AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 [ADMIN] Lyle Patterns |100%|

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Lyle Patterns
Grand Méchant Loup
| 7ème année |
Grand Méchant Loup| 7ème année |
avatar

Masculin Nombre de messages : 661
Age : 27
Localisation : Nul Part ...
Humeur : Be-Lyle-queuse ...
<b>Maison</b> : <span style="color: SeaGreen;">Serpentard</span>
<b>Surnom de Lutin</b> : Lylou-Mou
<b>Préfère les Designs</b> : Potterien
Date d'inscription : 15/12/2007

Livre du Personnage
Humeur:
2/3  (2/3)
Animal: Rat/Souris
Bloc Notes:
MessageSujet: [ADMIN] Lyle Patterns |100%|   Dim 16 Déc - 0:57


"Notre bonheur ici-bas n’est que futile Gloire.
Ce monde Faux n’est que Transitoire.
La Chair est faible, le Malin est Futé.
Timor mortis conturbat me."





    ★ NOM : Patterns.
    ★ PRENOM(S) : Lylander.
    ★ SURNOM : Lyle. D’ailleurs, beaucoup de gens croient que ceci est son vrai prénom. Plutôt que de les contredire, il laisse faire. C’est tellement plus pratique que ‘Lylander’ …
    ★ DATE DE NAISSANCE : 13 Février 1954.
    ★ AGE : 17 ans depuis peu, vous ne savez pas compter ?
    ★ SIGNE ASTROLOGIQUE : Verseau.
    ★ RACE : Sorcier de Sang-Pur. Bonheur ou malheur ? A vous de le dire…

    ★ NATIONALITE : Homme-Grenouille… Bon, traduction, Français.
    ★ LIEU DE NAISSANCE : Londres, contre toute attente.
    ★ LIEU DE VIE : Mis à part Poudlard vous voulez dire ? Et bien… Un pied-à-terre en France.

    ★ FAMILLE : Les familles sont toutes plus spéciales les unes que les autres. La sienne n’y fait malheureusement pas exception. Andreï Patterns, 24 ans d’âge est Langue-de-Plomb au Ministère de la Magie de Grande-Bretagne. Ce que l’on sait sur lui ? C’est qu’il à quitté la famille a l’âge de treize ans, ne sachant malheureusement pas faire la différence entre une bonne et une fausse note. Il ne voit jamais le reste de ses proches et mène sa vie ailleurs comme s’ils n’avaient jamais existés. Gerall Patterns a, lui, 21 ans. C’est un comédien du monde moldu, plutôt connu notamment grâce à son nom, qui préfère de les planches des théâtre aux caméras de télévision. Gerall est un être très étrange, toujours pourvu de lunettes rondes et d’une écharpe pourpre, tel un grand artiste a l’âme en peine… Landry Patterns, la dernière de la famille mais pourtant aînée de Lyle, a 17 ans. Oui, vous l’aurez comprit, c’est sa sœur jumelle. Personne extrêmement manipulatrice, elle à une étrange influence sur son frère mais ne peux s’empêcher de le couvrir comme un gosse. D’ailleurs, de nombreux conflits animent les rares soirées entre elle et leur père, celui-ci prétextant un trop grand rapprochement et voit d’un très mauvais œil leur relation. Ah, ba, parlons en de ce père… Herival Patterns, musicien et compositeur de génie, nul dans le domaine de l’art n’ignore son nom. Digne représentant de la lignée des Patterns, grande famille de musiciens, il est persuadé de tenir entre ses mains le Prodige des temps modernes, en la personne de son dernier garçon. Instructeur, manager, entraîneur, tortionnaire… Il veille sur lui comme un avare veille sur son coffre. Strict et impartial, Lyle voit d’avantage un maître dans cet homme hautain qu’un quelconque père. De la tendresse ? Jamais, faut pas trop rêver. Seule la perfection compte ! Et la mère de Lyle me direz – vous ? Aux dernière nouvelles, elle est toujours enfermée dans un des étages de l’hôpital St-Mangouste, à Londres…





    ★ MAISON : Serpentard. Et oui, contre toute attente… En réalité, Lyle aurait correspondu à toutes les maisons, ou presque : plutôt passif envers les autres, Poufsouffle l’aurait volontiers accueillit. Seulement, son intelligence aurait attiré Serdaigle et ses érudits. Gryffondor ? Sa loyauté l’y aurait envoyé direct. Mais c’est chez les serpents qu’il atterrit, résultat de son indéniable ambition et de son caractère, au fond, quelque peu spécial…
    ★ ANNEE : Etant né en Février, il est en Septième Année, avec le bon âge.
    ★ POSTE : SI seulement quelque chose pouvait l’intéresser autre que son violon… ( ’’)
    ★ BAGUETTE MAGIQUE : Bois de Salix, une taille moyenne. Ce qu’on trouve à l’intérieur ? Bonne question, posez-la lui à l’occasion, si vous le croiser. Il paraîtrait qu’elle n’est pas spécialement résistante, mais pour les sortilèges, elle est tout à fait adéquate.
    ★ MATIERE(S) PREFEREE(S) : Sortilèges, Métamorphose, Potions et Botanique.
    ★ MATIERE(S) DETESTEE(S) : Toutes les autres, excepté la DCFM.

    ★ NOMBRE DE PIERCINGS : Un seul. A la droite de sa lèvre inférieur : un anneau de métal polit.
    ★ COULEUR DE CHAUSSETTES : Accordée à ses chaussures.
    ★ LE PRENOM QU’IL N’AURAIT JAMAIS VOULU PORTER : On devrait plutôt demander quel prénom il aurait aimé porter. Et encore… Lyle n’en a particulièrement rien à faire de s’appeler ‘James’ ou ‘Théodose’. Ce qu’il faut, c’est que ce prénom lui soit ‘Unique’. L’originalité est un art qu’il se faut mater…
    ★ POSITION DANS LAQUELLE IL DORT : Sur le ventre, la tête enfouie dans son oreiller.
    ★ LUNETTES OU VERRE DE CONTACT : Non, aucun des deux. Il a une très bonne vue.
    ★ COULEUR PREFEREE : Je dirais le bleu, mais ce peut-être aussi le vert ou le noir. En fait, il aime les couleurs quand ils les aime. Une période, il va apprécier le violet, puis une autre d’avantage le blanc. En tout cas, il déteste le rouge. Sans savoir pourquoi, cette couleur l’agace profondément.
    ★ SAISON DETESTEE : Tiens, une question à l’envers. La saison qu’il déteste ? L’Eté. Allez savoir pourquoi. En revanche, il adore le printemps…
    ★ NOMBRE DE RELATION(S) SERIEUSE(S) : C’est une bonne question. Lyle n’a aucun mal à s’entendre avec les gens, mais cela ne va jamais plus loin, sauf dans quelques exceptions. Un peu comme tout le monde, va-t-on dire. Encore faut-il que ces gens le supporte x)





    ★ DESCRIPTION PHYSIQUE : Ca va être rapide, je crois. Parce que bon, Lyle ne brille pas spécialement par son don à se différencier des autres. D’accord, il a un peu son propre style à lui, mais tout le monde en a besoin. Il mesure entre un mètre soixante-dix et un mètre soixante-quinze, dans ces eaux là. Une taille moyenne quoi. Ce qui frappe chez cet adolescent, c’est sa chevelure qu’il a tendance à garder longue : d’un doux blond délavé, ses cheveux lisses lui tombent lourdement sur les épaules. Pas question de les avoir sales, non, ils sont toujours niquels. Sur le devant, une légère frange, mais sas plus. Leur étrange couleur pâle s’accorde avec sa peau claire. Oui, ce n’est pas un garçon qui bronze, loin de là même. Il aime son teint pâle et il le garde. Son corps est du genre fin, même s’il possède une sacrée dose de force dans ses bras et à de très bons réflexes. Que voulez-vous, il en faut bien, pour un musicien ! D’ailleurs, en parlant de ça, Lyle possède une excellente mémoire auditive, résultat de longues heures d’écoutes jusque tard le soir pour arriver à la perfection. Il arrive à entendre des sons très bas et très éloignés, de temps à autre, aussi bien qu’un chat. Ce doit être a peu près tout pour son physique. Et puis, c’est pas la partie qui intéresse vraiment le plus lol.

    ★ FACON DE S’HABILLER : S’il fallait une mot, ce serait décontracté. Lyle va enfiler le premier vêtement dans lequel il se sent bien et pourra le remettre autant de fois que nécessaire. Ba besoin de s’embarrasser de détails, comme ‘est-ce que ce tee-shirt va avec ce pantalon’, ou ‘mes chaussures sont-elles assorties à mon pull’. Non, merci. C’est une personne simple, il sait lier les couleurs et n’ira jamais dans le trop grand taux d’originalité. La discrétion et la tranquillité, c’est la clé. Le jeune homme apprécie les casquette, petite touche personnelle, qu’il porte généralement à l’envers sur son crâne et lui permet ainsi de dégagé son visage de ses cheveux blonds.

    ★ PARTICULARITE PHYSIQUE : La particularité la plus flagrante chez lui, c’est son étrange regard vairon : son œil gauche est d’un doux vert pomme, tandis que le droit tant vert le bleu clair. On dit que c’est un attribut rare qui arrive sur quelques individus. Sa sœur, elle, ne possède pas cette particularité : ses deux yeux sont d’un turquoise brillant. On est souvent étrangement surpris de ce regard, que l’on pourrait croire vivant et animé, mais que l’on découvre vide et triste. Les rares étincelles qui peuvent y apparaître ne se laisser dévoiler que lors qu’il joue. Là alors, plus rien ne semble avoir d’importance. Lyle a tendance à dissimuler cette partie de son visage avec ses cheveux blonds. Voilà pourquoi les gens ne voient pas toujours ses yeux vairons.





    ★ DESCRIPTION PSYCHOLOGIQUE : Ah, petit Lyle deviendra-t-il grand ? Petit Lyle parviendra-t-il à prendre son envol parmi les autres ? Petit Lyle réussira-t-il a devenir indépendant où se verra-t-il constamment sous le joug incessant de ses congénères ? Car, malheureusement pour lui, c’est bel et bien l’impression qu’il en donne. La première chose que l’on se dit quand on voit Lyle, c’est en général ‘Qu’est-ce que ce gars fout à Serpentard ?!’ Car notre blondinet passablement souriant semble avoir un magnétisme étrange qu attire les autres à sa personne. On est subjugué, ébahit, étonné de le voir et de lui adresser la parole. Non pas que ce soit un bavard, loin de là, mais ce môme impressionne plus qu’il ne le devrait. Le contact facile est de mise avec lui… Un sourire, un éclat de rire, et vous voilà sous son charme. C’est un garçon qui donne l’air d’aimer vivre et d’aimer ses compatriotes, très intelligent qui plus est, et pourvu d’un talent à en faire baver les plus habiles : c’est un violoniste hors-pair. Oui, petit Patterns est un génie. Un digne héritier de sa famille. On l’envie parfois, on le jalouse, mais il ignore ces regards comme sa première chemise. Le jeune homme ne semble pas atteint par les remarque, il est Parfait, si l’on puit dire, car il est aussi serviable, amusant, poli… Tout ce que l’on pourrait vouloir. Le Serpentard est l’incarnation de la Perfection. Mais il y a perfection et Perfection. Hors, lui, il est la perfection visuelle et apparencielle. Tout en lui n’est que perfection, perfection et perfection ! Jamais une phrase déplacée par rapports à ses supérieurs, jamais en manque de mots lorsqu’il faut se défendre, jamais au mauvais endroit au mauvais moment. Seulement voilà. La gentille et belle facette innocente de petit Lyle se stoppe ici. Non, non, même pas la peine d’aller plus loin voyez vous ! Pensiez-vous réellement qu’un être parfait existe ? Si oui, vous n’avez plus qu’à aller vous jeter sous un pont ! Car Lyle est vraiment très loin de l’idée qu’on se fait de lui. En réalité, c’est une personne profondément cisaillée et blessée, qui ne tente même plus de recoller les morceaux de sa propre âme. Plié depuis le plus jeune âge par un père maniaque au plus haut point, le garçon a toujours dut donner le meilleur, recommencer, encore et encore, pour atteindre la perfection. C’est un ambitieux, il a apprit à viser très haut et très loin, au mépris des autres concurrents qui pourraient se dresser sur sa route. On lui a tellement répété qu’il fallait le mieux pour réussir qu’il croit dur comme fer que rien n’est jamais parfait : toute mélodie qu’il est capable de produire est jugée excellente, mais pour lui, elle n’est pas parfaite. Jamais rien ne va, avec lui. Il en devient maniaque à son tour. De plus, l’étrange relation qu’il noue avec sa sœur n’arrange rien. Landry est proche, très proche. Elle le materne plus qu’elle ne le seconde. Il la laisse faire, après tout, c’est sa sœur, elle est bien plus proche de lui que quiconque. Mais qui peut bien savoir lequel des deux est le plus dangereux : celle qui affiche sa supériorité ou celui qui dissimule son génie ? Lyle est tellement obsédé par la perfection qu’il en devient presque parano sur les bords, persuadés qu’il y a toujours un obstacle à franchir. C’est dur pour lui de paraître aussi simple aux yeux des autres. Son attitude décontractée est une sacrée facette de sa part, mais il préférera mourir plutôt que d’avouer aux autres les vrais poisons qui rongent ses veines. Il est Pacifiste, c’est vrai. Lylou n’ira jamais frapper quelqu’un par pur plaisir ou sans raison. En revanche, méfiez vous de ses colères, elles sont passablement terribles. Extrêmement doué en musique, il a participé à plusieurs concours et est même connu, ce qui ne l’a pas empêcher de toujours se trouver très loin de l’idéal. Ce n’est pas qu’il a la tête sur les épaules, enfin, si, heureusement, mais son père est tellement sévère envers lui qu’il est persuadé que tout ce qu’il produit et passablement mauvais et incertain. ‘Rien n’est parfait.’ Non. Et surtout pas Lyle… D’ailleurs, pour ceux qui seraient un peu plus attentifs à sa personne, essayez un jour de regarder son regard vairon lorsqu’il rit ou discute. Vous serez surpris de ne pas y trouver la moindre étincelle de joie ou d’intérêt. Non. Rien. Nada. Les yeux de ce garçon semblent vides, semblent lointains, semblent tristes. En résumé, pour ceux qui n’auraient pas suivit, c’est un garçon vraiment très complexe, et il faudrait vraiment une étude très approfondie pour parvenir à sortir la véritable capacité de son caractère. Aussi, je vous laisse découvrir un peu plus qui il est dans les rp…

_________________
    _____
    _____ This Is The End Up . ///


Dernière édition par le Lun 24 Déc - 10:08, édité 6 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://mutinlutin.forum-actif.net
Lyle Patterns
Grand Méchant Loup
| 7ème année |
Grand Méchant Loup| 7ème année |
avatar

Masculin Nombre de messages : 661
Age : 27
Localisation : Nul Part ...
Humeur : Be-Lyle-queuse ...
<b>Maison</b> : <span style="color: SeaGreen;">Serpentard</span>
<b>Surnom de Lutin</b> : Lylou-Mou
<b>Préfère les Designs</b> : Potterien
Date d'inscription : 15/12/2007

Livre du Personnage
Humeur:
2/3  (2/3)
Animal: Rat/Souris
Bloc Notes:
MessageSujet: Re: [ADMIN] Lyle Patterns |100%|   Dim 16 Déc - 14:59

    ★ VILAINE MANIE : Lyle est maniaque. C’est dans sa nature. Il déteste que quelque chose ne soit pas terminé et ira jusqu’à perdre lui-même du temps pour que tout soit prêt. De plus, quelque peu paranoïaque sur les bords, il ne peut s’empêcher de se parler de temps à autre à lui-même, lorsqu’il est seul. Peut-être un moyen de se rassurer ? Oui, peut-être…

    ★ COMPORTEMENT ENVERS LES AUTRES : Comme déjà énoncé, envers les autres, Lyle est le garçon parfait ou presque. Mais pas parfait au sens où il agace les autres tellement tout ce qu’il fait est nickel. Non. Parfait dans le sens qu’on voudrait l’imiter, lui et son caractère. On ne peux l’envier, c’est impossible. On ne peux non plus se montrer vraiment désagréable avec lui. Non. Lyle est adorable avec tout le monde. Et on le lui rend bien.

    ★ PARTICULARITE PSYCHOLOGIQUE : Cf Le Caractère général, marre de répéter … xD J’ajouterais tout de même qu’il a la particularité d’être proche de l’Oreille Absolue. Il est capable d’entendre et de reconnaître tellement de son qu’on s’en étonne rapidement, surtout du fait qu’il les mémorise extrêmement vite. Pour un musicien, c’est un atout des plus majeurs.





    ★ NOM : Péliade.
    ★ RACE : A première vue, c’est un rat. Un rat albinos, je vous prit : tout de blanc vêtu avec un regard rouge sanguin.Il a de longs poils et des petites pattes griffues qui aiment s’accrocher aux épaules de son maître pour ne pas en voir de toutes les couleurs.

    ★ PARTICULARITE MORPHOLOGIQUE : Une étoile. Oui, une étoile sur son œil droit, marquée grâce à un sort particulièrement efficace. L’ennui ? Impossible de l’enlever >.> Eh oui, parfois les sorts, ça marche un peu trop bien lol.

    ★ CARACTERE GENERAL : Péliade est un rat. Faut pas se leurrer, un rat va pas avoir un caractère extraordinaire. Calme, elle n’est curieuse que le minimum du minimum : si vous arrivez à l’intéresser, vous êtes fort. D’ailleurs, elle aime passer ses journées à dormir au fond des poches de son maître. Un petit talent tout de même ? C’est un excellent juge pour la musique ! En effet, la rate à tendance à apprécier les mélodies et se met à couiner bruyamment dès que quelque chose ne va pas ! Alarme sur pattes, si l’on peut dire. Lyle s’entraîne donc à jouer en sa présence, histoire de ‘voir’ …





    ★ SECRET : Rien n’est parfait pour lui. Il est imparfait. Il est à la recherche de la perfection. Et puis, c’est un garçon à l’âme brisée : mille morceaux, oui, éparpillés, étirés, froissés, déchiquetés. Ne reste qu’une enveloppe vide qui tente tant bien que mal de survivre dans ce monde… Si vous lui posez la question ‘C’est quoi le Bonheur, pour toi, Lyle ?’, il ne saura pas vous répondre. Ca lui est impossible. Cette question le hante constamment, depuis qu’une certaine personne lui l’a posée. La voix le hante, le regard le hante. Sept mots bénins et pourtant si fatals. C’est vrai, c’est quoi le Bonheur, pour lui ?

    ★ SA PLUS GRANDE PEUR :: Ca aurait put être ‘devenir sourd’, mais il y a quelque chose qui effraie encore plus notre adolescent que cette maladie : le noir. Oui, vous avez bien lu : Lyle à la phobie du noir. Dès qu’il est dans l’obscurité totale, il ne peut s’empêcher de se sentir mal à l’aise. La nuit, il dort les volets ouverts ou se rassure avec la lumière de l’étrange objet moldu nommé réveil. Vous souhaitez l’avoir quasiment à votre merci ? Enfermez-le dans une pièce sans ouverture pour laisser entrer un quelconque rayon…

    ★ EPOUVANTARD : Son père…

    ★ SON PATRONUS : Une Mangouste. Mais pas une mangouste ordinaire, une mangouste qui tient un violon. Oui, je sais, très étrange. Mais bon, vos n’allez pas me dire que ce que vous avez lut au-dessus vous paraissait normal … Si ?
    ★ ANIMAGUS : S’il pouvait devenir animagus, Lyle aimerait sans doute se transformer en Mangouste. Ces rongeurs sans cesse à l’affût, qui veillent sur leurs proches, et qui sont capable d’actes héroïque lorsque la situation le demande. Ne dit-on pas qu’une mangouste est capable de tuer un cobra grâce à ses incisive pointues ? Enfin, ce n’est qu’un rêve Rolling Eyes





    ★ ANFANCE : « Félicitation, c’est une fille ! Ah mais… Rectification, une fille ET un garçon ! »
    Telle est la phrase de cette sage-femme dans le Charity Hospital de Londres, tandis qu’elle enveloppe le deuxième bambin une fois le cordon ombilical coupé. Il faut faire vite, oui, très vite… Les deux bébés sont arrachés à leur mère avant même qu’elle ne puisse les voir ou les prendre dans ses bras. On les lui enlève. On les met à l’abri. Lylou n’a même pas encore ouvert les yeux, pourtant, il hurle. Il hurle à plein poumon. Il a mal. Cet chose qui s’insuffle en lui et qui lui arrache le corps. Cette chose froide et à l’odeur nauséabonde qu’est l’oxygène. Il croit qu’on veut le tuer. Il n’aurait jamais dut sortir du ventre de maman. Et puis, où est Landry ? Où est cette chose qu’il nommera plutôt ‘ma sœur’ ? Il ne l’entend pas. Non. Seulement des bruits. Des bruits stupides. Des bruits agaçants. Des bruits pétrifiants. Puis, les mains qui le portent se mettent à le frotter. Avec vigueur. On le tord, on le pend à l’envers, on lui tâte la gorge, la poitrine, le pouls. Lyle a mal. Lyle le fait savoir. Une tape sur les fesses fait redoubler ses sanglots. On le plonge dans une sorte de liquide qui ressemble à celui qui l’entourait quelques minutes avant. Mais celui-ci est bien trop froid. Brr… Les lèvres du nouveau né virent au violet, puis au bleu. Pas de temps à Perdre. On le rince, on le frotte encore, on lui pose quelque chose sur le corps qui lui tient chaud. Sa tête est recouverte d’un étrange tissu. Et enfin, on le pose. Lylou se sent enfin à l’horizontal. Quelque chose l’empêche de tourner. Il peut enfin se reposer. Ses yeux a peines ouverts se referment illico. Trop de lumière. Beaucoup trop. Ses petits membres battent l’air en chougnant, mais il finit vite par se calme. On lui a posé un tuyaux dans le nez. C’est désagréable, surtout que ses narines sont bien petites. Aïe ! On vient de lui piquer le poignet. Il sent que l’on aspire quelque chose, puis plus rien à par une douleur furtive. S’il cesse de bouger, ça ne se sent plus. Oui, ne plus bouger. On a été assez rapide. Lyle s’arrête de couiner, pour le moment. Il n’a pas encore faim. Il a sommeil. C’est étrange, le sommeil… Nous sommes le 13 Février 1953, et Lyle et sa sœur viennent de naître avec un mois et demi d’avance.

    « LYLE ! Ne m’oblige pas a venir te chercher, ou ça va très mal allez pour toi ! »
    Tonne la voix grave et gutturale d’Herival, à travers toute la maison. Coupé dans le grand Hall d’entrée, il regarde en direction de l’étage, les points sur les hanches et un air profondément agacé sur le visage. Lorsqu’il a parlé, ses ‘R’ se sont légèrement roulés, et il a prononcé chaque syllabe avec distinction. Herival est un homme qui a une prononciation excellente, tout comme une oreille excellente. C’est un homme important. C’est un homme doué et ancré sur ses mœurs. C’est un homme qui s’impatiente devant l’entêtement de son fils cadet. Lyle a cinq ans. Aujourd’hui, il s’est caché au-dessus de l’armoire. Il ne veut pas, non. Pas aujourd’hui. On est dimanche. Même Gerall a le droit de rester tranquille jusqu’à l’après-midi ! Même maman est restée couchée. Même Landry a le droit à un peu d’amusement. Alors pourquoi son père insiste-t-il à neuf heures du matin ? Père cri. Encore. Lyle, les mains solidement agrippés à une décoration de bois, secoue la tête et ses longs cheveux blonds par la même occasion, marmonnant des ‘non’ inutiles. Lorsqu’il abaisse les yeux vers le sol, il aperçoit Landry. Sa sœur lui fait un grand sourire mesquin, avant d’aposer son index sur ses lèvres. Signe de silence. En bas, père s’impatiente. Le bruit des marches de bois résonne. Il monte. La sœur file à toute vitesse dans sa chambre, abandonnant son frère aux yeux observateur de leur géniteur. Où est-il, cet enfant insolent ?! Ce n’est pas difficile de le repérer. Herival se plante face à l’armoire et lève les yeux. Descend de là. Non, il n’en a pas envie. Aujourd’hui, il est fatigué. La fatigue n’a jamais tué quiconque un dimanche ! Allons, viens t’entraîner. Mais Lyle est fatigué. Oui, beaucoup. Ses mains tremblent sur le bois. Il voit dans les yeux de son père une impatience furieuse. Il sait qu’il va se faire de plus en plus gronder au fil des secondes qui s’écoulent. Peut-être même y aurait-il la main qui partirait. Peut-être. Gerall, du haut de ses dix ans, les observe tous deux de la porte de sa chambre. Son jeune frère lui lance un regard, quémandant son aide, mais il se contente de le regarder d’un air distant. Ne pas s’en mêler. Père tend les bras devant lui. Le garçon n’a d’autres choix que de s’y accrocher pour descendre. Père a encore gagné. Père gagne toujours. Hérival redescent et entraîne son descendant vers une salle à l’arrière de la maison. Là, des partitions les attendent, en compagnie d’un piano et de divers autres instruments. Lyle renifle et s’essuie avec le bout de son pyjama. Son père lui essuie le nez avec un mouchoir. Au travail ! La représentation est dans un mois, tout doit être parfait. Tu entends Lyle, Parfait ! Oui père… Le jeune garçon prend alors son violon et commence les premiers accords de l’échauffement, retenant ses gémissements et son envie de pleurer.

    « Dit Maman, c’est quand que tu reviens à la maison ? »
    Questionne Lyle. Maman lui sourit doucement en caressant sa joue. Maman est assise sur un de ces fauteuils d’hôpital, vous savez, ces choses modernes avec des roues pour les personnes handicapées. Elle porte une longue robe blanche et un châle crème. Maman a de longs cheveux blonds. Les mêmes que lui. Maman lui sourit doucement, comme d’habitude. Maman n’hausse jamais la voix. Maman est toujours gentille avec lui. Maman le prend sur ses genoux et lui fait des calins. Maman lui lit des histoires. Maman, elle a une voix douce. Bien plus douce que papa. Maman, elle ne lui donne pas d’ordre. Mais Maman, elle n’est pas à la maison. Non. Maman elle est dans ce lieu clos. Maman elle n’a pas le droit de sortir. Maman elle est surveillée. Surtout quand elle est avec ses enfants. Gerall n’est pas venue la voir. La dernière fois, Andreï était là avant eux, mais Papa l’a repoussé avec dédain lorsqu’il s’est approché pour les saluer. Père n’aime pas Andreï. Et Andreï le sait très bien. Aujourd’hui, maman est joyeuse. Elle observe son bébé faire voler l’un des pots de fleurs dans la chambre. C’est la première fois. Lyle n’y croyait pas, mais c’est réel. Oui, bel et bien réel. Lyle est un sorcier, et sa première expérience se fait à l’âge de 8 ans. Lui qui a toujours observé son père se servir d’une gabuetet avec envie. Lui qui a toujours voulu pouvoir disparaître d’un lieu à un autre en un clin d’œil. Voilà donc le secret de père ! Maman le chatouille. Il se met à rire. Lyle est si innocent, enfant. Lyle est si calme, bien trop calme. Lyle est déjà en train de mourir à petit feu…

    « Magnifique ! Un génie, cet enfant. Non mais, quel prodige vous dis-je ! »
    Et d’autres choses du genre. Lyle joue distraitement avec le nœud dont l’a affublé son père. La tenue qu’il porte le gratte. C’est désagréable. Il n’a pas lâché son archet et son violon. On ne cesse de lui adresser des compliments. On le prend en photo. On se tourne vers Herival pour lui parler. Oui. Tout le monde aime Lyle, le petit prodige. Tout le monde trouve que ce qu’il fait est parfait. Mais voilà. Il sait qu’une fois à la maison, il va se faire gronder. Il a repéré des erreurs. Il sait que père les a entendues. Il sait qu’il va encore devoir travailler plus dur. Landry, assise à côté de lui, joue avec les couettes que maman lui a faite trois heures auparavant. Elle est mignonne, on dirait une princesse. Un sourire amusé apparaît sur son visage quand elle voit que son frère l’observe. Se levant, elle s’approche de lui pour lui murmurer des paroles réconfortantes. Elle a joué du piano, ce soir, et père lui a dit que c’était excellent. Mais pour lui, rien. A peine un regard. Herival n’a jamais félicité Lyle pour ce qu’il faisait. Ce n’était jamais assez bien. Il faut pourtant. Il faut parvenir à faire avouer à père qu’il est excellent, lui aussi. Le ton de sa jumelle devient de plus en plus mesquin et cachottier. Mais les mains de père les séparent. Herival déteste que sa fille murmure des choses à son dernier. Elle est bien trop proche et mesquine, même si elle est vraiment douée dans le domaine artistique. Elle ne doit pas influencer Lyle. C’est une pianiste, non une violoniste. Lyle sait qu’ils vont encore se chamailler. Mais ils n’ont que 10 ans. Ils ne peuvent pas encore bien comprendre pourquoi leur père est ainsi. Ils ont un étrange lien avec lui. Pas de calins. Pas de tendresse. Non. Seule la perfection est récompensée. Rien d’autre. Ils l’ont rapidement appris, à leur dépends…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://mutinlutin.forum-actif.net
Lyle Patterns
Grand Méchant Loup
| 7ème année |
Grand Méchant Loup| 7ème année |
avatar

Masculin Nombre de messages : 661
Age : 27
Localisation : Nul Part ...
Humeur : Be-Lyle-queuse ...
<b>Maison</b> : <span style="color: SeaGreen;">Serpentard</span>
<b>Surnom de Lutin</b> : Lylou-Mou
<b>Préfère les Designs</b> : Potterien
Date d'inscription : 15/12/2007

Livre du Personnage
Humeur:
2/3  (2/3)
Animal: Rat/Souris
Bloc Notes:
MessageSujet: Re: [ADMIN] Lyle Patterns |100%|   Lun 24 Déc - 10:05



    ★ ADOLESCENCE : « Dit, c’est quoi, ‘Pu-dlarde’ ? »
    La lettre est là. LES lettres, pardon. Lyle et Landry regardent leur frère aîné avec des yeux énormes. Celui-ci tente de leur expliquer le fondement de l’endroit. Gérall y est depuis quatre ans maintenant. Andreï est en dernière année là-bas, et les jumeaux ont hâte de s’y rendre. C’est une école. Mieux, un internat. Lyle ne sera pas obligé de répéter. Erreur. Il DOIT répéter. Pour qu’un jour père lui dise qu’il est parfait. Pour qu’un jour Père accepte de dire aussi qu’il est doué. Mais pour le moment, seul son mécontentement est présent. Non Lyle, ce n’est pas assez bien ! Il faut que ce soit parfait, mais ton niveau est encore plus bas que celui des autres ! C’est un mensonge, bien entendu. Lyle est le meilleur violoniste de sa génération, et même des précédentes. Seulement, Herival veut qu’il soit encore mieux que ça. Il veut mieux que la perfection. Un prodige n’apparaît pas souvent dans la famille, il se doit donc de tout mettre en œuvre pour que Lyle marque les mémoires. Il le fait travailler son violon jours après jours. Et même son entrée à Poudlard n’y change rien. Non. Lyle continue de lui même sa passion. Il doit devenir le meilleur. Il doit tous les battre. Il doit faire dire à Père qu’il est un bon musicien. C’est cruel, un père…

    « Hey, Patterns, tu t’es renseigné pour la soirée du 15 ? »
    Clame une voix dans son dos, rapidement suivie d’une tape sur l’épaule. Le garçon aux cheveux blond cesse son activité et se tourne vers son comparse. Un haussement d’épaule. Une mine prise de réflexion. Oui. La réponse est donnée. Fin de la conversation. Lyle en profite. Il sait que quelqu’un va encore venir le déranger d’ici quelques minutes. C’est toujours comme ça. On a sans cesse besoin de lui. Tout le monde parle à Lyle. Tout le monde aime Lyle. Tout le monde ne lui refuse rien. Lyle attire. Lyle passionne. Lyle fait même rêver une fille pour le moment. Mais plus pour longtemps. Lyle est prisonnier de lui-même. S’améliorer, toujours s’améliorer. Rien n’est parfait. Rien ne vaut que tu t’y attarde trop longtemps. La porte grince, c’est Landry qui entre. Elle a changée. Elle est plus jolie qu’avant. Elle a même de la poitrine qui pousse. Etrange. Eux qui croyaient être à jamais semblables, il leur à fallu accepter la réalité. Assis sur son lit, elle le rejoint. Elle porte un pyjama. Elle veut dormir avec lui. Comme d’habitude. Landry ne peux s’empêcher d’être aussi proche. Elle le manipule ? Oui, sûrement. Mais peut-être pas autant que lui. Qui donc sait ce qu’il se trame dans leurs cerveaux ? Mystère. La lumière s’éteint. Landry se pelotonne contre lui, mais il lui tourne le dos. Il pense à ses gammes. Ils pensent aux sons qui l’entourent. Le hululement d’une chouette. Le bruit du vent contre la fenêtre. Même le souffle court de Péliade non loin. Tous ces sons si familiers. Sa sœur passe ses bras autour de lui. Un instant, elle se redresse et va déposer un baiser sur ses lèvres, avant de se laisser aller au pays des songes. Plus que de l’amour entre eux. Presqu’une télépathie. De toute façon, Lyle n’est qu’un réceptacle. Il n’y a plus rien de concret à l’intérieur. Tout est brisé. Oui, tout…

    « C’est quoi le bonheur pour toi, Lyle ? »
    Les mots sont tombés. Kam le regarde avec ses grands yeux bleus. Ses yeux si doux. Il caresse la visage du blond. Ses mots ont été murmurés. Des mots fatals. C’est vrai, c’est quoi le bonheur, pou lui ? Kam a de la peine, Lyle le sait très bien. Kam est un sentimental, mais Kam est sans doute plus entier que lui. Kam a comprit peut-être une infime partie de ce qu’il était. Le brun pleure légèrement. Mais Lyle reste de marbre. La question l’a figé. Chamboulé. Il ne sait pas quoi répondre. Kam répète, encore, et encore. Comme pour qu’il l’enregistre. Et Lyle la répète à son tour. ‘C’est quoi le bonheur, pour toi’ … Kam a été cruel dans ce dernier geste. Un baiser. Une caresse. Ils se séparent une dernière fois. Kam sait que Lyle n’a aucune idée du bonheur. Kam a essayé de le changer, mais rien à faire. Patterns est borné. Patterns a abandonné sa vie depuis longtemps pour se consacrer à dame Perfection. Dans un coin, Landry esquisse un sourire en les observant à la dérobé. Il n’y a qu’elle pour le comprendre, juge-t-elle. Il n’y a qu’elle qui a partagé la vie de son frère. La question hante toujours Lyle. Il ne sait toujours pas quoi y répondre…

    « T’as vu l’andouille là-bas ? Avec ses oreilles de chat, on dirait un gosse de primaire ! Non mais regardes-le se dandiner, j’aurais honte à sa place ! »
    Lyle écoute. Lyle observe. Lyle apprend qui est Lilian. Ce garçon avec des oreilles de chat. Ce garçon qui n’a pas peur de vivre, lui. Ce garçon qui est sans doute encore entier dans son esprit et dans son corps. Si Lyle est adoré pour sa perfection, on aime le Chaton pour sa mignonerie et son caractère. Lyle le trouve décidément mignon, lui aussi. Mais qu’es-ce que cette pensée soudaine ?! Alors qu’il croit l’oublier, le garçon ne sort pas de ses pensées. Il finit par mieux le connaître. Il finit par savoir qui est Lilian, ou presque. Mais il ignore ce que celui-ci pense de lui. Il ignore la vraie nature de ses sentiments. Et en même temps, il cache les siens. Il ne sait plus où il en est. Il s’attache à ce chaton. Oui. Beaucoup. Beaucoup trop aux yeux de Landry. Beaucoup trop aux yeux d’Herival…



    ★ ANNEES A POUDLARD : Les années à Poudlard de Lyle ne sont qu’une suite de journées sans fin, tout aussi longues les unes des autres, durant toutes 24 heures pour le plus grand malheur de notre Serpentard. Première Année, le Choixpeau sur la tête, il entend celui-ci marmonner plusieurs choses à son oreille, fouillant son esprit à la recherche d’un quelconque indice qui pourrait l’aider à décide. Mais Blondinou est compliqué. Blondinou correspond à tout et à rien à la fois. Le choix s’arrête finalement sur Serpentard, la maison des serpents et des ambitieux. Oui, il atterrit chez ces élèves que l’on dit mauvais et malsains. Ah ba les stéréotypes, bon sang ! Certes, la guerre des maisons fait rage entre les élèves depuis plusieurs années, et n’a jamais été aussi oppressante, mais il n’y a pas que les mauvais en vert et les bons en rouge. Regardez au-delà, bon sang ! Il s’entend rapidement avec les autres élèves de son âge, même avec des gens des autres maisons. On est intrigué par ce gosse blond qui semble tout savoir. Certains le reconnaissent, d’autre nom. Les vacances ? Il les passe à Poudlard. Pour la première fois, il n’a pas son père avec lui, et peu savourer du repos en compagnie de sa sœur. Deuxième Année, Rien de bien plus intéressant. Pourquoi les gens croient-ils qu’il se passe toujours des trucs super intéressants dans la vie des élèves ? Bon d’accord, ils sont sorciers. Mais quoi d’autre ? Y’a pas spécialement d’attentats ou de belles princesses à aller sauver. Non. Des cours, des cours, encore et toujours des cours. En Troisième Année, Lyle atterrit dans le bureau de la directrice en compagnie d’une dizaine d’élèves. Motif ? Quelqu’un a fait exploser deux lavabos dans les toilettes des filles et inondé tout le deuxième étage. Manque de chance, Mimi Geignarde a assisté à la scène et elle est à même de désigner le ou les coupables. Sauf que, la miss refuse de parler. Non, elle boude, elle pleure, elle chougne, et elle se tait ! Exaspérer, les amis de Lyle l’envoie essayer de la raisonner. Mais pourquoi lui ?! Qu’est-ce qu’il a de plus que les autres ? Allez savoir. Finalement, au bout de longues minutes de négociations, le fantôme accepte de dévoiler la vérité et quatre des onze personnes présentes sont envoyée en retenue sévères. Personne ne le sait et personne ne s’en ai jamais douté, mais petit Lylou aurait dut être collé pour avoir participé a cette œuvre, même comme simple complice. Seulement voilà, la persuasion peut parfois aller bien plus loin… C’est en Quatrième Année qu’il décide de se faire un piercing à la lèvre, pour le plus grand bonheur de Lillian qui s’empresse de faire de même ! Elle qui en a toujours voulu un, elle voit au geste de son frère une occasion de le faire. C’est aussi cette années qu’il s’avoue définitivement qu’il déteste les cours de soin aux créatures magiques. En revanche, son professeur de métamorphose ne tarit pas d’éloge sur ce petit génie des nouveaux temps. Lyle connaît sa première expérience amoureuse, aussi, qui se solde par un véritable désastre. Il a l’impression que la fille ne sait rien de lui, et celle ci a beau insister, elle ne parvient pas à l’intéresser comme elle le voudrait. Il est distant, étrange. Les deux se disputes violemment un soir de Mars, dans la Salle Commune. Étrangement, la plupart des élèves prennent parti pour le jeune homme, et la demoiselle est tellement rabrouée qu’elle quitte Poudlard à la fin de son année d’étude. En Cinquième Année, rien de spécial ou presque. Blondinou est nommé Préfet de sa maison, rôle qu’il a d’abord envie de refuser car ne l’intéressant pas, mais poussé par diverses personnes, il finit par se laisser faire. Voilà pourquoi il aborde l’étrange blason orné d’un P, si caractéristique de son rôle. Le passage du cap de ses quinze ans le rend encore plus étrange et extraverti. Les gens auraient put se dire qu’une telle personne cachait forcément quelque chose. Mais non. Elles n’ont rien vu. Elles ont suivies le mouvement. Sans rien voir… Bandes d’idiots. Quant à sa Sixième Année, Lyle en surprend un en commençant doucement une nouvelle relation, mais avec un garçon cette fois-ci. Fort heureusement, personne n’y a jamais fait attention, l’histoire s’est terminée un peu rapidement et en silence, et les deux êtres sont toujours amis. Ce fut une étrange expérience pour notre garçon. Serpentard remporte la Coupe des quatre Maisons aussi, grâce à tous les points que ses élèves ont remportés, mêlé à la Coupe de Quidditch. Oui, la sixième année de Lyle est vraiment une bonne année. Et pour finir la Septième, qui vient de débuter depuis bientôt quatre mois. Le jeuen homme a été fort surpris de voir des cours de Magie Noire dans son emploi du temps, mais il faut dire qu’il s’est bien plut dans ce cours. Est-il du côté du professeur ? S’est-il laissé avoir ou résiste-t-il ? Personne ne le sait, à vous de le découvrir…





    ★ VOTRE PRENOM OU SURNOM : Mieux vaux que vous ne le sachiez pas…
    ★ AGE / DATE DE NAISSANCE : 17 printemps et toujours vivant.
    ★ COMMENT AVEZ-VOUS DECOUVERT LE FORUM ? Mystère x)
    ★ AUTRE CHOSE A DIRE ? J'AURAIS JAMAIS CRU LA FINIR ! VICTOIRE \o/



_________________
    _____
    _____ This Is The End Up . ///
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://mutinlutin.forum-actif.net
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: [ADMIN] Lyle Patterns |100%|   

Revenir en haut Aller en bas
 
[ADMIN] Lyle Patterns |100%|
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [Admin] Améliorations ForumActif
» [vidéovocale] Comment devenir admin ?
» Patterns GIMP scanlines [Sur mac]
» Cherche 1 Admin et 1 Modo pour new forum
» Hentaï

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Mutinlutin Malinpesti :: ✖ ADMINISTRATION GENERALE DU FORUM ✖ :: ► Dossiers de Présentations ::  Serpentards-
Sauter vers: