AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Quelle erreur >< [Libre]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Phyllis R. McLough
Nouveau Lutin

avatar

Féminin Nombre de messages : 84
Age : 26
Poste : en méchante Gryffy x)
Humeur : Machiavélique =D
<b>Maison</b> : <span style="color: rgb(204, 51, 0);">Gryffondor</span>
<b>Préfère les Designs</b> : Sombre
<b>Quidditch</b> : Poursuiveuse
Date d'inscription : 19/01/2008

Livre du Personnage
Humeur:
10/10  (10/10)
Animal: Hibou/Chouette
Bloc Notes:

MessageSujet: Quelle erreur >< [Libre]   Jeu 24 Jan - 16:55


    Phyllis entra en trombe dans les toilettes pour filles avec une belle tâche de café sur la belle robe rouge cendré qu'elle avait spécialement vêtu pour la soirée, après cette dure journée de travail.. En effet, déjà pendant son cours de potions de l'après-midi, la Gryffondor avait raté sa potion qui lui avait explosé à la figure.. A cette réaction surprenante, les garçons présents dans la classe s'étaient mit à rire bêtement, tandis que les filles l'avaient regardé d'un air choqué tout en remerciant le bon dieu de ne pas avoir été à la place de Phyllis. Celle-ci, loin de se soucier des ricanements de ses camarades - de toute manière, tout faux pas de la jeune méritait chaque fois une salve de critiques ou des railleries, alors une de plus ou une de moins, ça lui était égal - leva donc les yeux vers son professeur qui, en échangeant son regard, comprit sa détresse. Il allait lui accorder de se retirer, quand la sonnerie se fit entendre, en quelques secondes, tout le monde avait disparu de la salle, Phyllis y comprit, qui monta le plus rapidement possible les escaliers pour se rendre au 7eme étage, chez les Gryffondors. Bien entendu, les escaliers n'étaient pas de cet avis et il fallut une bonne demi-heure à la jeune fille pour accèder au dernier étage. Chose faite, elle donna le mot de passe à la grosse dame d'une voix fatiguée, celle-ci, pour une fois de bonne humeur, la laissa entrer sans essayer de lui faire la conversation..

    Ainsi donc, Phyllis pût se changer et vêtir cette belle robe rouge cendré que sa mère lui avait offert cet été, juste avant de se rendre à un anniversaire surprise. Il devait être 18h lorsque la Gryffondor entra dans la grande salle, avec l'intention de s'offrir un goûter digne de ce nom. Chose qu'elle exécuta avec un large sourire - ce qui étonna les élèves présents dans la salle - et saisit ainsi une tasse de thé préparée par les elfes de maison, et un cookie au chocolat qui était délicieux.. La fillette dévora son gâteau avec appétit, et, lorsqu'elle saisit sa tasse, un groupe de Serdaigles passa derrière elle et une des filles la bouscula sans faire exprès... Le choc fut immédiat, et le thé se renversa sur la jolie robe de Phyllis.. Celle-ci, horrifiée, se leva d'un bond et vociféra des insultes cinglantes contre la Serdaigle, une 2eme année qui semblait terrorisée par Phyllis.. Elle voulut s'excuser et sortit sa baguette pour réparer les dégâts, mais miss McLough lui montra la pomme de sa main. Hors de question qu'elle jette un sort sur elle, même si elle était sans doute très brillante -comme tous les Serdaigles- il était impensable que Phyllis lui accorde sa confiance.

    Tout le monde avait maintenant les yeux rivés sur la table des Lions, sur Phyllis et le groupe des Serdaigles qui semblait très ennuyées de la gaffe de leur copine... Consciente qu'elle avait attiré le regard des autres, Phyllis s'éloigna de la grande salle et fila vers les toilettes des filles. Une fois entrée, elle se dirigea avec fureur vers le robinet et l'alluma pour se rincer les mains..

    « Fichus Serdaigles de malheur ... » La phrase lui échappa sans qu'elle puisse se retenir, et un quart de seconde plus tard, une valse de larmes envahit les toilettes des filles.

    « Oh Mimi... Je suis désolée ... J'avais complètement oublié que tu étais à Serdaigle... Mais tu ne sais pas ce qu'une fille vient de me faire... » fit-elle en désignant la tâche qui s'était entendu sur les 3/4 du haut de sa robe..

    Mimi regarda brièvement la robe de Phyllis et sembla comprendre ce qui s'était passé, pourtant, elle pleura de plus belle.. La Gryffondor, mal à l'aise, s'en voulait d'avoir fait pleurer le fantôme de Mimi.. Avec elle, Phyllis était très différente, elle ne voulait pas la blesser, ni se moquait d'elle comme le faisait la plupart des élèves de Poudlard, tout simplement parce qu'elle la trouvait différente. Et elle était aussi persecutée par tout le monde, ce qui, étrangement, attendrissait Phyllis..

    Embêtée, alors que Mimi Geignarde pleurait toujours plus, Phyllis tenta de s'excuser avec de vagues mots qui ne firent aucun effet apparent sur le fantôme de la jeune fille.. Quel comble pour elle de se retrouver dans une telle situation, elle qui n'était vraiment pas bonne pour se rependre en excuses...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://hominum-revelio.jdrforum.com
Danael Bloom
| Elève de 6° Année |
Attrapeuse
| Elève de 6° Année |Attrapeuse
avatar

Féminin Nombre de messages : 46
Age : 24
Localisation : Surement quelque part...T'en penses quoi toi? ( ")
Poste : Aucun.
Humeur : Très bonne =p
<b>Maison</b> : <span style="color: Teal;">Serdaigle</span>
<b>Quidditch</b> : Attrapeuse
Date d'inscription : 21/01/2008

Livre du Personnage
Humeur:
8/10  (8/10)
Animal: Chat
Bloc Notes:
MessageSujet: Re: Quelle erreur >< [Libre]   Jeu 24 Jan - 18:36

    Par une coïncidence extraordinaire, Emélia était elle aussi allée goûter, mais n'avait pas savouré son repas comme semblait l'avoir fait Phyllis. La nourriture la dégoûtait plus qu'autre chose, et malgré le talent culinaire sans égal des elfes de maison, elle avait rarement grand appétit à cette heure la. Mais il fallait l'avouer, elle était très difficile sur la nourriture, et ne voulait pas perdre son temps à chercher le met qu'elle convoitait pour le goûter. Elle avait bu une tasse de thé à la menthe marocain, boisson qu'elle affectionnait énormément, sentir le liquide brûlant et délicatement sucré descendre dans sa gorge était une sensation unique et vraiment délicieuse, qui la faisait frissonner jusqu'au plus profond d'elle-même. Encore rêveuse de cette extraordinaire sensation, elle avait quitté la Grande Salle rapidement, devenue trop bruyante et trop fréquentée pour sa petite personne solitaire. On ne se refait pas (x

    Elle errait à présent dans les couloirs, le thé à la menthe calé dans son estomac ,la gorge encore chaude. Elle se sentait pleine d'énergie (En même temps, après avoir bu du thé comme ça...XD) et ne voulait surtout pas aller dans la salle commune de Serdaigle, qui serait à coup sur remplis de petits élèves bien studieux, le nez plongés dans les manuels d'alchimie ,de défense, de métamorphose, et comble de l'horreur: la Divination. Elle détestait la Divination, et ce depuis son entrée à Poudlard, depuis qu'un voyant excentrique, un turban sur la tête, l'avait forcée à tirer les soi-disant cartes de l'avenir. Comme un fait exprès, toutes les cartes représentaient un présage de mort quelconque. Le voyant avait eu une certaine gêne devant la pâleur de la fillette qui venait (malheureusement pour lui) d'acquérir sa baguette magique. Il avait essayé de la réconforter en lisant dans sa boule de cristal une évocation heureuse, mais un Sinistros était apparu dans la sphère. Ayant lu des livres de divination, Emélia avait su à quoi s'en tenir mais avait été convaincue que ce prétendu médium s'était fichu de sa poire. Furieuse, elle avait lancé un maléfice d'urticaire très efficace sur le pauvre homme (fort peu doué...). Elle pensait que sa peau n'avait plus jamais été la même ensuite. Elle eut un demi-sourire en repensant à tout ça, bien qu'elle eut tirée une leçon définitive sur la prétendue science de l'avenir. Du blabla et des mystificateurs, voila ce qu'était la Divination, point à la ligne.

    Ses pas ne la menaient nulle part, elle vagabondait simplement, déambulant parmi les couloirs pour la majorité déserts, une grande paix intérieure l'habitant .Malheureusement, cette bulle de calme se creva presque aussitôt, interrompue par des pleurs et des cris stridents .Excedée, elle leva les yeux au ciel. Bien entendu, ces hurlements appartenaient au fantôme tristement célèbre de Mimi Geignarde, qui venait visiblement de piquer sa énième crise de nerfs du mois.Emélia n'aimait pas beaucoup le spectre, dont les gémissements et les plaintes perpetuelles tapaient sur le système à la demoiselle. Elle évitait de trop la taquiner cependant, car, primo, Mimi était, de son vivant, à la maison de Serdaigle. Et deuxio, son degré de tolérance pour les pleurnicheries était relativement bas.
    Elle alla néanmoins voir ce qui se passait, respirant un grand coup avant d'entrer (Zen attitude XD).

    Et la, ô, surprise, une Gryffondor. Et pas n'importe laquelle, celle qu'elle avait rencontré ce matin-même sur le toit de l'école. Elle avait néanmoins saisi ce qu'avait dit la jeune rouge et or, et en fut très contrariée... Serdaigle de malheur? Humpf. Que c'était vexant pour Emélia, et pour Rowena Serdaigle... Voyant la dégaine de la robe de la Gryffondor, elle en conclut que les bleu et bronze n'étaient pas étrangers à la grande tâche qui s'élargissait sur le vêtement. C'aurait pu être n'importe qui, même un Griffy, mais bon, c'était tombé sur les Serdaigle. Pas de bol. Et même si elle n'y était pas autorisée, Emélia s'avança et d'un coup de baguette rapide prononça une formule très utile.

    "Tergeo!"

    La saleté se volatilisa instantanément, laissant la robe écarlate comme neuve, sans salissure. Dans son état original quoi. Pas mal, son sortilège avait était bien réussi. Emélia en était contente, et c'est avec un sourire ironique qu'elle se permit de balancer sur un ton sarcastique ces quelques mots:

    "C'est sur, tous des abrutis ces Serdaigle, ils ne savent rien faire, ahlala...Quel fléau, vraiment."


    Le blason de Serdaigle bien visible sur sa robe, bien entendu.


Dernière édition par le Jeu 24 Jan - 19:39, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Phyllis R. McLough
Nouveau Lutin

avatar

Féminin Nombre de messages : 84
Age : 26
Poste : en méchante Gryffy x)
Humeur : Machiavélique =D
<b>Maison</b> : <span style="color: rgb(204, 51, 0);">Gryffondor</span>
<b>Préfère les Designs</b> : Sombre
<b>Quidditch</b> : Poursuiveuse
Date d'inscription : 19/01/2008

Livre du Personnage
Humeur:
10/10  (10/10)
Animal: Hibou/Chouette
Bloc Notes:

MessageSujet: Re: Quelle erreur >< [Libre]   Jeu 24 Jan - 19:15

    Malgré cette sorte d'affection qu'elle avait pour Mimi Geignarde, Phyllis n'en était pourtant pas plus patiente, et les cris perçants du fantôme commençaient à raisonner affreusement dans les tympans de la Gryffondor, ce qui començait un peu trop à lui monter à la tête et ça, elle ne pourrait le supporter bien longtemps à cause de ses fréquentes migraines.. Une énième fois, Phyllis s'excusa, mais Mimi ne voulait rien entendre, alors, la jeune blondinette leva les yeux au ciel et, brusquement, elle ne put s'empêcher d'élever la voix, à son tour.

    « Bon Mimi ! Ca suffit maintenant... Je sais pas toi, mais moi je sens que je deviens sourde avec tes hurlements. En plus, regarde dans quel état tu as mit les toilettes, on patauge dans l'eau maintenant » Bon c'est vrai, ce n'était pas tellement différent de d'habitude puisque Mimi Geignarde passait son temps à pleurer. Non mais vraiment, qu'elle drôle d'idée Phyllis avait eu de venir dans ces maudis toilettes. D'ailleurs, avec tout ça, elle en avait oublié la raison de sa venue, et avait complètement fait abstraction de sa robe.

    Alors, haussant les épaules, devenant de plus en plus indifférence par rapport à Mimi Geignarde qui continuait ses singeries sans cesse en volant de Phyllis jusqu'au mur d'en face et vice-versa, mais surtout, toujours en pleurant, ou plutôt en hurlant puisque ses pleurs s'étaient maintenant transformés en beuglements aigres et désagréables.. Soudain, alors que Phyllis cherchait un chemin pour atteindre la porte sans se mouiller ses bottes de sorcière, la porte blanche des toilettes s'ouvrit à la volée et .. Comble du malheur, la Serdaigle qu'elle avait vu sur les toits était là, juste devant elle.

    Phyllis en convint, elle avait mal débuter avec cette jeune fille, et il était peut être temps de rattrapper ses erreurs.. Quoique le moment était vraiment mal choisi puisque la Gryffondor était très tendue et avait les nerfs à cran.. Alors, quand celle-ci jetta un sort rapidement, sans même que Phyllis ait le temps de la réprimer ou même de se retourner pour dévier le sort... Sous les cris toujours aussi agaçants du spectre de l'ancienne Serdaigle, Phyllis baissa ses yeux et constata que la tâche avait disparu.. Rien de miraculeux, mais maintenant, deux choix, deux voies se proposaient à la blondinette. Soit elle s'excusait et remerciait la jeune fille de l'avoir débarrassé de cette tâche, soit elle lui balançait une réponse cinglante, comme à son habitude, et se mettait définitivement la Serdaigle à dos.. Comme si elle n'avait pas déjà assez d'ennemis dans l'école pour s'en rajouter une de plus.. En même temps, avec le ton ironique qu'avait employé la jeune fille, il était hors de question que Phyllis se montre gentille et gratiffiante.

    Phyllis sourit, elle appreciait les gens qui avaient du caractère, et, même lorsqu'elle était personnellement visée, un peu de caractère et de répartie la faisaient toujours sourire. Si cette gamine voulait jouer à ça, elle serait servie avec le nombre incalculable de Serpentards qui arpentaient les couloirs à la recherche de gens à se mettre à dos, mais elle ne jouerait pas à ça avec Phyllis, qui préfera adopter l'indifférence, témoignage de sa maturité et de son intelligence.. Ainsi, elle répondit avec une voix douce et calme, pourtant assez forte pour couvrir les pleurs de Mimi Geignarde.

    « ll ne me semble pas avoir dit ça, mais je dois admettre que les Serdaigles semblent, c'est tout récent, maladroits. »

    Elle sourit sans ironie ou dérision, non, c'était le juste sourire qui montrait qu'elle ne cherchait pas les ennuis, mais qu'elle ne se laisserait jamais faire pour autant. Puis, poussée par un désir irrésistible, elle ajouta :

    « Mais ce sort, tout le monde en est capable. Enfin, Merci, même si, en général, je préfère nettoyer mes vêtements toute seule, comme une grande. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://hominum-revelio.jdrforum.com
Danael Bloom
| Elève de 6° Année |
Attrapeuse
| Elève de 6° Année |Attrapeuse
avatar

Féminin Nombre de messages : 46
Age : 24
Localisation : Surement quelque part...T'en penses quoi toi? ( ")
Poste : Aucun.
Humeur : Très bonne =p
<b>Maison</b> : <span style="color: Teal;">Serdaigle</span>
<b>Quidditch</b> : Attrapeuse
Date d'inscription : 21/01/2008

Livre du Personnage
Humeur:
8/10  (8/10)
Animal: Chat
Bloc Notes:
MessageSujet: Re: Quelle erreur >< [Libre]   Jeu 24 Jan - 20:52

    Emélia regarda d'un oeil pétillant la Gryffondor s'énerver contre Mimi Geignarde, guettant avec impatience le moment ou celle-ci prendrait mal un des mots prononcés. Et, bien entendu, cela ne loupa pas, La miss de Griffy venait de prononcer le mot "sourde". Mimi avait toujours été trop susceptible, et réagi, comme on pouvait le prévoir, très mal."Sourd" se rapportant à "entendre", et "entendre" se rapportant a tous les petits bruits faisant le plaisir des vivants... Les chants d'oiseaux, au dehors, etc... Emélia sentit un petit frisson de délice la parcourir. Malgré tout, le spectre était très sensible aux nuances que l'on pouvait glisser à l'intérieur des phrases. A cette pensée, elle faillit en éclater de rire, un rire méchant, presque démentiel, tellement tourmenter le fantôme aussi subtilement était amusant. La Gryffondor ne l'avait pas fait exprès, mais elle avait encore plus déchaîné Mimi, qui continuait de pleurer à coeur fendre, se fichant éperdument des excuses de... De... Hum. Avec dépit, Emélia se rendit compte qu'elle ne connaissait même pas le nom de la jeune personne se tenant en face d'elle. Ce n'était pas si dérangeant que cela pour le moment, mais viendrait trop tôt le moment où elle devrait l'apostropher...Et où elle se trouverait bien embêtée!
    Justement, la fille venait de se rendre compte de la présence d'Emélia, et, du même coup, de la disparition de la tâche sur sa robe. La jeune Serdaigle aurait sans doute très mal réagi si celle-ci le lui avait reproché d'une manière virulente. Bien qu'elle n'eut pas été spécialement gentille dans sa manière de lui parler, après avoir lancé le sortilège de Nettoyage. l'histoire du toit qui lui restait en travers de la gorge... Rancunière notre jeune sorcière, et pas qu'un peu! Mais bon, l'autre ne semblait pas vraiment remontée contre Emélia après cette réflexion peu amène, et souriait. La jeune Serdaigle fut prise d'un doute: Et si ce sourire était pour l'amadouer, avant de lui jouer un mauvais tour? Mais nooooon, c'était plutôt le genre des Serpentard ça. Tsssss, dans sa paranoïa elle avait oublié ce petit détail (x

    La réponse de la Gryffondor ne lui fit ni chaud ni froid, elle s'était attendue à ce qu'on lui dise ce genre de trucs, ce pendant le ton calme et mesuré sur lequel elle le dit la surprit, et elle haussa un sourcil, perplexe. Elle avait toujours sa baguette à la main, ce dont elle se rendit compte tout juste après que la fille en face d'elle lui ait répondu. Ne sachant pas ce qui se pourrait se passer ensuite, elle ne la rangea pas, le contact du bois sombre et lisse sous ses doigts lui procurant un effet curieusement apaisant .Les veinures dans la baguette semblaient palpiter, gorgées de pouvoir prêt a être utilisé dans le seconde même. Les cheveux de Vélane étaient censés donner un mauvais caractère aux baguettes qui les renfermaient. Mythe ou Vérité? En tout cas, Emélia n'avait jamais pris la peine de vérifier la véracité de cette affirmation ,préférant de loin se servir de son pouvoir plutôt que de comprendre d'où il venait. La noble science concernant les baguettes ne l'intéressait pas, pour quelque raison mystérieuse.
    Elle répondit sur le même ton que la Gryffondor, mesurée et calme. Imitant inconsciemment celle qui lui faisait face, son expression emprunta son sourire.

    "Certes, certes...Mais il faut de tout pour faire un monde, et en l'occurrence ,une maison huhu."

    Ce qui était la pure vérité. Inutile de mettre tout le monde dans le même sac, et surtout pas les Serdaigle x_x
    Tout le monde était différent, les maladroits étaient partout, même chez les Gryffondor, et elle se retint de lui faire remarquer ce très léger détail qui ne lui aurait certainement pas fait plaisir. Mais peut-être qu'il l'aurait instruit, on ne sait jamais.

    "Le sort est très simple c'est vrai, mais tu étais visiblement trop occupée pour t'occuper de ta robe, j'ai cru bon de m'en charger moi-même, t'évitant ainsi la corvée."

    Comme pour rappeler sa présence, l'occupation en question poussa un cri tellement passionné qu'elle n'arriva tout d'abord plus à respirer. Son visage fantomatique devint légèrement plus opaque et le son s'échappa enfin de ses lèvres mortes. Un véritable vacarme retentit, et même si Mimi était morte, on pouvait dire qu'elle ne manquait pas de souffle! Mais c'était sans compter les nerfs d'Emélia qui devint furieuse,et cria aussi fort que le spectre flottant dans les airs.

    "MIMI, j'en ai plus qu'assez de TOI, de TES gémissements PERPETUELS, et si tu n'arrête pas tout de suite je te garantis que tu vas le regretter, et chèrement!"

    Il était rare de voir Emélia crier ainsi, ses yeux assombris par la colère. Ce n'était pas vraiment la jeune fille calme et discrète qu'on avait l'habitude de croiser dans les couloirs, et à qui on faisait un sourire gentil.
    Mimi, indifferente aux menaces de la jeune fille,continua de hurler de plus belle, volant lentement autour du lavabo central.Lorsqu'elle arriva à sa hauteur, Emélia brandit sa baguette et cria.

    "BLOCLANG"

    L'effet fut immédiat.La langue se colla au palais du spectre et elle pouvait toujours essayer,elle n'arriverait pas à produire un son.Passablement enervée, Eva-Milena essaya de sourire à la Gryffondor et d'entamer la conversation,même si l'endroit était quelque peu inapproprié pour cela, avec ses flaques d'eau plus ou moins douteuses et ce fantôme aigri leur lançant des regards furieux.

    "Ah,ENFIN un peu de calme. Je n'en pouvais plus... Sinon,comment te nommes-tu?"

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Phyllis R. McLough
Nouveau Lutin

avatar

Féminin Nombre de messages : 84
Age : 26
Poste : en méchante Gryffy x)
Humeur : Machiavélique =D
<b>Maison</b> : <span style="color: rgb(204, 51, 0);">Gryffondor</span>
<b>Préfère les Designs</b> : Sombre
<b>Quidditch</b> : Poursuiveuse
Date d'inscription : 19/01/2008

Livre du Personnage
Humeur:
10/10  (10/10)
Animal: Hibou/Chouette
Bloc Notes:

MessageSujet: Re: Quelle erreur >< [Libre]   Dim 27 Jan - 14:50

    Phyllis comprit immédiatement sa nouvelle erreur qu'elle avait faite en utilisant certains mots, caractères propres aux humains, qu'évidemment, les fantômes ne pouvaient plus sentir, utiliser sans remords.. Mais bon. En fin de compte, la jeune Gryffondor commençait très sérieusement à en avoir marre des hurlements poussés par Mimi, autant que ses caprices de fillette de douze ans qui fait une scène pour un oui ou pour un non. Enfin, il fallait plutôt dire pour un simple mot, puisque dans le cas présent, le spectre de l'ancienne Serdaigle se vexait à la simple écoute d'un mot susceptible d'émouvoir son égo. Halala.. Quelle calamité.

    Alors que la jolie blonde filtrait la pièce d'un regard perçant, ses yeux se posant une fois sur le fantôme puis, une fois, sur la jeune Serdaigle, allant ainsi de l'une à l'autre, tout en prenant peu à peu conscience de la situation horrifiante pour ses tympans tout comme son esprit, si fragile et si exposé aux migraines depuis quelques temps...

    Phyllis, malgré le bruit incessant qui rendait ses nerfs palpables, observait la cinquième année avec une pointe de sourire sur les lèvres. En effet, elle était amusée de la voir si méfiante, essayant d'analyser les paroles et le caractère de Phyllis, qui, soit dit en passant, était réellement complexe; mais cependant, elle était moins rassurée de voir ses doigts figés sur sa baguette, comme si elle était prête à attaquer la Gryffondor. Après cette dernière remarque, Phyllis plongea discrètement sa main dans sa poche externe, comme pour s'assurer que sa propre baguette, elle aussi constituée de cheveux de Vélane, deux pour être exacte, était toujours là. Ses doigts se refermèrent lentement et avec douceur sur le bois d'aubépine, souple, très flexible, et facile à manier. Elle rigola intérieurement, songeant que l'aubépine était le symbole de la pureté... Etait-elle vraiment si pure que ça ? C'était possible, en tout cas, elle se souvenait parfaitement du jour où, encore très petite, elle avait poussé la porte de la boutique d'Ollivander avec sa mère, et, dans un premier temps, elle avait été très impressionnée par le vieil homme, mais, finalement, à partir du moment où il lui fit essayer des baguettes, Phyllis se souvenait bien qu'elle s'était beaucoup amusée devant les réactions des nombreuses baguettes qui étaient passées entre ses mains.. Pourtant, lorsqu'Ollivander lui avait donné cette baguette de 25,8 centimètres, en bois d'aubépine avec ses deux cheveux de Vélane, Phyllis avait immédiatement sentit un pouvoir naitre en elle, prenant de l'assurance et de la force, tout d'un coup..

    Au souvenir de ses premiers contacts avec sa baguette qu'elle avait maintenant depuis quelques bonnes années, et qu'ainsi, elle connaissait par cœur, Phyllis remarqua à peine la crise de colère d'Emélia sur la pauvre Mimi Geignarde. D'ailleurs, arriva à un moment où Phyllis sentit un nœud dans sa gorge et un mal de tête très prenant qui montait petit à petit tout en martelant l'esprit de la jeune fille. Celle-ci voulut sortir de la salle pour fuir les cris de Mimi Geignarde, mais, à l'instant où elle allait prendre les jambes à son cou pour fuir, Emélia arrêta les hurlements qui résonnaient dans la salle en clouant le bec au fantôme, et c'était le cas de le dire puisque la langue de Mimi se retrouvait immobilisée. Ainsi soulagée, Phyllis s'appuya contre le mur et ferma ses paupières, pour ne plus voir la salle défilait à toute vitesse sous ses yeux.. Elle savoura ainsi ce court instant de silence et de calme, bientôt troublé par les paroles claires et enthousiastes de la jeune Serdaigle.

    Phyllis rouvrit ses yeux, flamboyants comme si une lueur de braise était née en eux, et fixa Emélia. Elle saisit le sens de ses mots, et comprit ainsi qu'elle était contente que le calme était revenu et Blablabla... D'ailleurs, Phyllis jeta un bref coup d'œil sur Mimi Geignarde qui continuait de gesticuler dans tous les sens, mais qui, au moins, se taisait, certes de force, mais quand même. Puis la Gryffondor comprit, devant le regard insistant de la jeune fille, qu'elle lui avait probablement demandé son nom. Convaincue, Phyllis ne pût s'empêcher une bafouille en début de phrase, preuve de son innatention pendant quelques secondes..

    « Qu.. Quoi ? Ah, mon nom... Eh bien oui.. Je m'appelle Phyllis Rhonda Sheryl McLough.. » Elle leva les yeux au ciel en prononçant ses deux autres prénoms, écœurée par l'exentrisme qu'avaient eu ses parents lorsqu'elle était née pour lui donner trois noms, comme si un seul n'était pas suffisant.. Non non, il en fallait trois, pour bien montrer les valeurs nobles et distinguées de la famille.. « Mais Phyllis McLough suffira amplement » Elle ajouta cette dernière phrase avec un regard entendu sur la Serdaigle, puis, poliment, elle lui retourna la question.

    « Et toi ? Tu es ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://hominum-revelio.jdrforum.com
Danael Bloom
| Elève de 6° Année |
Attrapeuse
| Elève de 6° Année |Attrapeuse
avatar

Féminin Nombre de messages : 46
Age : 24
Localisation : Surement quelque part...T'en penses quoi toi? ( ")
Poste : Aucun.
Humeur : Très bonne =p
<b>Maison</b> : <span style="color: Teal;">Serdaigle</span>
<b>Quidditch</b> : Attrapeuse
Date d'inscription : 21/01/2008

Livre du Personnage
Humeur:
8/10  (8/10)
Animal: Chat
Bloc Notes:
MessageSujet: Re: Quelle erreur >< [Libre]   Dim 27 Jan - 19:55

    Visiblement, la Gryffondor était soulagée que le calme soit revenu. Emélia ne put s'empêcher de remarquer qu'elle avait sorti sa propre baguette magique, en bois d'aubépine si Emélia ne se trompait pas. Elle avait reconnu le bois grâce aux veinures caractéristiques qui traçaient ce bois noble et d'allure naturellement patinée. Elle était à cent lieues de se douter que la baguette de cette jeune rouge et or possédait en son sein deux cheveux de Vélanes. Quelque chose, qui, quelque part, les unissait, d'une manière ou d'une autre. Si elle savait ce que contenait le bâton ensorcelé, elle se serait demandé comment cela se faisait, et pourquoi deux cheveux de Vélane. mais comme elle ne savait rien, elle ne pouvait rien faire d'autre que se taire et accessoirement attendre qu'elle lui réponde. Ce qui, naturellement, se produisit. Le prénom sonna étrangement aux oreilles d'Emélia. En même temps, c'était normal.

    "Phyllis Rhonda Sheryl McLough" avait-elle dit.

    Avec des prénoms comme ceux-ci, on pouvait aisément deviner que la famille McLough attachait beaucoup d'importance a la "noblesse", et qu'elle avait sans nul doute choisit des prénoms grandiloquents pour Phyllis. Dur à porter, surtout sur la paperasse officielle. Cela dit, ses prénoms n'étaient pas denués d'un sentiment de bourgeoisie si on glissait vers cette optique. Elle aimait bien comment sa mère l'avait appelée (c'était bien la seule chose qu'elle ne reprochait pas dans les actes de sa figure maternelle) mais pas suffisament visiblement, vu qu'elle se faisait appeler Emélia. Notez bien la nuance. Elle aimait bien, mais pas trop. Enfin bref, tout ça, ce n'était pas important, c'était du passé, blablablablabla... Elle eut un instant de reflexion. Cette jeune personne avait sorti sa baguette en voyant qu'Emélia n'avait rangé la sienne. Elle haussa les sourcils, perplexe. Qui ne le serait-pas, d'ailleurs? Il était stupide de penser que la jeune fille allait attaquer Phyllis, mais peut-etre avait-elle l'air de quelqu'un qui agressait les gens par surprise? Ou que la jeune Gryffondor avait fini par devenir méfiante au fil du temps,tout simplement? Toujours est il que ce geste defensif avait eveillé la curiosité d'Emélia.

    Elle se demandait que pouvait bien avoir vécu Phyllis, quelle était son histoire... C'était la première fois qu'elle s'interessait à quelqu'un comme ça, alors qu'elle ne connaissait Phyllis que très peu. McLough...C'était peut-etre stupide, mais Emélia croyait connaître ce nom. McLough... elle fouilla intensément ce nom, pour voir où elle aurait pu l'entendre, que ce soit dans une conversation entre élèves ragoteurs ou dans une emissiond e radio. Elle chercha pourquoi ce nom lui rappelait quelque chose, mais ce fut peine perdue, car elle ne trouva rien du tout. Même pas le moindre petit indice qui puisse permettre à la Serdaigle de trouver quelque parenté avec des gens connus. Car elle était sûre et certaine que la famille McLough n'était pas des petites gens sans importances. Toute à sa cogitation, elle en avait oublié de répondre à Phyllis, ce qui, comme elle s'en aperçut, était très impoli. Légèrement confuse, elle lui répondit.

    "Eva-Milena Carrow...Mais Emélia est du reste beaucoup plus commode"

    Inspirée par la force divine (XD), elle lui fit un sourire amical. Mais elle ne rangea pas sa baguette. Si Phyllis la gardait en main, elle avait toutes les raisons de se méfier d'elle. Elle était à Gryffondor, elle avait l'air méfiante, et curieusement, elle paraissait être capable d'attaquer sans prévenir. Ce n'était peut-être qu'une impression sortant tout droit de l'esprit de la jeune fille, mais il n'empêche qu'elle restait soupçonneuse à son égard. C'était sans aucun doute stupide, mais on sait jamais. Tout peut arriver, et quelque chose pouvait contraindre Phyllis à attaquer. Machinalement, elle ressera ses doigts sur sa baguette d'ébène.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Phyllis R. McLough
Nouveau Lutin

avatar

Féminin Nombre de messages : 84
Age : 26
Poste : en méchante Gryffy x)
Humeur : Machiavélique =D
<b>Maison</b> : <span style="color: rgb(204, 51, 0);">Gryffondor</span>
<b>Préfère les Designs</b> : Sombre
<b>Quidditch</b> : Poursuiveuse
Date d'inscription : 19/01/2008

Livre du Personnage
Humeur:
10/10  (10/10)
Animal: Hibou/Chouette
Bloc Notes:

MessageSujet: Re: Quelle erreur >< [Libre]   Dim 3 Fév - 18:14

    A présent, Phyllis se sentait beaucoup plus à l'aise. Bien sûr, le cadre et l'ambiance laisser à désirer puisque le sol était complètement inondé d'eau, et les deux jeunes filles pataugeaient dedans, le décor des toilettes n'était pas non plus des plus chaleureux; surement à cause de l'abandon de ceux-ci suite à l'intregration des quartiers par le fantôme le plus détésté de l'école. Bon, peut être pas autant détesté que les esprits malveillants du château comme Peeves, ou encore ce prince dont elle ne se souvenait plus du nom, qu'elle n'avait jamais rencontré depuis son arrivée à Poudlard, mais dont elle avait entendu parler... Ceux-là étaient peut être pires que Mimi, mais dans le genre agaçant et insuportable, elle battait quand même pas mal de records...

    Heureusement, Mimi finit par s'arrêter de gesticuler et Phyllis ne s'en trouva que plus soulagée, car à force, elle aurait fini par avoir le tournis, chose qu'elle détestait et surtout, qui l'affaiblissait. La main toujours enfouie dans sa poche, elle finit par la sortir, tout en gardant les doigts serrés sur sa jolie et souple baguette. Ainsi, elle avait sorti son arme, si on peut dire, mais elle ne comptait pas s'en servir pour attaquer au contraire. Quoique bien entendu, plutôt forte en reflexes et attaques, Phyllis s'en servirait si elle le devait. Enfin, elle avait surtout sorti sa baguette en aubépine rougie par esprit de protection, en effet, lorsqu'elle se retrouvait affaiblie par ses migraines ou ses crises, la jeune fille avait pris l'habitude de saisir sa baguette, comme si elle lui donnait plus de force, plus de protection, ce qui, quelque part, n'était pas totalement faux.

    Bien sûr, la jeune Serdaigle ne pouvait pas savoir tout ça, et lorsque Phyllis croisa son regard, elle fut tout d'abord étonnée de voir ce regard méfiant, puis comprit vite la raison. Sa première pensée ? Absurde, mais finalement, la sixième année sourit et s'avoua qu'elle aurait sûrement réagi de la même manière.. Cependant, comme elle ne voulait pas qu'Emélia découvre son secret, sa faiblesse, elle se contenta de faire comme si de rien n'était et caressa sa baguette avec douceur et tendresse. Elle, au moins, elle l'avait accompagné depuis sa plus jeune enfance, ceux que beaucoup d'autres avaient renoncé à faire.. En fait, cette baguette était l'un des rares objets qu'elle avait gardé depuis son entrée à Poudlard, ce qui signifiait aussi pour elle son isolement des autres, un changement de vie radical.

    En entendant le véritable nom de la jeune fille, Phyllis n'en fut qu'un peu plus amusée, mais elle ne traduît cette distraction par un simple sourire, très fin et à peine visible. Peut être par rouillure puisqu'elle n'avait plus beaucoup l'occasion de sourire franchement, ni pour quelques petits détails comme celui-ci; enfin, pour le coup, c'était assez inexplicable... D'ailleurs, Phyllis allait faire un commentaire sur le prénom de la Serdaigle, mais elle constata que celle-ci regardait une fois de plus sa baguette, alors, prenant l'initiative, la Gryffondor décida de tourner la situation à son avantage, peut être pour apaiser l'esprit d'Emélia, pour lui montrer qu'elle ne voulait en rien l'attaquer. Du moins, ce n'était pas son intention.

    Ainsi donc, elle posa ses yeux sur sa propre baguette, juste après avoir soutenu le regard d'Emélia et enchaina doucement, comme si c'était tout naturel pour elle.

    « Elle est jolie n'est-ce pas ? 25,8 centimètres, en bois d'aubépine avec deux cheveux de Vélane. On m'a un jour dit que ces derniers étaient synonymes de caprice et de mauvais caractère.. Je ne sais pas si c'est vrai, en tout cas, je n'en serai pas vraiment étonnée »


    Oh ça non, capricieuse et de mauvais caractère, Phyllis l'était et au fil du temps, elle avait appris à faire avec, alors, à présent, elle n'avait aucunement honte de signaler d'office son caractère, comme pour prévenir les personnes qui comptaient garder le contact avec elle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://hominum-revelio.jdrforum.com
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Quelle erreur >< [Libre]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Quelle erreur >< [Libre]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Milah ? Quelle erreur pour une femme d'attendre que l'homme construise le monde qu'elle veut, au lieu de le créer elle-même. [Anaïs Nin]
» JEAN JUSTE LIBRE HEUREUX ! JACQUES ROCHE EST MORT POU JE'L !
» La rosée du matin sur un air de poème [Libre]
» Obama en chute libre ...
» Quelle est la base du développement ?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Mutinlutin Malinpesti :: ✖ DEUXIEME ETAGE ✖ :: ► Toilettes des Filles-
Sauter vers: