AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Hell |Got Heaven ?|

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Hell Denmark
| Elève de 6° Année |
avatar

Nombre de messages : 6
<b>Maison</b> : <span style="color: Teal;">Serdaigle</span>
<b>Préfère les Designs</b> : Mignon
<b>Quidditch</b> : Gardien
Date d'inscription : 15/01/2008

Livre du Personnage
Humeur:
10/10  (10/10)
Animal: Aucun
Bloc Notes:
MessageSujet: Hell |Got Heaven ?|   Mar 15 Jan - 19:09

| FICHE SOUS FORME DE RP |

|MAISON DEMANDEE : Serdaigle|
|POSTE DEMANDE : Gardien|




    ► CE MONDE N’EST QU’UN PONT.
    ► TRAVERSES-LE MAIS N’Y CONSTRUIS PAS TA DEMEURE.


La main glisse doucement sur le papier pâle. Au fur et à mesure des mouvements, une encre légèrement bleutée vient tacher la feuille. Des traits noirs, séparant des colonnes vides, indiquent où écrire et quoi écrire. Dans la pièce, règne une légère musique espagnole. Le soleil baisse doucement derrière la fenêtre, offrant à qui voudrait un magnifique couché de soleil sur le pacifique.


Citation :
|+| DOSSIER CIVIL.
Numéro : 0135.


> NOM DU PATIENT : Denmark.
> PRENOM(S) : Hell Santiago Rapunzel.
> DATE DE NAISSANCE : 12 Mars 1954.
> LIEU DE NAISSANCE : Bantry, Irlande.
> LIEU DE VIE : Takaroa, Îles de Tuamotu. Polynésie Française.

> MERE DU PATIENT : Kura Denmark, née Fa’Dji. Naissance le 20 Février 1924. Statut : décédée.
> PERE DU PATIENT : Sid Denmark. Naissance le 15 Juillet 1922. Statut : Scientifique en Biologie Marine.
> FRERE(S) DU PATIENT : Heaven Denmark, frère jumeau. Matthis Denmark, aîné d’un an.
> SŒUR(S) DU PATIENT : Saori, cadette de quatre ans.

Je soussigné Dr E. Ma’Coma, médecin urgentiste, certifie avoir examiné le patient Hell Denmark lors de son arrivée à l’hôpital. Diagnostique donné à l’arrivée : Mort clinique par noya…


« Docteur ! Docteur venez vite !
- Maria, je suis en train de rédiger mon rapport pour le…
- C’est à propos du garçon arrivé cet après-midi, de Takaroa !
- Qu’est-ce que…
- Venez vite vous dis-je ! »


J’ouvre les yeux. Le Monde est blanc. Trop blanc. Ca fait mal... Pourquoi est-i si blanc ? Où suis-je, d’abord ? Qu’est-ce que cet endroit ? Je cligne des yeux, aveuglé par la lumière qui émane de la fenêtre et se répercute sur les murs. Qu’est-ce que c’est douloureux. Je ne parviens pas à bouger mon corps. Non, à vrai dire : je ne le sens même pas. C’est très étrange, mais j’ai l’impression de n’être qu’un esprit enfermé dans un réceptacle rond qui n’a pas la possibilité de se mouvoir… Au bout de quelques minutes, je finis par sentir un doigt. Puis deux. Puis toute une main. Mon souffle est court sous l’effort. Je re-découvre les parcelles de mon être. Je re-découvre le fait de ‘bouger’ … J’arrive à peine à tourner la tête lorsqu’une explosion se produit non loin de mes oreilles sensibles, m’obligeant à réaliser une grimace des plus douloureuse. Hop là, mes yeux se referment. Il y a des voix, mais je crois que quelqu’un a réglé le volume un peu trop fort. Baissez – le ! Baissez – le ! Impossible. Ma tête tourne vers la source. Le cou est douloureux. Il y a deux personnes. Un homme et une femme, qui discutent fortement. On dirait presque qu’ils s’engueulent. L’homme se tourne vers moi et, comme un fautif prit sur le fait, je n’ai d’autre choix que de l’observer s’approcher avec crainte. Que me veut-il ? Qui est-il ? Pourquoi porte-t-il une blouse blanche ? Dr … Ma… Coma… ‘DR’ … Ca veut dire quoi, Déhère ? AH ! Il s’en penché vers moi. Ses doigts ont attrapé mon œil comme pour voir si j’étais bien vivant. Il m’a demandé quelque chose, je n’ai pas compris. Enfin, à vrai dire, rien ne sortait de ma gorge. Juste le fait d’entrouvrir les lèvres ressemblait à Mission Impossible III… Alors parler, non merci !

« Mon petit ? Tout va bien ? Comment te sens-tu ? Tu sens tes doigts ? Ta main ? Tes épaules ? »

Qu’est-ce qu’il me raconte, le vieux là… Pardon. Il ne doit pas avoir plus d’une quarantaine d’années. Tant mieux, j’ai… euh, combien j’ai, moi ? Sa voix qui m’apparaissait en sourdine tout à l’heure semble s’être apaisée. Tout le contraire de son visage. Il tâte mon pouls, mon visage, les mains… écarte le drap qui me recouvre pour vérifier mon torse. Mais faut pas te gêner … J’aperçois alors des électrodes. Qu’est-ce que… Mes yeux suivent les fils et remarquent alors les machines. Elles sont toutes sur le bouton ‘OFF’ … Off, ça veut pas dire Éteint, par hasard ? J’y comprend rien. L’homme s’empresse de dire quelque chose à l’autre femme, qui va alors appuyer sur le bouton ‘ON’ et j’aperçois alors des lignes vertes, bleus, jaunes, des chiffres diverses… je comprend que c’est moi, qui fait les petits bonds des lignes. L’autre ne cesse de me parler. Il m’appelle « Mon Petit ». Eh, oh ! Il me voit pas où quoi ? Je ne suis pas un gamin, je… Je sens parfaitement le frisson parcourir mon dos. Un frisson froid. Un frisson désagréable. Je… Je VEUX savoir ! Mon corps se lève d’un bon, comme poussé par quelque chose. Comme si je pouvais me lever. Sauf que, lorsque mon pied touche le sol, je m’étale de tout mon long contre le lino blanc sale. Brr, que c’est froid ! Quelel idée de mettre des pantalons et pas les chemises ! Peut-importe. Mes mains hagardes cherchent quelque chose. N’importe quoi. N’importe quel objet qui face… bingo ! Ma chute à entraînée divers plateaux. Je saisit l’un de ces bol métallique et brillant et j’essaye tant bien que mal de distinguer quelque chose…

Le cri dans ma gorge reste coincé. J’ai vu. C’est qui cet adolescent aux cheveux sombres ?! Qu’est-ce qu’il fait à ma place ! Mais Mais… Je baisse le nez. Des mèches me tombent sur le visage. Emeraude. Je me regarde : c’est vrai que je parais beaucoup plus frêle, je… Qu’est-ce que c’est que ce délire ?!!! Où est mon corps ?


« Hell ! Hell, fait attention, tu n’es pas en état de… »

Hell ? C’est ainsi que ce gosse s’appelle ? Comme moi ? C’est moi ? Mais non. Ce n’est pas moi. Ce n’est pas moi ! Je m’appelle Hell Panders, j’ai 22 ans, et je viens de me retrouver dans le corps d’un gosse de 13 ans !



    ► JE NE SUIS QUE LE FIL RASSEMBLANT LES FLEURS DU BOUQUET.
    ► MAIS CE N’EST PAS MOI QUI AI CONCU LES FLEURS. NI LEURS FORMES, NI LEURS COULEURS, NI LEURS PARFUMS. MON SEUL MERITE EST DE LES AVOIR SELECTIONNEE ET REGROUPEE POUR LES PRESENTER D’UNE MANIERE NOUVELLE…


Mes mains me font mal. Pourtant, je m’habitue peu à peu. A cette peau halée. A ces doigts longilignes. A ce corps qui n’est pas le mien. Ma tête se lève pour regarder autour de moi : c’est une chambre simple. Une chambre blanche qui laisse entrer le soleil. La lumière douce se reflète sur les murs. Douces, mais qui peut devenir aveuglante en pleine journée. Quel étrange endroit que cette île… Je passe une main de ces cheveux. Ils sont verts. Vert sombre, Vert Émeraude, aux reflets plus pâles. Je me dis que le garçon avant moi avait dut s’amuser avec un sort… Je n’ai pas le courage de les changer. J’ai déjà du mal à m’habituer à cette chose qu’on dit ‘moi’. J’ai déjà du mal à comprendre. Je jette un coup d’œil au miroir qui ferme le placard à vêtements. Celui – ci me renvoi l’image d’un adolescent qui n’a pas encore tout à fait grandit, un peu frêle sur les bords, mais avec un visage mignon et attendrissant. Il avait de beaux yeux turquoise… Ses lèvres sont fines. Je tend le bras : il n’a pas beaucoup de graisse, mais ce que je peux sentir n’est que du muscle. Quoique… Je me tourne. Inspecte son dos. Il possède un tatouage sur l’omoplate. J’ai déjà vu ce genre de dessin, c’est de l’art Maori. Cela a dut lui faire mal de se le faire marquer… Hell est d’une taille moyenne, quoiqu’un peu petite pour le moment. C’est étrange de ré-avoir treize ans. De regarder le monde de plus bas. Ses yeux plongent vers le sol. Il a des pieds nets et lisses. Résultats de longues heures passées en mer ou au soleil. Je passe mes mains sur ce torse d’enfant. Au centre, une sorte de marque. De cicatrice. Nette et droite, elle semble former le mot « Bless ». C’est d’une couleur rouge sombre. On m’a dit qu’il l’avait eut lors de son entrée à l’hôpital… Ma main frôle cet endroit sensible. Je regarde mes doigts. La paume est plus pâle que l’extérieure. C’était un beau garçon, lui. Cet autre Hell. Alors, pourquoi est-ce que je me retrouve dans son corps ? Que s’est-il passé pour que ce soit lui et non un autre ? Tout ce que je me souviens, c’est ce…

Le mal de crâne me reprend. merlin, encore… Cela le fait à chaque fois que j’essaye de me souvenir de cet événement. Ca fait pourtant un mois que j’ai quitté l’île principale et que je suis retourné dans cette étrange famille. Une famille accueillante, a vrai dire. Le père est un homme bien battit et extrêmement intelligent. J’ai eut l’occasion d’entr’apercevoir son travail, et ce qu’il fait est sans doute très intéressant. Mais je n’ai pas encore réussi à lui parler. Le pauvre. Cela doit lui faire mal de voir que son fils ne lui parle plus. De voir que son fils est étrange… en même temps, qu’est-ce que j’y peux ?! Il y a aussi une jeune demoiselle dans la famille : Saori. Elle a quatre ans de mois que Hell, soit, 9 ans. C’est une petite au caractère bien trempée et qui se comporte d’avantage comme un garçon manqué qu’autre chose. C’est elle la lumière de l’endroit, si je peux dire. Il semblerais que la vie n’ai jamais été aussi joyeuse qu’en sa présence. Elle s’entend très très bien avec Matthis, 14 ans. C’est un garçon très grand… et très sportif. Moi, jeune irlandais, je n’avais encore jamais vu d’homme pagayer dans une pirogue ou remonter des filets au milieu des requins avec autant de vigueur que lui. Matthis m’a l’air d’être courageux, mais renfermé. Je ne le vois pas beaucoup parler. Quoique, je ne suis pas là depuis longtemps… Et puis il y a Heaven. Le frère jumeau de Hell…

Des coups frappés à la porte. Je sursaute et m’empresse d’attraper un tee-shirt. Que diraient-ils s’ils me surprenaient à m’observer en caleçon devant une glace ? >.< ! La porte s’ouvre. C’est Saori. Elle m’adresse un grand sourire et me demande si je veux descendre manger. Je réfléchis un instant, avant d’hocher la tête. Elle s’en satisfait et s’éloigne en laissant la porte ouverte. Je regarde cette porte, avec mélancolie. Nostalgie. Je m’attend toujours à y voir passer Hantony. Je m’attend toujours à que tout redevienne normal. Je m’attend toujours à ce qu’il y ai des bruits de porcelaine brisée, puis des rires gênés. Je m’attend toujours à sentir la douce odeur d’encens mentholé qui règne chez moi. Je m’attend toujours… mais rien ne viens. Non, rien…

Heaven est là. Je ne l’avais pas vu entrer. Il m’observe, du même regard turquoise que je trouvais si doux précédemment. Ce garçon est étrange. Non, en fait, les deux sont étranges. Ils portent des noms si singuliers : Heaven, le ‘Paradis’ … Hell, les ‘Enfers’ … Qu’est-ce qui a bien put pousser des parents à choisir de tels noms pour leurs enfants ? En même temps, je n’ai pas grand chose à dire. Je porte le même… Il s’est approché. Comme les autres jours, il m’a regardé. Comme les autres jours, il a soulevé mon menton. Comme les autres jours, ses doigts ont caressés ma joue. Et comme les autres jours, il s’est penché et m’à murmuré, tout près des lèvres :


“Quand te décideras-tu à dire quelque chose, petit frère ? Quand me reviendras-tu ? »

Son contact est doux. Je n’ai nulle doute à penser qu’ils devaient être très proches. Sûr, des jumeaux… Cela a dut être terrible pour Heaven. Si seulement je pouvais lui dire. Si seulement je pouvais le rassurer. Mais je n’ai aucune idée de ce qu’il se passe. Tout comme je n’ai aucune idée d’où se trouve le vrai Hell. Alors je ne peux que regarder. Je ne peux que tenter de comprendre. Ce serait peut-être plus facile si je pouvais parler. Oui… Pour lui dire ? Pour leur dire ? Ne le ferait-il pas, justement, plus de chagrin ? Han, de toute façon… aucun son ne sort de ma bouche. Pour le moment. Heaven a attrapé ma main et m’a emmené. J’ai encore mangé de cette étrange nourriture, sous le soleil et les pieds dans le sable blanc. La Polynésie française est très belle. L’île sur laquelle ils vivent est toute petite mais suffisante. On a une vue sur les autres, de toute façon. Ils vivent si loin de la modernité. Si loin de la civilisation… Alors comme les quatre enfants se sont-ils retrouvés à Poudlard, En Angleterre ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hell Denmark
| Elève de 6° Année |
avatar

Nombre de messages : 6
<b>Maison</b> : <span style="color: Teal;">Serdaigle</span>
<b>Préfère les Designs</b> : Mignon
<b>Quidditch</b> : Gardien
Date d'inscription : 15/01/2008

Livre du Personnage
Humeur:
10/10  (10/10)
Animal: Aucun
Bloc Notes:
MessageSujet: Re: Hell |Got Heaven ?|   Mar 15 Jan - 19:09

    ON S’ATTIRE MUTUELLEMENT, COMME DES GOUTTES D’EAU, COMME DES PLANETES.
    ► ON SE
    REJETTE L’UN L’AUTRE, COMME DES AIMANTS, COMME LES COULEURS DE LA PEAU.


« Heaven… re-dis moi, s’il te plait. Re – dis moi encore comment il était… Comment il voulait être ? J’aime savoir ces choses. J’aime savoir qui était le garçon a qui j’ai emprunté ce corps… »
« Ne t’inquiètes pas, Hell… je vais te dire tout ce qu’il faut savoir à propos de mon frère… En échange, explique moi un peu plus ta vie à toi. »


Je vois bien que cela le rend triste. Je vois bien que cela lui fait de la peine de parler d’Hell. Mais je vois aussi à quel point il semble fier de pouvoir ainsi s’adresser a quelqu’un pour parler de sa moitié. Il aimait Hell. Profondément. Bien au delà de l’amour. Bien au delà de ce que peuvent ressentir des frères. Ils étaient de parfaits jumeaux. Ca a dut être terriblement dur. Je m’en veux encore d’avoir dut lui imposer cette épreuve. Mais je ne pouvais rester murer dans mon silence. C’était insupportable. J’avais une vie, au dehors. J’avais eut des amis, de la famille, un petit-ami… Hantony, où es-tu ? Oui. J’aimais un homme. Profondément. J’ai aimé des femmes, aussi. Mais Hantony était spécial. Hantony était… Hantony. Je ne savais pas ce qu’il s’était passé. J’aurais crut qu’il se moquerait. Qu’il me prendrait pour un fou et ne me croirait pas. Perdu. Il a été profondément sérieux. J’ai finit par comprendre qu’il avait su. Inconsciemment. Mais il avait su que ce n’était plus son frère. Qu’Hell n’était plus là. Pire que la mort, la disparition… Et puis, le dialogue était venu. Je me sens proche de lui. Peut-être un avantage du fait de remplir le corps de son frère. Oui. En tout cas, il est mature pour treize ans. Il pose de bonnes questions et n’hésite pas à corriger les miennes. Je me sens presque bien, ici… Presque mieux…

Je lui racontai ma vie. Comment j’avais vu le jour en Irlande, mon pays natal et mon lieu de vie. Comment j’avais grandit au milieu d’autres enfants dans la ville où je vivais. Commet j’avais eut des moments de solitude intense lorsque, rentré chez moi, je ne pouvais que m’asseoir sur mon lit sans personne a qui parler. Mon petit frère était mort à l’âge de trois ans. Je n’avais rien partagé avec lui. Comment j’ai grandit puis que je suis entré dans la même école où sont la famille Denmark actuellement : Poudlard. L’école de Magie… Je narrai, amusé, les diverses péripéties qui ont engendrées ma vie au sein de l’établissement, faisant perdre ou gagner des points à ma maison de l’époque : Serdaigle. La maison des studieux. Les cours, les devoirs, les examens… les amis, les fréquentations, les amours. Je me suis retenu quelque peu lorsque je lui ai parlé de Hantony, rencontré lors de ma quatrième année, mais vraiment amoureux lors de mes dix-huit ans. Avant mon… ‘accident’, je vivais avec lui. On avait prévu pleins de choses ensemble. Je m’en souviens. Il avait si souvent rêvé de venir sur les îles. Ile voulait quitter le Grande-Bretagne et venir s’installer au bord d’une mer baignée de soleil. S’il savait que je m’y trouve. Hantony rêvait beaucoup. C’est peut-être pour ça qu’il me plaisait, car même s’il s’amusait de tout, il avait comprit qu’il existait une différence entre rêve et réalité. Il idolâtrait tout en restant terre à terre. Il savait que tout n’était malheureusement pas possible… Hantony était si gentil. Et si beau. Que fait-il en ce moment, d’ailleurs ? Je me souviens avoir eut un moment de silence lorsque je me suis lancé sur ce sujet. Je me suis rendu compte que c’était douloureux. Oui. Je me suis rendu compte que de penser à Hantony me rappelait ma situation. Savait-il que j’étais en vie ? Savait-il que je n’avais pas disparu ? Savait-il qu’il me manquait ? …

Je ne suis qu’un égoïste. Je pense à lui et je rêve qu’il reste à moi. Mais c’est impossible. Pas dans ce corps ! Pas dans cette enveloppe ! Pas comme ça ! Pourquoi crois-je encore ? Cela fait bientôt six mois… Il me croit mort, sûrement, et a dut refaire sa vie. Je n’ai pas le droit de le garder pour moi. Je n’ai pas le droit de désirer qu’il m’attende. Je ne sais pas moi-même s’il est possible que je redevienne moi-même alors… Je me souviens m’être mit à pleurer. D’un coup. Heaven a été surpris, puis m’a prit dans ses bras comme il aurait prit son frère et m’a bercé. Doucement. Je n’avais plus l’impression d’avoir vingt-deux ans. Non. Je crois que les treize ans m’allaient comme un gant, à ce moment là. Je me suis calmé, après. Mais il ne m’a pas lâché. Non. J’avais l’impression qu’il avait besoin de sentir le corps de son frère prêt du sien. Leur lien m’intriguait. Qu’avaient-ils partagés, tout les deux ? Jusqu’à quel point avait-il besoin l’un de l’autre ? Il a caressé mes bras. J’ai frissonné et je l’ai repoussé. Mon cœur battait à cent à l’heure. Alors il s’est excusé poliment, puis il s’est levé et est partit dans la maison. Il faisait nuit. Mais j’ai bien vu briller son regard. Il était triste. Très triste. Trop triste… et c’est de ma faute…



    ► NE TE PLAINS PAS DE L’OBSCURITE,
    ► DEVIENS UNE PETITE LUMIERE…


J’ai prit une résolution. J’allais me défendre. Je vivais dans le corps de ce gosse, fort bien. Mais j’avais une vie, avant ! Lui aussi, il suivait des études à Poudlard. Je ne sais pas pourquoi, j’ai accepté de les reprendre. Délire ? Amusement ? Fatalité ? je me suis un peu vu obligé de revenir à Poudlard avec ce corps. Pour ne pas inquiéter les autres. Pour ne pas briser ce secret. Pour que personne ne découvre la vérité. Mais avant, nous avons dut passer dans le bureau du directeur…

Courage, Hell !

Il m’a crut. Cet étrange directeur. L’autre acolyte et la jeune dame a leurs côtés. Ils m’ont tous cru, ou on acceptés l’évidence. Et je les en remercie. Bien sûr, ils ont d’abord crut à une blague de mauvais genre. Ils m’ont prit pour Hell, dont ils gardaient de récents souvenirs, d’ailleurs. Mais non. Ce n’est pas Hell sous ce masque. C’est bel et bien Hell Panders… Je leur ai prouvé. Je leur ai expliqué. Je leur ai montré. Et ils m’ont crus. Ils ont même cherché à m’aider. Grâce à la métamorphose ou quelque chose. Perdu. Je ne suis pas un animagus, ni un métamorphomage. Et je ne suis pas avide de Polynectar au point de m’en fabriquer régulièrement. C’est avec ce corps ou rien. Et bien, ce sera avec ce corps ! Me voilà pour la rentrée, avec le doux grade d’élève de quatrième année … Ce ne fut malheureusement pas chose facile tout le temps. Enfin bon, cela s’est doucement installés. Le peu de gens que je connais n’ont pas su tout de suite sur quel pied danser, en voyant qu’un garçon qu’ils croyaient connaître avait changé du tout au tout. Puis on s’est habitué. Les esprits ont repris leur cours normal. Je me suis fondu dans ce monde d’adolescent. Je suis revenu à l’enfance. J’ai remit les pieds dans leur vision si caractéristique : Plus l’enfance, mais pas vraiment l’adulte. Les problèmes bénins avec les filles, les autres choses qui passent pour d’énormes contraintes à leurs yeux… Quel amusement. J’ai l’air intelligent à savoir beaucoup de choses. J’ai l’air bien plus mature. Mais je suis plus vieux. Au fond. Seulement, ceux qui le savent… Ve compte sur les doigts d’une main : ma vraie famille de Hell et… Tom.


Tom Streamin. Ce garçon du même âge que mon corps. Tom est attachant. Tom est spécial. Tom est mignon. En quatrième année, il dépassait de loin Hell. Mais désormais, du haut de mon mètre quatre-vingt, c’est moi qui suis plus grand. C’est un garçon auquel je me suis attaché, malgré moi. Bien sûr, il y a eut cette étrange histoire furtive avec une demoiselle, mai sje me sentais tellement mal que cela n’a pas duré plus d’un mois. J’avais l’impression de mentir. De ne pas être à ma place. De jouer avec ce corps. Avec Tom, il a pourtant fallut que je le fasse. Alors j’ai cédé. En cinquième année, je lui ai tout avoué. En bloc. Je ne sais pas ce que j’espérais : qu’il me laisse en paix ? Qu’il me soutienne ? J’ai pris un sacré risque. Mais Streamin m’a soutenu. Il ne s’est pas moqué, il m’a prit dans ses bras. Depuis, je vis une histoire étrange avec lui. Suis-je amoureux ? Sûrement. Alors pourquoi nous cachons-nous a ce point ? Je veux dire, il y a quelques gestes, voir d’avantage que l’année précédente, mais nous restons discrets. C’est bizarre, les mœurs, des fois. Tom est à moi. Même si toutes ces filles lui tournent autour. Même si je donne l’impression de m’intéresser aux autres. Même si je leur laisse parfois de l’espoir. Tom est à moi… comme je suis à lui. J’ai vu la réaction d’Heaven. Il se sent de plus en plus… mal, je crois. Il a peur de moi. Du moins, même s’il dément, je le vois bien. Je suis désolé, Heaven… Désolé de ne pas être ton frère. Désolé d’être un autre…

J’aime cet endroit, même s’il est mystérieux. Chacun y cache son petit secret. Chacun y a sa part de sombre. La mienne est là : je ne suis qu’une âme perdue dans ce réceptacle. Je ne sais pas ce qu’il est advenu de mon corps, je ne sais même pas s’il existe toujours. Je n’ai pas revu Hantony. Jamais.

Cela fait trois ans, maintenant.
Pourtant, cela me semble aussi compliqué qu’au départ…



Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Hell |Got Heaven ?|
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Heaven & Hell ;; Bienvenue en Enfer !
» FICHE PUB PARTENAIRE: Heaven & Hell RPG
» We are lost somewhere between Heaven and Hell
» Welcome in Hell... [Ali & Ysi ]
» HIGHWAY TO HEAVEN &#9829; welcome in New Heaven

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Mutinlutin Malinpesti :: ✖ ADMINISTRATION GENERALE DU FORUM ✖ :: ► Dossiers de Présentations :: Serdaigles-
Sauter vers: