aucun
Bloc Notes:
MessageSujet: Re: Jude London Howard |100%|   Sam 12 Avr - 18:23

Les trois gosses avaient grandi dans une ambiance joyeuse et familiale, sans arrêt en train de se chamailler pour rire et de grimper aux arbres. Jude avait toujours adoré se déguiser, depuis sa plus tendre enfance ; les carnavals étaient son plus grand bonheur. Tous les samedis, avec ses ami(e)s et son frère (sa sœur étant encore trop jeunes), sur son idée bien sûr, ils avaient pris l’habitude de se regrouper dans une cabane au fond du jardin et de tous se déguiser, ou d’échanger leurs vêtements. La plupart du temps les parents râlaient parce qu’une chaussette ou un tee-shirt se perdait parmi les vêtements et déguisements éparpillés dans la cachette, mais les gosses revenaient (du fond du jardin) essoufflés et ravis, innocents comme pas deux, dans leur nouvelle apparence.

Tous les enfants aimaient la bonne humeur contagieuse de Jude, et c’est une sacrée bande de copains et copines qui s’invitaient le week-end. Une fois changés, ils squattaient, à grands renforts de « Mon pantalon est trop graaaand » et de « Il est à qui mon tee-shirt? », le salon d’Alexis et Charly pour se déhancher – bêtement et en riant – sur une musique des Rolling Stones. La folie Judienne avait envahi le quartier ! Parfois aussi, la bande se réunissait chez les autres parents, mais la plupart du temps, vites épuisés, ceux-ci décrétaient que le samedi prochain, ils retourneraient vite fait bien fait chez Jude…

Au fil du temps, les amis diminuaient un peu, ils se lassaient, et puis Jude commençait à en avoir un peu marre que tout ce petit monde se trimballe à son domicile. Ils restaient de très bons copains, mais seule sa meilleure amie et quelques grands copains et copines venaient à la maison, et un peu moins souvent. Peut-être que cet enfant était devenu un peu moins extraverti, aussi, mais en tout cas, n’avait en rien perdu sa joie de vivre, celle-ci était simplement réservée à des personnes très proches. Cette « transition » entre gosse très populaire et gosse aimé mais moins populaire se fit sur à peu près la moitié de sa primaire, et les dernières années furent consacrées à ses véritables amis – mais les fêtes d’anniversaire restaient conséquentes.

Quand Jude commença à changer d’apparence ? Personne ne saurait le dire exactement. Peut-être en fin de CM1 ; mais de toute façon, les déguisements et costumes en tout genres, comme je viens de le raconter, lui avaient toujours plu. Ses parents, au début furent un peu déboussolés de voir leur enfant, du jour au lendemain, passer de fille à garçon, même pour aller à l’école ; la maîtresse elle-même demanda à les voir pour leur demander la raison de la chose, mais personne n’était capable d’expliquer ce qui se passait dans la tête de l’enfant. Jude aimait cela, tout simplement ; c’était sa réponse à toutes les questions qu’on lui posait. Alexis et Charly envisagèrent de l’emmener chez un psy, ce qu’ils firent, mais il n’en tira rien ; Jude répétait fermement que c’était une sorte de passion, une adoration, changer de sexe, c’était son péché mignon. Et quand les parents lui disaient comment s’habiller, ou essayaient de l’empêcher de piquer les vêtements de ses amis, Ju’ se mettait à pleurer, pleurer, pleurer comme si c’était le pire crime, la pire chose que l’on pouvait lui faire.

Les parents Howard s’inquiétèrent ainsi pendant un mois, ou deux ; et, naturellement, la « transition » se fit. Pas que leur gosse passa réellement au sexe opposé, simplement, ils acceptèrent le fait qu’il en avait besoin. C’était comme cela et pas autrement, Jude nécessitait ce changement d’apparence, ce changement d’être, c’était sa nature ; certains naissaient fille dans un corps de garçon, d’autres naissaient garçon dans un corps de fille, et la plupart de ces personnes devenaient véritablement transsexuels à l’âge adulte, mais Ju’ n’était pas comme ça, tout ce qu’il lui fallait, c’était pouvoir modifier son apparence selon ses désirs. Ce n’est pas une maladie mentale, ni une tare, ni un problème, ni quelconque mot négatif, simplement une caractéristique. Et tout son entourage, même face à l’étrangeté de la chose, s’y accommoda.

Et voilà que Jude, en mode fille, allait entrer à Poudlard. Elle avait choisi d’être féminine ce jour-là, pourquoi, elle n’en savait rien. Elle portait une jupe noire, des collants et des chaussures noires, ainsi qu’une chemise blanche et un pull gris. Je vous voie venir : et blablabla elle aime les couleurs vives, et là elle est en noir… Certes, elle aime les couleurs, ce qui ne l’empêche pas de s’habiller classe, blanc, noir et gris de temps en temps, surtout pour sa rentrée à Poudlard, quand même… Bref, elle regardait autour d’elle, sa valise fermement tenue par sa petite main. Elle était un peu anxieuse. Elle ne doutait pas qu’elle se ferait sûrement quelques amis, mais au vu de sa « particularité », elle n’était pas si sûre que cela, finalement, qu’ils seraient vraiment… comment dire ? de vrais amis. Elle doutait – même si savait très bien qu’elle ne changerait pas.

Le train siffla et Jude se précipita une dernière fois dans les bras de sa mère et son père. « Courage, tu vas y arriver, tu vas les rétamer ! » lui souffla son père, ce qui lui redonna le sourire : « Papa, la pire chose que j’aurai à affronter, c’est un chapeau, je n’aurai personne à combattre… » Elle planta deux baisers sur les joues de chacun de ses parents ; sa mère avait les larmes aux yeux et s’efforçait de les contenir (en partie pour ne pas gâcher son mascara). Ju’ empoigna ses bagages et se précipita à la suite de son frère, déjà monté dans le train pour rejoindre ses amis.

Elle squatta leur compartiment toute la durée du voyage, et s’entendit très bien avec les petits sorciers, de deux ans plus vieux qu’elle ; ça, c’était l’avantage d’avoir toujours changé d’apparence et un peu de personnalité : elle s’entendait très bien avec tout le monde. Son frère ne révéla pas la particularité de sa sœur à ses amis, et elle ne le fit pas non plus ; de toute façon, ils n’avaient pas besoin de le savoir, ils ne se fréquenteraient pas plus que cela et au pire, ils s’en rendraient bien compte eux-mêmes…

« Héééé les gosses, va falloir vous changer, on approche ! »

Jude releva la tête de la chocogrenouille à laquelle un dénommé James venait de manger la tête, et ses yeux brillèrent lorsqu’elle vit un beau jeune homme – préfet, apparemment – qui se tenait dans l’encadrement de la porte. Et détrompez-vous, elle n’était pas enthousiaste car ce garçon était mignon (ou du moins, pas seulement), elle l’était car il venait tout simplement d’annoncer qu’ils mettraient bientôt les pieds à Poudlard. Ce qu’elle attendait depuis plus de trois mois.

Elle hocha frénétiquement la tête, un grand sourire scotché sur ses lèvres, et à peine était-il parti qu’elle avait le nez collé contre la vitre, essayant de distinguer quelque chose dans le noir. Elle n’eut pas à attendre longtemps ; trente secondes plus tard, au détour d’une colline, une forme gigantesque se découpa dans le ciel. Masse sombre et imposante, on la distinguait grâce aux centaines de lumières qui parvenaient de l’intérieur : Poudlard. Jude laissa échapper un gémissement de joie et d’angoisse, ce qui fit rire les élèves de son compartiment.

« Arrêteeez, c’est pas drôle, j’ai le cœur qui bat plus vite que le nombre de débilités (oui elle était polie à l’époque) que vous pouvez sortir par minute ! Et c’est beaucoup ! »

Les garçons éclatèrent de rire et elle finit par en faire de même, les yeux toujours rivés sur le château. Enfin, enfin, enfin elle allait le visiter ! Elle allait poser les pieds dans la Grande Salle, passer des nuits et des nuits à rire avec ses futurs amis, apprendre une multitude de sort et pouvoir parfaire ses transformations ! Mais ce qu’elle avait hâte !

Le train commença à ralentir et, proportionnellement, le cœur de Jude battait de plus en plus fort. Les garçons se changèrent à l’arrache, tous en même temps, dans le compartiment, et ils sortirent tous – par respect pour l’apparente féminité de Ju’ – lorsqu’elle fit de même. Cinq minutes plus tard, un flot ininterrompu d’élèves descendait du train. Un peu inquiète à l’idée de laisser ses affaires derrière car, apparemment, on allait les apporter à leurs chambres, la fillette le fut néanmoins encore plus lorsqu’on lui annonça qu’elle devait traverser un lac dans une barque alors que son frère montait dans une espèce de carrosse tiré par des chevaux invisibles. Elle obéit tout de même docilement, sauta dans la barque qui faillit couler, ce qui lui valut des regards stressés et légèrement hostiles de la part de ses camarades de navire de fortune, et ils commencèrent à ramer vers le château. Est-ce que c’était une sorte d’épreuve initiatique ? La jeune fille en doutait fortement, mais elle ne comprenait pas pourquoi on les faisait passer par là, alors… Tous les élèves parlaient et tous ou presque semblaient être aussi angoissés qu’elle, ce qui la réjouit plus ou moins. Un certain temps plus tard, elle ne savait combien, ils finirent pas accoster juste en bas du château. Le nez en l’air pour essayer de conjecturer la hauteur du bâtiment, Jude faillit se prendre une porte et tous les gosses rirent, mais de bon cœur.

On les fit patienter dans une petite salle et elle sympathisa avec quelques personnes. Elle se demandait franchement dans quelle maison elle allait atterrir ; elle y avait réfléchi tout l’été. Elle avait l’impression ne correspondre à aucune. Elle n’était pas particulièrement rusée ; particulièrement gentille ; particulièrement intelligente ; ni particulièrement courageuse. A la limite, quand elle faisait vraiment marcher ses ménages, et lorsqu’elle entrevoyait une vision à peu près générale de son caractère, elle avait l’impression de correspondre un petit peu plus à Gryffondor, car elle était une amie loyale, et qu’elle était plus ou moins courageuse étant donné qu’elle affrontait le regard des autres sans ciller quand elle changeait sans arrêt d’apparence. Mais c’était plutôt… peu.

Au bout de quelques minutes, on les fit pénétrer dans la fameuse Grande Salle, après avoir expliqué le fonctionnement du Choixpeau – Jude connaissait déjà tout, son frère avait dû lui raconter à peu près… quarante-cinq fois ? Et demi. Une fois il avait commencé son récit mais avait été coupé – au grand bonheur de toute la famille – par le téléphone. Tous les nouveaux élèves se précipitèrent alors dans la salle. Judy ne put retenir une exclamation de surprise, d’admiration, d’anxiété. C’était… immense ! Voilà, ça n’était pas une Grande Salle, mais une Immense Salle ! Les yeux exorbités, la fillette piétinait derrière ses camarades qui avançaient timidement vers le fond de la salle, où étaient attablés tous les professeurs ainsi que le directeur. Tous les regards étaient rivés vers eux, et Jude ne savait plus où donner de la tête. Elle essayait de se rappeler ce que lui avaient dit son frère et sa mère sur l’emplacement des tables, laquelle appartenait à quelle maison, mais son cerveau était en ébullition et ne semblait pas en état de réfléchir. Elle avait tellement hâte de savoir ! Tellement hâte de rejoindre sa nouvelle chambre, de se lever pour aller en cours de Sortilèges ou de Potion, manger à ces immenses tables ! Hâte, hâte, hâte ! Elle avait l’impression qu’elle allait imploser tellement son désir était fort. Elle avait limite l’impression de renaître ; et elle ne comprit d’ailleurs jamais pourquoi elle avait ressenti autant d’émotion la première fois qu’elle entrait ici.

« Hools, Jules ! »

Elle sursauta. La ressemblance du prénom avec le sien l’avait fait sortir de ses pensées, et juste à temps il faut croire, car on en était déjà au H. HO, même. Elle passerait sûrement bientôt, et en effet, deux élèves plus tard, un « Howard, Jude London ! » résonna dans la Grande Salle. Il y eut quelques sifflements d’encouragement à la table des Gryffondors, où son frère était assis – mais elle n’ faisait pas vraiment attention, simplement concentrée sur ses pieds qui gravissaient les quelques marches la séparant du petit tabouret. Elle s’assit dessus, le cœur prêt à exploser, les mains serrées. Elle était si émotive ! Elle-même trouvait cela étrange car d’habitude elle ne laissait pas submerger comme ça par l’émotion… Elle se trouva dans le noir car le Choixpeau avait glissé devant ses yeux et elle laissa échapper un petit éclat de rire.

« GRYFFONDOR ! » rugit le Choixpeau.

Un tonnerre d’applaudissements lui parvint de la table de gauche, elle revit la lumière, elle sauta du tabouret et, resplendissante, se dirigea vers sa nouvelle maison. Elle en avait déjà oublié ses interrogations préalables : est-ce que je vais être digne de ma maison ? Et s’ils n’arrivent pas à me répartir ? Si je ne corresponds pas à ma maison ? Non, elle avait tout oublié, elle gardait simplement la joie, qui l’entourait comme une auréole.


Jude se fit des amis, bien sûr. Dès le deuxième jour, il était devenu garçon, et en descendant du dortoir des filles, qu’on lui avait assigné, des exclamations retentirent dans la salle commune. Avec un immense sourire, Jude réfuta toutes les théories comme quoi il était une fille qui s’habillait en garçon, comme quoi elle était homosexuelle, et toutes sortes de débilités. Tout simplement, expliqua-t-il avec aplomb (il ne pensait pas que cette mise au point avec des gens inconnus viendrait si tôt), il changeait radicalement d’apparence très souvent, il n’avait pas de « sexe fixe » pour les autres (mais il n’était pas un mélange de fille et de garçon). Il aimait ça, il en avait besoin pour garder son équilibre, avec le temps, il se sentait et fille, et garçon dans sa tête ; ainsi, les escaliers ne se transformaient pas en toboggan, il pouvait monter dans les deux dortoirs, sans être spécialement une fille, spécialement un garçon, ou un truc non identifié ; et il changerait de dortoir selon le moment ou dormirait sur le canapé, rassura-t-il ses camarades féminines pas très rassurées de ne pas savoir si leur compatriote de chambre ne les materait pas en douce. Je vous rassure, beaucoup ne comprirent pas exactement ; à ceux-là, il se contenta de dire qu’il ne voulait pas dire quel était son sexe et qu’il aimait bien changer d’apparence, voilà tout. C’était « the version simplifiée » pour les ralentis de l’encéphale.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jude Howard
| Elève de 5° Année |
avatar

Féminin Nombre de messages : 52
Age : 26
Localisation : En train de sautiller partout
Poste : Embrouilleuse professionelle
Humeur : Enjouée
<b>Maison</b> : <span style="color: rgb(204, 51, 0);">Gryffondor</span>
<b>Préfère les Designs</b> : Mignon
Date d'inscription : 12/04/2008

Livre du Personnage
Humeur:
10/10  (10/10)
Animal: Aucun
Bloc Notes:
MessageSujet: Re: Jude London Howard |100%|   Sam 12 Avr - 18:23

Ainsi, sa première année se passa plutôt bien ; on le regardait bizarrement, et on finit par s’y habituer. Jude s’était fait des amis, qui l’acceptaient, le comprenaient en partie, et surtout, l’aimait. Il était cependant plus réservé, plus introverti qu’avant, il avait un peu plus peur du regard des autres, sans vouloir se l’avouer ; mais c’était l’âge, c’était normal. Lors de sa deuxième année, il changea d’amis, changea de caractère, changea un peu tout dans sa vie (sauf ses transformations, mais elles étaient beaucoup plus fréquentes), il cherchait sa personnalité, hésitait, bougeait, demandait conseil à ses amis. En réalité, tout se passa plutôt bien aussi, simplement, tout était chamboulé dans son esprit. Sa troisième année fut son « année noire », comme il la qualifia. La plupart de ses amis le lâchèrent, soit qu’ils étaient lassés de le voir changer, soit qu’ils le trouvaient bizarre finalement, puis eux aussi se cherchaient, et ils étaient du fait beaucoup moins tolérants ; ils voulaient devenir grands et rejetaient ainsi certaines choses, certaines personnes, sans comprendre que justement, la chose la plus importante quand on est adulte, cela devrait être la tolérance, l’acceptation des autres dans leur ensemble. Il était plus ou moins seul, ou avec de faux amis, et ne savait toujours pas réellement comment agir ; il restait gamin tout en voulant grandir… Et puis, petit à petit, la transition se fit, il passa « réellement » dans l’adolescence pure et dure. Ça se fit vers la fin de sa troisième année, où tout commença plus ou moins à s’arranger, et Jude s’épanouit réellement en quatrième année. Il refoula tous ses tabous, comprit enfin réellement qui il était, comprit ce qu’il aimait vraiment, il n’était plus question de se laisser influencer par n’importe qui. Il s’était trouvé. Cette année fut réellement grandiose ; il fit et dit les pires bêtises, se trouva de véritables amis, embrouilla encore plus de gens et s’épanouit plus que jamais. Il jouait, jouait sa vie, jouait ses sentiments, et il adorait ça. Plus personne n’était sûr de rien ; autant, les années précédentes, plus personnes avaient compris qui il était réellement, s’il était fille ou garçon, autant cette année là, ces personnes ne furent plus sûres de rien. Il se riait de tout, révisait juste assez pour décrocher des notes acceptables, ce qui lui suffisait amplement ; sauf dans ses matières préférées où il préfère passer un peu plus de temps sur ses leçons.

Bref, Jude s’était trouvé en cette quatrième année. La cinquième ? Hé bien, maintenant qu’il se connaît parfaitement, où est le problème ? A quelques choses près, elle se passera sûrement comme la précédente : délires, jeux, embrouillage. Quoi, comment, pardon, que dites-vous ? Cinquième année ? Les BUSEs ? …



free music


    VOTRE PRENOM OU SURNOM : Chloé =D Maiiiis, mon surnom habituel c’est Clochette, comme la fée.
    AGE / DATE DE NAISSANCE : 15 ans, mwahahaaa, et bientôt 16, ‘tention ! Pis ma date de naissance, c’est pile le milieu de l’année ! Pour ceux pas prédestinés à une filière scientifique, c’est le 1 juillet 1992.
    COMMENT AVEZ-VOUS DECOUVERT LE FORUM ? Bah en fait, c’est Phyllis qui me l’a fait redécouvrir, je le connaissais déjà vaguement avant, mais j’avais jamais pensé à m’inscrire et y a une ou deux semaines, hé bah… j’ai flashé =3
    AUTRE CHOSE A DIRE ? Alooooreuuuh :
    • Je me doutais pas que je serai si inspirée, j'ai fait une fiche hyper trop longue punaise, désolée *_____*
    • J’espère que mon perso pose pas trop de problèmes. Je sais que Jude est, comment dire, très spécial x) mais ça fait longtemps que j’ai l’idée d’un perso qui, comme ça, change d’apparence, un perso androgyne qui joue avec sa particularité, alors j’ai pas pu me retenir de le faire quoi… Je cherchais spécialement un forum comme le votre, lumineux et tout pour le faire… Donc j’espère bien que vous ne voyez pas trop d’inconvénients à c’que Jude prenne ses cliques et ses claques et emménage à MLMP.
    • Pour le dortoir, j’espère que vous avez compris, aussi. Pareil, si vous y voyez un problème, ou si vous avez pas compris comment il fait pour que les escaliers ne se transforment pas en toboggan, n’hésitez pas à le dire, au pire, Jude peut très bien se faire un petit coin dans la Salle commune .
    • J’espère que je vous ai embrouillés et que vous n’êtes pas sûrs de la véritable identité de Ju’ <3 Et j’espère aussi que vous avez remarqué l’évident floutage de son véritable sexe pendant son enfance. C’était pas trop dur à faire, mais j’en suis fière, quand même !
    • Je vais essayer de bien jouer le caractère de Ju-chou comme je l’ai écrit, mais heu, je garantis pas que ce sera exactement comme sur cette fiche x) Parce que bon, j’ai tendance à m’emporter un peu des fois…
    • J’adoooore le design, les smileys, le contexte du forum, l’ambiance, tout, tout, j’aime tout !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mallaury Sansouci
Préfète de Poufsouffle
| 5ème année |
Batteuse
Préfète de Poufsouffle| 5ème année |Batteuse
avatar

Féminin Nombre de messages : 475
Localisation : Paris, Marais (floc, floc)
Poste : Préfète diabolique & Batteuse dans l'équipe de Quidditch de Poufsouffle (on déchire touuut !)
Humeur : Hahaha. Pouët.
<b>Maison</b> : <span style="color: Orange;">Poufsouffle</span>
<b>Surnom de Lutin</b> : Marshmallow
<b>Quidditch</b> : Batteuse
Date d'inscription : 16/12/2007

Livre du Personnage
Humeur:
10/10  (10/10)
Animal: Rat/Souris
Bloc Notes:
MessageSujet: Re: Jude London Howard |100%|   Sam 12 Avr - 20:43

*________*

Oh mein Gott, che suis tombée amoureuse de ta fiche, de ton perso, de tout tout tout *__*

C'est vrai que ça fait bizarre qu'il puisse monter dans le dortoir des filles si la possibilité existe qu'il soit garçon ... Mais je n'ai vraiment, vraiment pas envie de te refuser ça, parce que j'adore l'idée et l'ambiguïté sur Juju, alors on va dire que l'escalier est intelligent et détecte sa psychologie profonde, donc lui permet de passer \o/

Of course, tu es validée, hihihi n______n

Gryffondor
5ème Année


Bienvenuuue sur Mutiiiin et excellent jeuuuuuuuuuuuu < 333

_________________


◊ Tchagadoum : Mallaury parle anglais (avec un accent exécrable)
◊ Tchagadoum : Mallaury parle français
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Jude London Howard |100%|   

Revenir en haut Aller en bas
 
Jude London Howard |100%|
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» QUI EST JUDE CELESTIN ? POURQUI ET PKWA LUI ET NON PAS ALEXIS ?
» Jude Celestin:Un pouvoir fasciste en gestation en Haiti
» UN AUTRE CAS D'USAGE DE FAUX ! SENBLE JUDE CELESTIN PA INGENIEUR VRE !
» Un kit pour Jude SVP.
» BRIDES: Mirlande Manigat gagne 7% alors que Jude ne decolle pas

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Mutinlutin Malinpesti :: ✖ ADMINISTRATION GENERALE DU FORUM ✖ :: ► Dossiers de Présentations :: Gryffondors-
Sauter vers: