AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 bla, bla, bla. [ pv Mallau =]

Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: bla, bla, bla. [ pv Mallau =]   Mer 27 Fév - 3:18

Il y avait dans cette boutique là le paradis de Gwenegan Sane. Des couleurs, des odeurs, du goût. Tout ça, tout ça et rien que ça, c'était magique. Je vous laisse imaginer que ça fait bien une heure qu'il est là, à faire bocal après bocal, tout le tour de la pièce en remplissant son sachet de tout ce qui se passe, des traditionnelles dragées surprise aux chewin-gums à bulles explosives [ j'allais dire radioactives mais en fait nan, pas trop. ]. Au passage il fourre sa minuscule petite main et il chope deux trois trucs qu'il s'enfile dans la bouche avec un sourire mutin, un petit regard en coin au vendeur qui est trop occupé avec autre chose. Quoi ? Je sais pas, à vous d'imaginer moi je m'en fiche, et surtout Gwen. Du moment que ça ne le regarde pas. Et puis il regarde là, le vide à côté de lui, le visage un peu l'air et puis il a ce petit ricanement, tout discret, qui fait un peu sourisseau et qui lui est propre. Et puis après avoir avalé son énorme bouchée de sucre concentré en magie frémissante qui lui chatouille doucement l'oeusophage, il lance :

"Ils sont vraiment supers ceux-la ! C'est dommage que tu puisses pas y goûter."

Et le rien à côté de lui ne répond pas, ne bouge pas. Ca reste juste du rien.
Et puis alors il continue, insouciant, son petit bonhomme de chemin aux pays des carries. Continue avec les petites pelles, les petites pinces, à remplir son petit sachet qui pendouille, bien engrossé, au bout de son petit bras. Avec sa petite chemise, rentrée dans son petit pantalon. Ses petites chaussures. Ses petites manches. Sa petite cravate aux couleurs de Poufsouffle et ses petits cheveux là, un peu en l'air, désordre naturel ou électricité statique [ ? ] qui frémissent comme autant de petites créatures dressées sur son crâne, au rythme de sa démarche dansante. Et il est content.
Il les ouvre, les bocaux, et puis dès fois il oublie de les refermer. Il pioche, par ci par là, dès fois il goutte et il grimace, alors il repose avec un petit rictus de dégoût. Et il continue, il refait le tour, dans un sens, dans l'autre, il fait à son rien qui le suit : "Celui tu crois ? Non ?! Bah tant pis alors. Celui là ? T'es sûr ? Okay.", et il met dans son sachet en papier le truc qu'il vient de désigner du doigt pour montrer au rien celui qu'il soupçonne d'être chouette. Et puis alors qu'il recule pour en faire voire un autre, il se cogne dans quelqu'un et il nous fait un petit saut en avant, il se retourne, tout vif et avec un petit sourire, son paquet serré entre ses mains. La fille, celle qu'il a bousculée, il la connaît seulement de vue.

"Pardon, il fait, avec sa petite voix et un sourire plein de dents. "J'tavais pas vue."

Et alors il se tourne vers le rien.
Dos à sa nouvelle rencontre, les sourcils un peu froncés.
Il regarde le rien droit dans les yeux tu sais, avec un petit air de reproche et le cou penché, il lui murmure assez fort pour que le rien l'entende :
"Bah, t'aurais pu me prévenir qu'elle était derrière moi !"
Revenir en haut Aller en bas
Mallaury Sansouci
Préfète de Poufsouffle
| 5ème année |
Batteuse
Préfète de Poufsouffle| 5ème année |Batteuse
avatar

Féminin Nombre de messages : 475
Localisation : Paris, Marais (floc, floc)
Poste : Préfète diabolique & Batteuse dans l'équipe de Quidditch de Poufsouffle (on déchire touuut !)
Humeur : Hahaha. Pouët.
<b>Maison</b> : <span style="color: Orange;">Poufsouffle</span>
<b>Surnom de Lutin</b> : Marshmallow
<b>Quidditch</b> : Batteuse
Date d'inscription : 16/12/2007

Livre du Personnage
Humeur:
10/10  (10/10)
Animal: Rat/Souris
Bloc Notes:
MessageSujet: Re: bla, bla, bla. [ pv Mallau =]   Mer 27 Fév - 17:21

Pré-Au-Lard était un lieu magique. Oui, bon, magique, c'est sûr me direz-vous ; mais il y avait tout de même là un autre genre de magie que ce qu'on trouvait à Poudlard ou dans le monde des sorciers en général. C'était différent de cette magie prosaïque, expliquée dans les livres, qui s'applique avec de l'entraînement et de la concentration, en suivant des cours intensifs et étonnamment barbants, en remuant sa petite baguette - hop ! Un truc qui vole par ci, un autre qui se liquéfie par là. Non, c'était là une magie toute autre, plutôt dans le sens où l'entendent les moldus sans doute - dans le sens où l'entendent les enfants. Tout de même, ce n'est pas bien vieux 15 ans, on a encore des étoiles plein les yeux à 15 ans. Surtout quand on s'appelle Mallaury Chantale Félicité Sansouci et qu'on a récemment reçu des sousous à dépenser sans compter. Et va-t-on les dépenser, croyez-vous ? Se fournir en chaussettes chez Gaichiffon, oui. Se procurer quelques farces bien innocentes chez Zonko - et en total respect du règlement, bien évidemment -, oui. S'arroser le gosier d'une rasade de bièraubeurre et en profiter pour mater les professeurs attablés aux Trois Balais, oui. Mais surtout, SURTOUT, foncer chez Honeydukes.

Qu'est-ce que c'est, Honeydukes ? C'est un monde en soi. C'est le palais du Sucre, le Comble Bedaine par excellence ; c'est là que se réfugient toutes les plus douces saveurs du monde entier, bien réparties en bocaux ordonnés, et elles n'attendent qu'un coup de dent pour vous bondir sur la langue, entamer une folle farandole le long de votre œsophage et finir par une Dance Party endiablée au creux de votre estomac.

Pas étonnant, alors, que la queue s'étale jusqu'au dehors - mais personne n'avait à attendre dans le froid, heureusement, grâce à l'ingénieux procédé magique bien connu des commerçants qui permettait d'agrandir le pas de la porte presque à l'infini. Seul bémol : on se retrouvait absolument incapable d'estimer quand ce serait à son tour d'entrer dans la Caverne d'Ali Baba version Honey ; il pouvait y avoir dix personnes devant soi aussi bien qu'une centaine, le mirage magique empêchait d'en juger. Forcément, comme on ne savait pas quand ce serait à soi, le temps d'attente s'allongeait, s'allongeait, et semblait terriblement long - surtout quand les odeurs divines filtraient à travers la barrière des corps et venaient vous titiller les narines. Mallaury avait été terriblement impatiente, et ç'avait été un miracle si les gens à ses côtés dans la file n'avaient pas craqué à force de la voir sautiller et sur place et ricaner d'appréhension. Quand enfin son tour était venu d'entrer, un cri tonitruant avait déchiré l'air jusque là plutôt calme de la boutique, et un tourbillon de joie s'était engouffré entre les étalages.

Elle était plantée là depuis un moment, à fixer béatement les bocaux, les étagères, tout, tout autour d'elle, les yeux grand ouverts et la bave aux lèvres. Ce n'était pas la première fois qu'elle venait, bien sûr, mais chaque fois était une nouvelle découverte, et elle aurait pu rester plantée là des heures, à se gorger simplement des odeurs et de la vision de toutes ces merveilles, sans même songer à y goûter. C'était bien parti pour durer, d'ailleurs, et son esprit semblait avoir déjà quitté son corps, lorsqu'elle se fit sauvagement bousculée avec une force digne d'un Troll en train de charger. Enfin, c'est surtout qu'elle ne s'y attendait pas, et qu'étant déjà bancale sur ses petites jambes tremblotantes, elle manqua tomber à la renverse.

"Uh !"

Ses pupilles jusque là dilatées se contractèrent en un instant, et elle n'eut qu'à peine le temps d'apercevoir le regard du Troll - tout petit, pour un Troll, dites donc. Elle retint particulièrement la couleur étonnante de ces yeux-là, et ne put que se rappeler d'un jeune homme de sa Maison qui possédait la même particularité physique. C'était sans doute lui, ce genre de regard ne courait pas les rues ! Elle ne le connaissait que de vue, et son nom lui échappait totalement, mais s'il s'agissait bien de celui qu'elle croyait, il devait être en 2ème ou 3ème Année. Un brave petiot, en somme. Elle le détailla un moment, en oubliant presque les friandises autour d'elle - enfin, elle détailla son dos, il s'était retourné le bougre. Il parlait à quelqu'un. Quelqu'un ?

"Mais ... Y a personne, là ! Tu parlais à qui, aux odeurs ?"

Elle avait passé sa petite tête par dessus l'épaule et tentait vainement d'apercevoir qui pouvait bien être l'interlocuteur du jeune homme. Mais elle avait beau se concentrer, plisser les yeux, imaginer, même, elle ne voyait absolument personne. Encore un énergumène, tiens.

_________________


◊ Tchagadoum : Mallaury parle anglais (avec un accent exécrable)
◊ Tchagadoum : Mallaury parle français
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
bla, bla, bla. [ pv Mallau =]
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Mutinlutin Malinpesti :: ✖ ADMINISTRATION GENERALE DU FORUM ✖ :: ► Archives des RP-
Sauter vers: