AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Que l'hiver morde, le feu nous réchauffe

Aller en bas 
AuteurMessage
Gwen Grayfull
| Elève de 5° Année |
avatar

Nombre de messages : 23
Poste : Elève
<b>Préfère les Designs</b> : Sombre
<b>Quidditch</b> : Poursuiveur
Date d'inscription : 17/01/2008

Livre du Personnage
Humeur:
10/10  (10/10)
Animal: Hibou/Chouette
Bloc Notes:
MessageSujet: Que l'hiver morde, le feu nous réchauffe   Dim 10 Fév - 22:06

[ Phyllis =) ]

La visite à Pré au lard était toujours agréable, surtout pendant les vacances. Flâner dans les rues tout en regardant avec attention chaque enseigne de boutique, chaque vitrine tout en se demandant si quelque chose allait nous attirer l’œil et nous donner envie de pénétrer à l’intérieur de ces endroits, chauffés et agréables… Il fallait bien avouer que c’était terriblement tentant, surtout lorsque le soleil commençait à s’éclipser furtivement derrière la ligne d’horizon, nous laissant sujet au froid de cet hiver mordant. Et c’était souvent à ce moment là que Gwen commençait à chercher un endroit pour se poser et boire quelque remontant que ce soit. Ses mains s’étaient engourdies sous ses gants aux couleurs de sa maison et il ne pouvait plus s’en servir normalement, pas même pour se passer la main sur sa tête, où neige et cheveux se confondaient habilement… Il tenta de faire bouger ses doigts qui s’exécutèrent à demi et douloureusement car sous ce froid, ils avaient du mal à ne pas faire figure de glaçons ! L’air s’était encore plus adoucit ces temps-ci, interdisant aux gens de sortir sans un attirail d’esquimau, écharpe, gants, bonnet même pour les plus frileux et j’en passe ! Tout ça, c’était à cause du vent et de la neige qui provoquaient régulièrement des « mini-tempêtes » ou beaucoup de brouillard qui ne permettaient pas d’aller à l’extérieur… Aujourd’hui le temps était quand même clément, un beau soleil avait surplombé le village des sorciers quelques instants auparavant et le ciel bleu clair commençait à prendre des teintes fantaisistes, le crépuscule s’annonçait et d’ici, le coucher de soleil était tout simplement somptueux. Le temps parut s’arrêter quelques secondes pour Gwen, il leva les yeux au ciel, s’arrêtant en plein milieu de la rue pour observer avec un visage toujours aussi impassible. Quelqu’un manqua presque de le bousculer, regardant le jeune homme étrangement et repartit droit devant en grommelant dans sa barbe des mots totalement incompréhensible que le jeune élève de Poudlard ne cherchait pas vraiment à comprendre en fin de compte. Les gens circulaient dans l’allée principale où il se trouvait, et à peine au bout de quelques minutes le froid devint tellement mordant que l’adolescent décida qu’il était temps de rentrer dans une boutique, aussi dénuée d’intérêt soit-elle, le but paraissait tout simple : avoir plus chaud. Marchant quelques secondes à peine, sondant chaque enseigne pour dénicher un endroit quand même normal… Etant donné que beaucoup des installations à Pré au lard étaient douteuses, Gwen regardait toujours l’ambiance de l’intérieur, le décor, enfin toutes les choses pour se faire rapidement une idée sur les lieux qu’ils ne connaissaient pas.
Finalement, ce fut à la taverne des Trois Balais que le choix du Serdaigle se tourna. Il prit à droite à la rue qui arrivait et tomba né à né avec un Serpentard plus âgé que lui, connut de Gwen, qui le heurta. La réaction fut immédiate, le type tenta de le pousser violemment contre le mur mais c’était déjà un peu trop tard. La personne en question discutait, ou plutôt tentait de draguer, la fille blonde à côté de lui et n’avait pas vu Gwen qui avait reculé d’un petit pas avant de lever ses yeux blancs au ciel, de même couleur, et de repartir en direction de l’objectif qu’il voulait atteindre. L’élève fut tellement surpris de la réaction du jeune Serdaigle qu’il resta assez étonné et reprit sa discussion comme si de rien était, partant en direction de l’allée principale. La lanterne devant la taverne éclairait de jour, en fait elle était totalement inutile mais les propriétaires la laissaient, par habitude sûrement et elle éblouit quelque peu Gwen quand il arriva pour pousser la porte de l’établissement. Une petite sonnette l’empêcha de passer inaperçu, mais avec son capuchon rabattu et l’ambiance avec une lumière tamisée personne ne pouvait le reconnaître, sauf ceux qui s’approchaient pour constater que la personne qu’ils regardaient, possédait des yeux de couleur blanche.
Le cadre de l’établissement était tout à fait sympathique, les boiseries étaient splendides et ressemblaient quelque peu à celles de la cuisine du manoir de sa famille, en bois d’acajou et d’une teinte assez claire. Le plafond était haut et Gwen l’avait même regardé furtivement pour évaluer la hauteur qu’il y avait entre ça et le sol, assez impressionnante. Des sortes d’appliques murales étaient installées en guise de lumière quoique faibles et des bougies étaient disposées sur chaque table pour permettre aux gens d’y voir comme il fallait. La lumière était en fait tamisée et produisait un effet de douceur dans l’esprit du jeune homme. Projetant de s’asseoir au comptoir, il fut vite arrêté dans sa démarche étant donné que la dernière place de libre venait d’être prise par quelqu’un. Un soupir mécontent s’échappa de sa bouche et il fronça imperceptiblement les sourcils… C’était bien les seules fois où le jeune homme se permettait d’avoir un visage expressif, quoiqu’il ne fasse en fin de compte, pas exprès d’être autant impassible devant les gens sauf dans de rare cas où l’émotion était si forte qu’elle s’emparait de lui un intense moment, avant de retomber, pour retrouver son pâle visage que les gens trouvaient bien étrange. L’intérieur était chaud et l’odeur faisait penser au jeune homme les pays exotiques où il était allé l’an passé avec son grand père et son cousin, en Afrique. Gwen choisit donc une table au hasard, où il pourrait être enfin seul et rester au chaud pendant quelques instants avec de devoir indubitablement retourner à Poudlard. Ce fut donc à un endroit proche de la cheminée qu’il décida de prendre place, les tables y étaient rares mais étrangement, personne n’y allait, probablement de peur de se brûler tellement elles semblaient proche de la source de chaleur. Une fois arrivé, il enleva sa veste, son écharpe et ses gants puis les posa sur la table, s’asseyant.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Que l'hiver morde, le feu nous réchauffe
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» ce que nous faisons : les sauts en image
» Et si nous fermions la frontière avec la RD ?
» Il nous a quittés.
» Faut bien trouver une occupation... [ PV : Patte d'Hiver ]
» OH AFRIQUE TU NOUS RESERVES TOUJOURS DES SURPRISES..........

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Mutinlutin Malinpesti :: ✖ ADMINISTRATION GENERALE DU FORUM ✖ :: ► Archives des RP-
Sauter vers: