AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 La table des Poufsouffles [PV Greg]

Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: La table des Poufsouffles [PV Greg]   Sam 19 Jan - 8:35

~I'll Keep you my Dirty little secret ... ~


Encore une fois. Elle se tenait devant lui, les yeux brillant de larmes, les mains jointes sous le menton. Sans comprendre pourquoi, elle venait encore lui demander. C'était probablement la saison. Possible que le printemps c'était pointé avec 4 mois d'avances et la saison des amours avait commencé sans qu'il ne soit prévenu. Il avait entendu des conversations comme quoi, Hell avait posé un lapin à une jeune fille, ce qui n'étonna personne pour être sincère. Mais voilà, une fois encore Félix se retrouvait dans ce même couloir, sombre. Couloir lugubre, dont la lumière du jour (aussi haut sois le soleil) ne pouvait pénétrer. Le même couloir qui ne lui inspirait jamais l'enthousiasme. Un simple couloir, certes, mais celui qui menait vers le cours de Potion, ce dit cours ou il faisait tout pour être un véritable pied. Oh, n'allez pas croire que Félix n'était ni doué en potion ou encore qu'il n'en avait guère l'envie. Non. En faites c'était probablement l'amertume qui vivait entre lui et le professeur qui le poussait à soupiré chaque matin quand il posait son regard sur "Potion ; 7h30 du matin", comme premier cours, on ne pouvait demandez mieux.
Mais outre que le cours de potion, voilà maintenant que le rouquin redoutait le couloir pour une autre raison. Elle. Cette même jeune fille, aux tresses blonde, lui tombant sur les épaules. Cette même jeune fille qui lui envoyait des messages timidement, subtilement. Cette demoiselle dont les couleurs de la maison était le bleu et argent. Bien qu'elle fût jolie, Félix ne ressentait rien face à celle-ci. En vérité, jamais il n'avait remarqué la jeune fille avant que celle-ci ne s'approche de lui une journée ou la neige tombait lentement. C'était au début du mois de Décembre, un peu avant les examens.

Alors qu'il sortait du cours de Potion, rigolant avec son Frère ainsi que quelques ami(e)s, le rouquin sentit sa chemise tiré vers l'arrière. Croyant d'abord a une blague ou une fine attention de son jumeau, Félix s'était retourné avec un charmant sourire, sourire qui s'effaça lentement pour laisser place a une surprise des plus total. Premièrement, s'était la première fois qu'il voyait une jeune fille les joues aussi rouge, mais surtout, la première fois qu'il la remarquait. Semblait-il qu'elle fut toujours dans sa classe, même année. Différente maison. D'accord, il l'avouait. Jamais il ne fut un véritable observateur, mais des cheveux aussi platine, il les aurait déjà vue, non ? Et bien non. Alicia. Elle se nommait Alicia, avait 16 ans (tout comme lui) et semblait prise de tremblement intense et interminable.
Bien sur, au premier regard Félix crut qu'elle avait froid, qu'elle cherchait quelque chose, mais bien vite il réalisa que ce qu'elle cherchait, s'était avoir une réponse a une simple question. Réponse qu'il ne put donner, réponse qu'il ne trouva pas. Les seuls mots qu'il fini par prononcé fut ; "- Laisse moi un peu de temps ... " Pour une première fois, c'était toute une rencontre. Elle avait sourit et s'était retournée en gambadant vers son groupe d'amies. Quand Gregoire s'approcha pour savoir ce qui venait de se produire et quand Félix lui expliqua, le rouquin ne remarqua guère le regard de feu qu'il lança vers la jeune fille. Jamais Gregoire n'avait eut un regard aussi intense et s'il avait fallu que Félix le vois, les questions auraient fusé comme un Jet privé filant droit vers Paris (ouais métaphore de merlin xD).
Mais cette fois, oui. Cette fois la jeune Alicia ne souriait pas. Même que les larmes commencèrent doucement a rouler sur ses joues. Son regard qui, tout a l'heure brillait sous une lueur d'espoir, voilà que maintenant la tristesse perça le coeur du garçon.
Le tact ? Félix n'en avait pas, mais bien que cela ne fut pas méchant, il savait qu'il aurait du lui dire plutôt... Seulement, jamais avant aujourd'hui, une fille ne s'était réellement intéresser a lui, au point de lui posé la fameuse question "- Tu voudrais être en couple avec moi? "

"- Alicia... "
"- Mais pourquoi? Je... Je ne suis pas assez bien ? "
"- Je n'ai jamais dis que tu ... "
"- C'est a cause de .. Lui ? "

Sans vraiment comprendre pourquoi, le coeur de Félix rata un battement. Quand elle eut prononcée le "lui" avec autant de dégout, le rouquin compris qu'elle parlait de Gregoire. Bien sur, des rumeurs circulaient à leur sujet, comme quoi ils étaient probablement en couple, que c'était incestueux ce qu'ils pouvaient faire. Il est vrai que dormir avec son frère, qui plus ait, fait des cauchemars chaque nuit, c'était quelque chose d'incestueux. Mais cette fois, oui cette fois quand elle eut prononcée le "lui" avec autant de colère et de dégout, Félix ne répondit plus de lui ... Les gens pouvaient s'en prendre à lui. Pouvait l'insulté, le frapper, lui lancer les pire sortilèges possible. Mais quand quelqu'un touchait à sa famille et surtout a Lui. Félix ne le supportait pas. D'abord, qu'est-ce que Gregoire venait faire dans la discussion ? Serrant les poings avec force, poings qui restaient bien cacher dans les poches de ses jeans, il posa un regard pénétrant dans celui bleuatre de la jeune fille. En la voyant frémir, il vit qu'elle avait comprit son erreur.

"- Lui ? "
"- O-oui... "
"- Grégoire ? "
"- Je ne ... "
"- Pourquoi ? En quoi aurait-il un rapport dans cette conversation ? "

La voir ainsi, reculée d'un pas, fit comprendre a Félix qu'il serait préférable qu'il quitte les lieux. Qu'il prenne son sac et la laisse là, seule avec sa stupidité ! Et d'ailleurs, c'est ce qu'il fit avant même qu'elle n'ouvre la bouche pour dire quoi que se sois. Dans une démarche de colère, le jeune homme s'enfonça dans les ténèbres du couloir, jurant et lançant des regards noir vers les plus jeunes qui s'amusaient tranquillement. Sous le regard du grand Poufsouffles, les trois jeunes figèrent pour finalement prendre leur jambes a leur cou. Tournant le coin du couloir, Félix s'arrêta brusquement.

"- Comment... "
"- Il... y a un passage secret là-bas... Félix attends ! "

Alors qu'il reprenait sa route, le regard toujours remplit de colère. Il se sentit freiner dans son élan quand une main douce et fragile lui saisit le poignet.

"- Je te demande pardon... Mais il y a tellement de rumeur sur ton frère et toi que ... "
"- Mais ce ne sont que des rumeurs ! "

Il n'avait pas voulu haussé le ton.
Il n'avait pas voulu la faire sursauté.
Mais il ne voulait pas non plus que quiconque ne découvre véritablement son secret. Un secret que peu de gens ne connaissaient, en faite, personne ne connaissait se secret. Un lourd secret qui semblait totalement déroutant, choquant. Un secret qu'il gardait bien au fond de lui et qu'il n'avait découvert qu'à force d'avoir son frère contre lui. Le coeur battant trop vite sous chaque regard, les frissons qu'il pouvait ressentir quand l'effleurement de sa main lui touchait la peau. Au moindre sourire, le coeur chavirait. Non ! Personne ne devait comprendre son secret, personne !

"- Mais... Vous êtes si proche, si ... Vos regards ! Ils parlent beaucoup pour vous, Félix ! "
"- ... "

Muet. Il resta muet devait cette révélation. Leur regard ? Vraiment ... Ainsi donc, Grégoire l'observait aussi? Comment se fait-il qu'il n'ait jamais rien remarqué ? Fronçant les sourcils, Félix dégagea doucement son bras, puis lui sourit délicatement. Après tout, elle avait raison ... C'était a cause de lui. Mais ça, jamais il ne l'avouerait. Jamais il ne donnerait la chance a quelqu'un, outre que Grégoire, de connaitre la vérité.

"- Alicia, ami ? "
Possible que sa voix maintenant douce et calme la déstabilisa, puisqu'elle mit un moment avant de comprendre pourquoi il lui souriait en lui tendant la main. Mais après la surprise passée, elle sourit et lui saisit la main en serrant celle-ci.
"- Amie. "

~~~


"- QUOI ? Mais tu es malade ! C'est LA plus belle fille de l'école quasiment ! "
"- Hum, je pensais que c'était Diane. "
"- Mais... HEY ! "

Les rougeur qui apparut sur les joues de son ami fit éclaté Félix de rire. Un rire heureux. La scène qui s'était passer quelques heures plutôt s'était transformé en souvenir, même si quelques questions lui trottait dans la tête, Félix n'y pensait que légèrement. Ce n'est qu'en voyant la porte de la grande salle s'ouvrir, qu'il sentit son coeur battre de nouveau rapidement. La vision de son frère, tout sourire lui réchauffa le coeur... Mais encore là, une phrase lui restait dans l’esprit.. "- Vos regards ! Ils parlent beaucoup, Félix. "... Vos regards... Regard qui se croisa soudainement, faisant sursauter Félix qui, étrangement se sentit rougir. Secouant la tête, il saisit une miche de pain et se redressa en courant vers son frère, un large sourire sur le visage.

"- Greg ! Alors, près pour les auditions de Quidditch ? Avec Scott qui est incapable de remonter sur un balai, je crois que nous allons avoir beaucoup de demande ! " Il se pencha vers l'oreille de celui-ci et murmura doucement. "- Je crois qu'il faut qu'on parle ! "

Se redressant, il fit un clin d'oeil à son frère... Puis détourna le regard vers Alicia, soupirant un moment, sans réellement s'en rendre compte.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: La table des Poufsouffles [PV Greg]   Sam 19 Jan - 10:47

Quels que soient les pas qu'il fait, il ne semble pas y avoir d'issue dans les environs. Les murs demeurent solides et inébranlables tandis que la foudre s'abat sur les pilliers qui s'étendent verticalement et dépassent le regard humain devant lui. L'individu prévoit de prendre un détour vers l'allée 26, histoire de préparer un plan provisoire qui le sauvera d'éventuelles persécutions. En effet, le chemin principal est haut perché et les aiguilles y volent avec l'intention délibérée de vous percer la peau. Jamais plus il ne veut ressentir cette sensation choc qu'est le travers d'une aiguille en toute profondeur de son corps. Par ailleurs, l'allée 26 jouit d'une protection particulière contre les "intruses". L'individu se cache derrière un groupe de gens qui marchent tout en discutant de choses banales... Ils ne se rendent apparemment pas compte que c'est la fin du monde.

C'est un peu comme un jeu, des stratégies sont basées sur l'histoire principale, et le héros doit faire usage d'une certaine vivacité d'esprit pour échapper aux chemins plus épineux. Dans le cas présent, le personnage est plutôt du genre perdu. Il ne sait pas encore exactement comment le tout fonctionne. C'est la première fois qu'il adhère à une telle activité. Et rien ne semble le préoccuper d'avantage que la possibilité énergiquement désespérante de pouvoir sortir de ce qu'il appelle son "Cauchemar". Alors que cette pensée lui traverse l'esprit, et que le ciel commence à pleurer ses propres larmes de cristal, il sent son corps combattre contre des draps qui menaçent de l'avaler complètement, puis...

Un cri dans le dortoir.
Le réveil.

~~~~


Grégoire ressera son étreinte sur son jumeau, sentant les larmes qui s'étaient refoulées aux coins de ses yeux couler sur ses joues tandis qu'il enfouissait son visage dans le cou de Félix. Ils étaient maintenant habitués à ce genre de réveil, à cause des cauchemars incessants de Grégoire à pratiquement chaque nuit. C'était une raison pour laquelle ils avaient trouvés préférable - et non moins confortable - de s'installer dans le même lit, même à Poudlard. La présence de sa moitié permettait à Greg' d'avoir moins peur lorsqu'il ressortait de ses "transes".

La routine du matin s'installa rapidement, prenant leur douche, chacun leur tour, puis Greg' qui faisait tomber sa pile de livres sur le sol et disait à Félix d'y aller et de ne pas l'attendre... L'autre se permettait de redire plusieurs fois : "Tu es sûr ?" avant de sortir sous le regard amusé de Grégoire qui s'appliquait à vérifier que tous ses livres étaient bel et bien replacés correctement et qu'il ne manquait véritablement aucune page susceptible de lui faire dire plus tard un "J'aurais dû" décu. Le temps de se rendre à la bibliothèque, de discuter avec une bande d'amis de cinquième année, et de descendre les escaliers jusqu'à la Grande Salle, Félix eut bien le temps de parvenir à la table des Poufsouffle. Lorsque Grégoire, soulagé et heureux après s'être entretenu avec ses copains de classe, entra dans la Grande Salle en souriant, il se gratta l'arrière du crâne, et vit facilement son jumeau dans la foule d'élèves. Il venait vers lui et semblait tout aussi heureux de le voir que Greg était content de pouvoir lui reparler. Malgré le peu de temps qu'ils avaient passés séparés, c'était déjà beaucoup pour le plus jeune qui ressentait facilement un manque lorsque Félix n'était pas à ses côtés.

Greg' hôcha doucement de la tête avec les yeux brillants d'amusement lorsque son jumeau lui parla des auditions de Quidditch, puis il s'approcha un peu trop près, si bien que Greg' sentit son coeur manquer un battement : "- Je crois qu'il faut qu'on parle ! "

Se demandant ce que son grand frère entendait par "parler", il lui envoya un regard interrogatif tandis qu'il suivait le coup d'oeil que lança Félix à quelqu'un à la table des Serdaigles. Froncement de sourcils.

"Parler de quoi, Félix ?"


[C'est court =/]
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: La table des Poufsouffles [PV Greg]   Dim 20 Jan - 6:38

.::. All about us .::.


Le mensonge. Depuis qu’ils étaient tout petit c’était le mot clé de leur relation. La nuit, quand l’un ne dormait pas, c’était pour veiller sur le sommeil de l’autre. Trop longtemps le plus vieux avait veillé sur le plus jeune dans l’espoir de voir ces cauchemars fuir. Trop longtemps, le plus jeune cauchemardait sans jamais de répit. Depuis tout jeune, le plus vieux passait des nuits blanches, sans le moindre moment de sommeil. «Félix, tu as dormis cette nuit ? » Un mensonge. C’était toujours ainsi. Oh, ils étaient jumeaux. Ce connaissaient pratiquement par cœur. Mais il y a des secrets qui demeurt toujours introuvable, même pour des jumeaux. Ils pouvaient tout se dire, mais pouvaient également tout se cacher. C’était connu. Beaucoup de gens croyaient que les jumeaux identiques, pouvaient lire les pensées de l’autre, ressentir quand l’un pouvait avoir mal, vivre les mêmes souffrances, se comprendre dans un simple regard. Oui, par moment, tout ceci était vrai. Malheureusement, l’inverse pouvait être faux aussi. Combien de fois, Félix soupçonnait son frère de lui mentir a propos de ses cauchemars ? Quand il entendait la voix de Grégoire tremblante lui dire qu’il avait bien dormit pour une fois. Combien de fois il avait vu les grimace sur le visage de son frère après une blessure et l’entendre lui dire « mais je vais bien Félix ^_^ ». Vous voyez ? Même proche d’une personne, le mensonge est présent. Présent dans les moments de peine, question de ne pas créer d’inquiétude a l’autre. Dans les moments de colère, pour ne pas créer une dispute inutile. Dans les moments de faiblesse, pour ne pas avoir l’air fragile –se dont Félix détestait-. Même dans les moments de grande fragilité, le mensonge était de mise.
Être totalement sincère était difficile. Si même envers soi-même nous ne le sommes pas, comment être capable de l’être devant la personne que nous aimons, respectons et que nous chérissons le plus ?

Alors oui, ils devaient parler.
Maintenant Félix s’était mentit trop longtemps a lui-même. Il avait mentit trop souvent a son frère quand il lui demandait tout souriant « Félix, est-ce que tu as amoureux ? » D’accord. Dès le départ il aurait été préférable qu’il avoue tout. Préférable de faire comprendre a son frère qu’il aimait quelqu’un, mais que possiblement, jamais de relation en verrait le jour. Depuis qu’il avait ressentit les papillons prendre envole a chaque fois que son frère lui touchait la peau, depuis qu’il avait comprit que son cœur ne battrait jamais plus pour personne d’autre que Greg. Certes, l’amour avait des mystères. L’amour n’était pas la tasse de thé de Félix. L’amour n’avait jamais effleuré ses pensées avant maintenant. Et honnêtement, le rouquin ignorait comment se sentir face a se sentiment étrange qui grandissait en lui. Depuis qu’il avait entendu la phrase d’Alicia, quelque chose s’était réveillée en lui. Un sentiment étrange, une peur intense et de l’inquiétude.

«Vos regards ! Ils parlent beaucoup pour vous, Félix !» Il y croyait. En tout cas, pour son propre regard. Félix savait parfaitement qu’il ne pouvait s’empêcher de dévorer Grégoire des yeux et même si par moment les moqueries et les rumeurs venaient à ses oreilles, il ne pouvait démentir. Son frère était séduisant, une touche de fragilité et de charme se dégageait constamment de son jumeau. C’était quelque chose qui plaisait beaucoup chez Félix. Le sentiment de protection qu’il pouvait procurer a son frère lui plaisait beaucoup et son regard … Oui. Son regard parlait beaucoup trop. C’était là une remarque que sa mère lui avait déjà fait.
Même quand il fut tout petit, son regard parlait déjà pour lui. Si Grégoire démontrait facilement les larmes et un sentiment de désolation, Félix était totalement le contraire. Incapable de dire « pardon », incapable de consoler convenablement quelqu’un, maladroit dans les mots surtout. C’était plutôt quelqu’un de démonstratif qui n’hésiterait pas à faire un câlin maladroit ou a tendre un mouchoir dans un regard qui exprimait la compréhension. Comme il l’avait fait tout a l’heure avec Alicia. Ne pouvant lui donner l’amour qu’elle désirait, il préféra lui tendre la main pour une amitié qui se développerait et qui sait… Possible qu’elle devienne proche.

Un bout de pain toujours dans la bouche, Félix reporta son attention sur son frère quand celui-ci lui posa une question. Ah oui. C’est vrai … Soudainement il cru que son cœur allait sortir de sa poitrine sous les battements rapide et intense. Drôle de sensation pour un garçon qui n’avait jamais vraiment vécu cela avant maintenant. Était-ce qu’Alicia avait ressentit quand elle s’était approchée de lui pour obtenir la dite réponse ? Jamais il ne le saurait, mais si c’était bien ainsi… Alors oui, maintenant il n’y avait plus de doute ; Il était bel et bien amoureux.
Tremblant doucement et l’incertitude entre les oreilles, le rouquin saisit la main de son frère et l’amena vers le fond de la table. Comme l’heure du diner se terminait bientôt, ils seraient tranquilles, surtout que peu de gens venaient les voir quand ils s’éloignaient ainsi. Passant une jambe par-dessus le banc, pour s’assoir a califourchon sur celui-ci, Félix se passa une main dans les cheveux. Comment pourrait-il amené le sujet sur la table ? C’était quand même délicat et il ne voulait surtout pas être maladroit …

«- Alicia ma demander d’être son petit ami. »

Allez savoir pourquoi, mais aussitôt, Félix regretta d’être aussi peu … en faites, il regrettait d’être con.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: La table des Poufsouffles [PV Greg]   Lun 21 Jan - 5:59

Il suivit son frère tranquillement, un petit sourire aux lèvres, ne semblant pas se rendre compte de la lourdeur du regard de son frère et du poids qu'il avait l'air de porter sur ses épaules. Grégoire s'assit près de Félix tout en jetant un regard aux élèves qui restaient encore aux autres tables. Après avoir fait le tour de la salle, Greg' reprit contact avec les yeux de son jumeau et afficha un air des plus interrogateurs. Il ne comprenait pas bien pourquoi ils n'étaient pas en train de manger tranquillement avec les autres, blaguant et riant comme à chaque matin depuis des années. Il ne saisissait pas l'importance du sujet qui allait probablement suivre... Il était un peu beaucoup perdu, le Greg'.

La tête sur le côté, les mains sur les genoux, il réfléchissait... Réfléchissait à ce que son frère voulait lui dire, au Quidditch, aux cours, à son cauchemar... Tout s'enchaînait.

Puis...

«- Alicia ma demander d’être son petit ami. »

Première réaction : Silence.
Il ne savait pas quoi répondre. Son expression oscillait entre la surprise et l'indifférence évidemment feinte. Pourtant, ce n'était pas la première fois que Félix était sujet à une telle demande, Grégoire en avait eu sa dose également, mais probablement que la raison était qu'il ne supportait toujours pas l'intense panique qui s'emparait de lui lorsqu'il songeait à la possibilité que Félix ait dit : "oui". Ce n'était déjà pas facile pour des jumeaux de se détâcher, imaginez si, en plus, Félix se trouvait une copine !

Deuxième réaction : Peur.
*Non...non...non....NON !*
Ce ne pouvait pas être possible ?! Grégoire imaginait déjà son jumeau en train de s'approcher d'Alicia... Cette magnifique demoiselle de Serdaigle... Oh non ! Non, non, non ! La serrer dans ses bras...l'embrasser...O___O. C'était pas compliqué, Greg' avait l'impression de mourir avant même d'avoir percuté le mur ! Ce n'était pas nouveau, même dans sa jeunesse, les jours où il devenait plus faible et se mettait à trembler, les heures passées au lit... Grégoire n'était pas super solide physiquement, et mentalement il était plutôt fragile. Il avait souvent l'impression qu'il n'était rien du tout, et était une personne extrêmement généreuse et à l'écoute. Seulement, sa passion pour les gens et sa peur d'être mis à l'écart le rendait un peu maladroit et il ne se rendait pas toujours compte de comment il agissait par moments.

Troisième réaction : Colère.
*Je vais la tuer...cette garce*
Malgré la douceur et la gentillesse de Grégoire, il devenait parfois tout autant colérique que son frère dans les circonstances où celui-ci était impliqué dans des histoires comme celle-ci. C'est alors qu'on découvrait une personne plus ou moins cruelle qui n'hésitait pas à blesser les autres pour garder Félix pour lui-même. Jusqu'à maintenant, il s'était retenu de tout commentaire, fixant son frère sans douter une seconde de la possibilité que Félix comprenne les sentiments de son jumeau à travers son regard doré. Alicia ne méritait pas une colère, elle était un peu comme lui en apparence, alors pourquoi tant vouloir la trucider ?...

Greg eut très envie d'aller se cacher quelque part à tout jamais.

Dernière réaction : Mensonge.
Il ne demeurait plus qu'une seule et unique solution pour que Grégoire ne délie sa langue trop fortement et expose ses sentiments cachés à la personne concernée qui était assise à côté de lui sur le banc, en plein milieu de la Grande Salle et avec les yeux de douces jeunes filles en fleur braqués sur eux.

« Et quesque tu as dis ? »

Un sourire faussement amusé se dessina sur son visage.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: La table des Poufsouffles [PV Greg]   

Revenir en haut Aller en bas
 
La table des Poufsouffles [PV Greg]
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Table des Poufsouffles
» La Table des Poufsouffles
» les debut de ma table de jeu .
» Projet table de jeu
» Les bonnes manières de table

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Mutinlutin Malinpesti :: ✖ ADMINISTRATION GENERALE DU FORUM ✖ :: ► Archives des RP-
Sauter vers: