AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Que s'est-il passé ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Lyle Patterns
Grand Méchant Loup
| 7ème année |
Grand Méchant Loup| 7ème année |
avatar

Masculin Nombre de messages : 661
Age : 27
Localisation : Nul Part ...
Humeur : Be-Lyle-queuse ...
<b>Maison</b> : <span style="color: SeaGreen;">Serpentard</span>
<b>Surnom de Lutin</b> : Lylou-Mou
<b>Préfère les Designs</b> : Potterien
Date d'inscription : 15/12/2007

Livre du Personnage
Humeur:
2/3  (2/3)
Animal: Rat/Souris
Bloc Notes:
MessageSujet: Que s'est-il passé ?   Sam 23 Aoû - 16:44

    Et voilà. Le « nouveau » mutin s’apprête a apparaître, une nouvelle intrigue, de nouvelles choses à découvrir, et toujours plus de liens et de rp à former. Pour éviter que vous vous perdiez en chemin, voilà un topic qui pourrait vous intéresser… et NOUS intéresser ! Attention, mesdemoiselles, messieurs, ce passage est O-BLI-GA-TOI-RE Razz

    Voilà, comme certains le savent, nous ne reprendrons pas Mutin là où il s’est arrêté. Le temps a filé, nous avons trouvé des fins aux intrigues et activités précédentes, et allons les inclurent dans notre contexte. De ce fait, voilà que tous les élèves et professeurs se retrouvent à la Rentrée 1971 ! Les années sur vos personnages ne changent, néanmoins, pas na =p lol. Vous gardez, mais faites comme s’ils passaient en années supérieure si vous le souhaiter (cela nous permet de ne pas perdre nos 7° année lol) La coupe des 4 Maisons est remise à zéro, nous ne compterons pas les points des anciennes présentations. Il vous faudra les gagner à coups de rp, d’idées, de concours et de tout le reste ! lol. En bref, c’est une nouvelle année qui débute !

    Mais attention, allez donc lire la nouvelle intrigue, ainsi que ce qui suit. Car ce que nous vous demandons… C’est de répondre à ce topic en un petit rp (ou une histoire) expliquant ce qu’il est arrivé à votre personnage pendant les deux intrigues qui y seront décrites ^^ ! Pas besoin de faire long, dites juste ce qu’il lui ai arrivé =) Ceci est valable pour les ANCIENS MEMBRES. Les nouveaux, pas besoin d’en tenir compte, mais vous pouvez le faire facultativement dans votre fiche de présentation.

    Sur ce, place aux évènements « plus ou moins tragiques » qui ont bien put secouer notre année 1970/1971 …

Citation :
DECEMBRE 1970 > Le voyage scolaire des Lutins à la Neige, à l’occasion de Noël et du jour de l’an ! Quelques petits chanceux qui ne rentraient pas chez eux sont partis deux semaines dans les landes de la Sibérie, a se partager les journées entre diverses activités, et les soirées en groupe avec les discussions animées. Chocolats chauds, écharpes, ski, chutes, batailles de boules de neige et d’autres choses encore étaient au rendez-vous ^^ Quelques membres du personnels se chargeaient de l’encadrement (dont la délicieuse Mily Moore, pour ne citer qu’elle lol) et tout semblait se dérouler pour le mieux.

Seulement voilà. Quelques uns avaient des idées bien plus sombre lors de se voyage… Des personnes connues ? Peut-être, peut-être pas… Néanmoins, les Meurtres ont commencé au bout de trois jours. Oui, vous avez bien lu, les meurtres. Le premier fut Benjamin, retrouvé sur un télésiège, frappé d’un des sortilèges impardonnables. L’on cru a un accident. Mais lorsqu’un deuxième élève se fit attaquer, le doute s’installa. Que se passait-il ? L’on commença à se méfier, à avoir peur… De plus en plus peur… Au quatrième élève qui fut attaqué (et mourru), le directeur sembla prendre les choses en main : les élèves ne pouvaient pas rester ici ! Il y avait danger… Et ce danger venait, non seulement, du professeur Duan O’Magister, mais aussi…. D’élèves !

Lorsque le Professeur McAdams s’en rendit compte, il se vit contraint de contacter le ministère… et de renvoyer les élèves chez eux jusqu’à nouvel ordre. Poudlard ré-ouvrirait-il ? On l’espérait… Personne ne sut jamais ce qu’il advint de mister Duan, emmené par le Ministère à Azkaban officiellement. Les élèves « utilisés » par le professeur se virent convoqués… et sévèrement réprimandé. Il y eut des renvois, certains ayant plus que blessé leurs camarades, et il y eut des sanctions lourdes. Leur nom ne fut néanmoins pas révélé aux autres et, à la mi-janvier, Poudlard accueillit de nouveau ses étudiants, sur une note certes, un peu funèbre.

La vie reprit son cours… ou du moins, elle essaya…


Citation :
AVRIL 1971 > Pâques ! Pâques et encore Pâques, avec ces œufs en chocolats, ces mal de ventres, ces gourmands et ses amusements ! Une fête très attendue par nos étudiants… et qui leur promettait de sacrés surprises ! Comme l’on dit sur MutinLutin MalinPesti, quand le directeur n’est pas là… Les lutins dansent ! Et c’est justement un lutin un peu trop malin qui s’est infiltré dans l’établissement et à ensorcelé des dizaines d’œufs. Résultat ? Des élèves envoûtés qui se retrouvent dans le corps de leur 8 ans, changent radicalement de caractère, se prennent pour des animaux, ou subissent d’autres vices tous plus loufoques les uns des autres x) Hanlala, quel méli-mélo pour s’y retrouver là-dedans !

Fort heureusement, quelques élèves un peu plus doué (et chanceux) parviennent a comprendre rapidement ce qu’il se passe : les œufs. Ils tentent alors de tous les retirer, mais il y en a toujours plus… Dernière solution, capturer le Lutin qui les nargue de temps à autre au détour d’un couloir. Hu, mais si cette andouille se laissait si facilement attrapé… ce ne serait pas drôle, n’est-ce pas ? L’on aurait put compter sur le directeur, mais il est absent. Son chat ? Le jour où Selem aidera des élèves n’est pas encore arrivé. Roulé sur le bureau de son maître, il se contente d’observer la bestiole faire des bonds de partout pour faire tourner en bourrique les adolescents. Fort heureusement, alors qu’ils croient ne pas parvenir à résoudre ce problème, voilà qu’Hooligan ré-apparaît à Poudlard ! Drôle de surprise, étrange surprise… rapidement réglé par notre maître des sortilèges. Lol.

Histoire du Lutin de Pâques… terminée ^^ !

S’en suivront la fin d’année, avec la coupe des 4 maisons remportée par Serpentard.
La coupe de Quidditch est remise à Gryffondor (équipe la plus complète).

Bonne vacances à tous !


A VOS POSTS ^^ !



Citation :
A PROPOS DES ANCIENS ELEVES DE LA SECTE DE MAGIE NOIRE.

    - CORENTIN DIFFOT : Bonjour. Je suis désolé si je te dérange, mais, j'aimerais savoir sur Mutin, si les élèves "concerné" par les meurtres sont ceux qui faisait parti de la secte de Magie noire. Voila =D
    - LYLE PATTERNS : Coucou ^^ pour les meurtres dans le voyage ? Oui, c'est ceux de la secte =) ils ont été réprimandé et punis, (faut que j'enleve le statut de préfèt a Lyle d'ailleurs), mais n'ont pas été viré. il n'ont, cependant, plus le droit de faire quoi que ce soit : activités, partit d'une équipe de quidditch, sortie... tout leur est interdit pendant une durée indéterminée =)
    - CORENTIN DIFFOT : Oh mon pauvre Corentin T__T et ton pauvre Lyle aussi xD Merci =)
    - LYLE PATTERNS : De rien, *va l'ajouter dans le topic commun pour prévenir les autres* ^^

_________________
    _____
    _____ This Is The End Up . ///


Dernière édition par Lyle Patterns le Jeu 28 Aoû - 23:55, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://mutinlutin.forum-actif.net
Mallaury Sansouci
Préfète de Poufsouffle
| 5ème année |
Batteuse
Préfète de Poufsouffle| 5ème année |Batteuse
avatar

Féminin Nombre de messages : 475
Localisation : Paris, Marais (floc, floc)
Poste : Préfète diabolique & Batteuse dans l'équipe de Quidditch de Poufsouffle (on déchire touuut !)
Humeur : Hahaha. Pouët.
<b>Maison</b> : <span style="color: Orange;">Poufsouffle</span>
<b>Surnom de Lutin</b> : Marshmallow
<b>Quidditch</b> : Batteuse
Date d'inscription : 16/12/2007

Livre du Personnage
Humeur:
10/10  (10/10)
Animal: Rat/Souris
Bloc Notes:
MessageSujet: Re: Que s'est-il passé ?   Jeu 28 Aoû - 19:50

La petite boule rose luisait au clair de lune. Mallaury tendit au bout de son bras le cornet déjà bien grignoté - elle grignotait toujours le cornet avant la glace, c'était une manie stupide, mais elle ne pouvait pas s'en empêcher. La boule rose se superposa à la boule argentée, tout là-haut, et on avait comme l'impression que toute la pâle lueur qui éclairait les alentours ne provenait plus de l'astre mais bien du sorbet à la fraise que tenait dans sa main potelée la bizarre gamine solitaire. Une goutte sucrée glissa, s'échappa du cornet et vint s'écraser sur l'index de la petite sorcière. Celle-ci la regarda glisser encore, couler, puis tomber au sol. Les gens ignorent à quel point le spectacle d'une glace fondant à la pleine lune est triste et empli de nostalgie. Mais pourquoi cette glace fondait-elle ?

Mallaury leva la tête et contempla le ciel. On ne voyait pas bien les étoiles. C'était toutes ces saletés de lumières moldus, son père le lui avait expliqué, ça polluait le champ de vision, quelque chose comme ça ... À Poudlard, on les voyait, les étoiles. Même à l'intérieur. Et à Pré-au-lard, les glaces ne fondaient pas.

Une goutte tomba sur son index, encore une. Puis une autre. Pourquoi la glace s'avise-t-elle jamais de fondre ? Les bonshommes de neige qui disparaissent, les batailles de boules de neige qui s'oublient, les empreintes qui disparaissent. La terre poisseuse qui reprend le dessus.

C'était drôle, chaque fois qu'elle y pensait, elle voyait du sang sur la poudreuse blanche. Pourtant un meurtre sorcier est toujours propre, il n'y a pas effusion de quoi que ce soit. Elle voulait croire qu'ils n'avaient pas souffert ... que ça avait été rapide. Ils avaient été heureux jusqu'au dernier moment. Elle voulait y croire.

Mallaury n'avait pas fait partie des élèves qui avaient eu la chance de participer au 'voyage à la neige' - la chance ! ils s'étaient tous dit que c'était une chance à l'époque. Parce qu'elle rentrait chez elle de toutes façons, parce qu'elle n'avait pas pu y aller, elle s'était sentie jalouse. Alors elle avait fait promettre qu'on lui écrirait. On lui avait écrit. Le dernier hibou qu'elle avait reçu racontait toutes les folies, les amusements : les batailles, les jeux, les courses, les fous rires ! C'était la veille. Le jour même, elle n'avait pas eu de nouvelles. Elle avait râlé parce qu'elle se disait qu'ils s'amusaient trop pour penser à lui écrire - les bougres. Et puis le lendemain, le monde sorcier avait été mis au courant par voie de presse, elle l'avait appris de ses parents. Qu'ils n'étaient plus là, juste plus là, qu'ils étaient partis paisiblement, qu'il ne fallait pas pleurer. Et aussi Qu'ils seraient vengés.

Qu'ils seraient vengés.

Elle repensa aux moments les plus drôles passés avec eux. Et il y en avait eu ! Parmi ceux-là, le Pâques de l'année 1970, des bêtises mémorables ... Elle n'avait pas chopé moins de quatre œufs, mais c'était au deuxième qu'une substance bizarre l'avait enveloppée jusqu'à la rendre petite, petite ... toute jeune. Elle avait également assisté à l'incroyable transformation du monstre Belphégor Mistry en un jeune homme (apparemment) normal, spectacle qu'il n'était pas donné à tous de voir ! Elle s'était terriblement amusée ce jour-là. Devenue petite, elle était allée en trouver d'autres qui avaient subi le même sort, ils s'étaient amusés comme des fous à chercher de nouveaux œufs. L'histoire du lutin, elle ne l'avait entendue qu'après, elle n'avait pas participé à son arrestation. Elle se souvenait, ils en avaient beaucoup ri - oui elle riait ! quoi qu'on en dise, Mallaury Sansouci savait rire et pleurer ... Et dernièrement, elle avait beaucoup pleuré.

Parce qu'ils n'étaient plus. Et elle n'avait jamais imaginé que la mort puisse être si proche. Elle n'avait jamais imaginé ce que pouvait être la mort.

La glace n'était plus qu'une espèce de bouillie infâme et immangeable. Mallaury la mangea quand même, parce qu'elle ne jetait jamais ses glaces à la fraise, même moldues. Le train pour Poudlard partait demain, c'était la rentrée ... D'habitude tant attendue, aujourd'hui elle la laissait quelque peu songeuse et mélancolique. Retourner là-bas, alors qu'ils n'y seraient plus ... Comme pour penser à autre chose, elle leva encore les yeux au ciel. Au moins, là-bas, on voyait les étoiles ...

_________________


◊ Tchagadoum : Mallaury parle anglais (avec un accent exécrable)
◊ Tchagadoum : Mallaury parle français
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alann Colder
| Garde-Chasse |

avatar

Masculin Nombre de messages : 25
Localisation : Une carcasse fumante au fond de la forêt ? Je ne suis pas bien loin.
Poste : Garde-Chasse, dévoreur de nuisibles en tout genre.
Humeur : Massacrante
Date d'inscription : 29/12/2007

Livre du Personnage
Humeur:
10/10  (10/10)
Animal: Aucun
Bloc Notes:

MessageSujet: Re: Que s'est-il passé ?   Jeu 28 Aoû - 23:51

Avril 1970. Pâques. Qu'avait-il fait de mémorable ce jour-là ? Si ses souvenirs étaient bons, rien qui ne mérite d'être transmis à la postérité ... Ou peut-être ... Ah, si ! Le jeu des œufs bêtement cachés dans tous les coins de l'école - oui, ça lui revenait maintenant. Les fêtes étranges et folles du Château ne l'atteignaient habituellement pas, il n'en entendait que les rumeurs sourdes depuis sa cabane ou du fond des bois, mais celle-ci avait la fâcheuse particularité de le concerner malgré lui. Après tout, il n'avait pas pu refuser qu'on cache les surprises chocolatées un peu partout dans le Parc ; s'il était responsable de sa surveillance il n'avait aucune autorité quant aux activités qui y étaient pratiquée, surtout si celles-ci faisaient partie des coutumes et habitudes de l'école. Toute la journée il avait du grincer des dents devant les élèves qui s'étaient mis en tête de fouiller chaque recoin de l'extérieur du château. Il n'avait le droit de rien dire tant que ces stupides gamins ne se mettaient pas à creuser - et s'ils s'y mettaient, il devenait terrible ! Mais le plus déplorable dans tout ça fut le nombre impressionnant qui tenta de pénétrer dans la Forêt, sous prétexte que des œufs pourraient y être cachés ... ! Alann n'avait plus compté le nombre de fois où il avait du répété que, non, derrière la lisière il n'y avait rien d'autre à manger que quelques baies et plantes vénéneuses, mais en revanche plein de possibilités de se faire manger ...

Pâques 1970 avait été une sale journée.

Décembre 1970. Le voyage scolaire à la neige. Ça aussi il s'en souvenait, et même extrêmement bien - comment aurait-il pu oublié ? C'était lui-même qui, chargé par le directeur, avait du plumer quelques chouettes géantes pour fournir à tous un moyen de transport. Mais surtout, cet imbécile évènement avait signé sa séparation définitive d'avec Duan O'Magister, anciennement professeur de Magie Noire, déclaré officiellement comme l'Ennemi Public n°1, l"homme à abattre ... s'il n'était déjà mort. Après ses sombres actions il avait disparu ; selon certain il s'était fait tué, selon d'autres il était encore en fuite ; la version officielle le prétendait prisonnier d'Azkaban. Alann n'avait reçu aucune nouvelle, mais il se pouvait que ce soit une simple mesure de précaution au cas où Duan était véritablement en fuite. Le doute était là, et le doute était insupportable. Et c'est à l'ombre de ce doute que le Garde-Chasse, dont la relation avec le mage noire était encore secrète, s'était mis en tête de réunir les fameuses reliques dont la rumeur courait qu'elles seraient quelque part au Château. Si son amant était à Azkaban, la cape et la baguette lui serviraient pour l'en sortir ; s'il était mort, la pierre le ramènerait à la vie ; s'il était sain et sauf, le pouvoir des reliques lui servirait à accomplir enfin son plan, ce à quoi il aspirait et qui avait été gâché, aux yeux d'Alann, par l'incompétence de ses disciples.

Dés lors, il continue à jouer son rôle de Garde-Chasse, comme si rien ne s'était passé, comme si tout ceci ne l'atteignait pas ; et secrètement il fouine, il se renseigne, il est prêt à s'allier avec les forces les plus obscures afin de sauver celui qui importe ... pour lui, la chasse aux reliques n'est pas un jeu mais un but ultime.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Corentin Diffot
| Elève de 7° Année |
avatar

Masculin Nombre de messages : 174
Age : 22
Localisation : Quelque part ...
Humeur : Pas envie te voir
<b>Maison</b> : <span style="color: Teal;">Serdaigle</span>
<b>Surnom de Lutin</b> : Compote de Pommes
<b>Préfère les Designs</b> : Potterien
Date d'inscription : 27/12/2007

Livre du Personnage
Humeur:
10/10  (10/10)
Animal: Aucun
Bloc Notes:
MessageSujet: Re: Que s'est-il passé ?   Ven 29 Aoû - 12:26

La nuit avait été longue. C'est ce que pouvais se dire Corentin, entre sa mère qui n'arrêtait pas de crier, son beau-père bourré qui le harcelait et sa petite belle-soeur qui n'arrêtait pas de chialer, on se demande comment les voisins font pour ne pas se plaindre. Mais Corentin en à marre. Qui n'en a jamais eu marre de devoir supporter des gens que l'on trouve infame, qui n'ont aucun interet pour vos dons et qui ne croit pas a la magie. Et en plus d'une famille, sans père biologique, l'année avait été très mauvaise. En effet, un lutin joueur s'était introduit dans le château, et, beaucoup d'oeuf avait été ensorcelé, cest ainsi que le jeune homme se retrouva avec les cheveux rose et ces cornes de cerf sur la tête, il avait l'air d'un... Bref. Heuresement que l'infirmière savait quoi faire. Et ce lutin, heuresement que c'est le directeur qui l'as attrapé, sinon il n'aurais jamais revue la lueur du jour. Corentin, aggressif ? Disons qu'il a bien changé...

-Corentin, revient et répond-moi !
-Et pourquoi ?
-Parceque c'est grave, les a tu vraiment tué ? A tu commis ces meurtres

Elle ne savait faire que hurler. Il aurait bien voulu dire oui pour qu'elle se barricade à l'interieur de la maison, et qu'elle le laisse tranquille, mais il y aurait une part de mensonge dans tous cela... Vous n'êtes pas au courant ? Corentin à fait parti du voyage a la neige, le premier jour, beaucoup d'amusement, mais le second, les meurtres commencèrent. Corentin fait partie de la secte de Magie Noire, sa tombe bien, c'est eux qui était l'auteur de ses chose affreux qu'on apelle meurtre. C'est Duan, le ''chef''' si l'on puit dire, qui les convoqua, pour leur dire ce qu'il devait faire. On pense toujours que les meurtriers n'ont pas de remords. Pourtant, Corentin était juste un adolescend rempli d'illusions, mais elles sont toutes tombés raide quand il a su qui était mort en premier. Benjamin. L'enfant. Son ami. Même meilleur ami. Son regret, c'est de ne pas avoir été la pour leur dire '' Pas lui'', même si il aurait été impuissant face à Duan.

-Je n'ai pas commis de meurtres. J'y ai juste participer.

Froid. Il se retourna, et partit. Il se souvenait trop bien ce jour ou il avait brandi sa baguette, et l'élève ne bougeait plus l'instant d'après. Il ne se souvenait ni de quelle sort il avait usé, ni même qui il avait tué, il restait jute la, froid, recroquevillé sur lui... Ce ne serait pas arrivé si son père était toujours en vie. Il lui aurait formellement interdit de participer a cette secte pas net. D'autant plus que le directeur leur était tombés dessus, et il n'avait jamais fait aussi peur... Résultat: privé de sortit, d'activité... De quasiment tout quoi... Et voilà qu'il va partir pour Poudlard dans quelques jour. Heuresement que les noms n'avait pas été divulgué, sinon, il aurait reçu plus d'une tomate pourrie...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Belphegor Mistry
| Elève de 7° Année |
avatar

Masculin Nombre de messages : 59
Age : 26
Humeur : Positivement Psychopathiquement Très Mauvaise.
<b>Maison</b> : <span style="color: SeaGreen;">Serpentard</span>
<b>Préfère les Designs</b> : Sombre
Date d'inscription : 31/12/2007

Livre du Personnage
Humeur:
8/10  (8/10)
Animal: Aucun
Bloc Notes:
MessageSujet: Re: Que s'est-il passé ?   Ven 29 Aoû - 15:32

~ Ca ne le regardait absolument pas, certes, mais ça ne l’empêchait pas de rire. Alors qu’il y avait rien de drôle. Vraiment rien du tout. Pas la moindre once d’amusement dans ce qui était arrivé. Et lui, il osait rire. Comme un fou. Dès qu’il avait apprit la nouvelle, le garçon s’était mit à ricaner. Dire que quand quelque chose de vraiment affreux arrivait, il n’en faisait même pas parti. C’était dommage, à ses yeux. Enfin… Pas exactement. Dommage n’était pas le bon mot. Il n’avait pas de bon mot. Pas pour une si mauvaise situation. C’était à devenir dingue. Tant mieux, le garçon l’était déjà… Et puis, toute cette histoire, c’était il y a quelques mois. Et à présent, tout avait changé.

Assit sur le toit de l’école, enfin un des toits de l’école plutôt, il observait les étoiles. Sans se douter que, à des centaines de kilomètres, quelqu’un d’autre faisait de même en songeant à la même chose que lui. Mais ça ne servait à rien ! Ils étaient morts et rien ne les ferait jamais revenir. Alors pourquoi se prendre la tête en y songeant ? Il n’en savait rien, ça ne le regardait pas. Après tout, si jamais on lui avait donné la possibilité de faire quelque chose d’aussi horrible… Sans doute l’aurait-il fait. Sans même penser aux conséquences. Quel mensonge. Lui, n’aurait jamais fait ça. Non, il aurait préféré les torturer un par un, les faire souffrir jusqu’à ce qu’ils aient mal au point de vouloir mourir. Mais… Il aurait attaqué ceux qui avaient tué cette fois-ci. Parce que les gamins innocents n’étaient pas amusants à tuer. Simplement, il ne pouvait pas vraiment se le permettre. Après tout, il avait besoin de rester ici. Et en cas d’agression sur un élève de sa part, le blond savait qu’il serait mit dehors. Bien que sa vengeance serait sans doute assez cruelle.

Pourtant, il savait mieux que personne que c’étaient les forts qui gagnaient toujours et que personne ne pouvait rien contre ça. Après tout, c’était la logique de ce monde affreux. La pluie se mit à tomber alors que le garçon réfléchissait, se demandant comment ils avaient pu être aussi irresponsables. Ou pourquoi il ne l’avait pas emmené. Il n’en savait rien. Tout devenait si compliqué. Et lui, assit sur le rebord du toit, les jambes battants doucement dans le vide, il n’avait aucune réponse à la situation. Avec un geste tranquille, le jeune homme porta une main à son visage, la posant sur son front, chassant au passage quelques mèches de cheveux blonds qui tombaient devant ses yeux sombres pour observer le paysage.

Tout semblait si tranquille. Le château avait été plutôt silencieux ces derniers temps. Après tout, il était vide de ses principaux occupants… Mais lui s’en fichait… Après tout, la solitude ne le dérangeait plus vraiment, depuis le temps. La pluie continuait de tomber, comme… Un stupide cliché. Comme si la pluie tombait en mémoire des morts. Comme si elle représentait les larmes des êtres chers à certains qui étaient loin à présent. Qu’est ce que c’était stupide. L’ancien monstre posa ses yeux sur la lune, qui commençait à être cachée par les nuages gorgés de pluie, avant de laisser échapper un soupir. Ca ne le regardait pas, c’était vieux, les gens finiraient par oublier , il n’avait aucune raison d’y penser. Au contraire, il aurait du songer uniquement à lui-même. A combien il était heureux de retrouver son apparence.

Heureux ? Le blondinet n’était pas heureux. Au contraire. Tout ça à cause de stupides oeufs de pâques... Pourtant, il savait que quand on aimait pas le chocolat, il fallait pas en manger. Surtout les oeufs magiques qui vous redonnent une apparence normale alors que vous commenciez à avoir un véritable talent en couture sur peau humaine!

Et puis avec tout ce qui s’était passé cette année… Tout le monde était plus ou moins chamboulé. Même si ça jouait à son avantage, ça l’énervait. Qu’ils étaient pathétiques… Qu’ils étaient stupides… Le serpentard avait juste envie de leur mettre son poing dans la figure avant de leur enfoncer des aiguilles dans tout le corps, pour qu’ils cessent tous de se lamenter. A croire que la vie était quelque chose de merveilleuse et que les malheurs n’arrivaient jamais… Ils avaient vu. Maintenant, ils savaient. Ca l’avait fait rire. Mais à cet instant , il n’en avait plus envie. A présent… Il avait juste envie de hurler, de tout détruire. Par colère. Et le plus amusant, c’est qu’il ne savait même pas contre qui. Duan O’Magister ? Le directeur de l’école ? Les autres élèves ? Mallaury Sansouci ? Lui-même ?

Pourtant, il était le seul coupable de sa situation actuelle. Enfin, dans ce qui s’était passé ces derniers mois et pas des années auparavant bien sûr. A pâques, il était redevenu humain. Totalement normal. Physiquement tout du moins. Mais ça n’allait pas. Non, ça n’irait jamais. Son esprit ne réussirait jamais à encaisser le choc subit. Et maintenant, après avoir passé des années à torturer des élèves insupportables, il revenait à leur place. Mais c’était stupide, irréaliste. Il avait vingt-huit ans. Plus seize. Même s’il était le seul à le savoir, il n’aurait jamais du accepter la proposition de cette bande de dégénérés. Ca allait le rendre fou. Encore plus qu’il ne l’était déjà sans doute.

La pluie se fit plus forte, plus intense. Alors, l’adolescent se redressa, ne souhaitant pas vraiment finir trempé par cette affreuse masse glacée. Il y avait une nouvelle histoire au château. Un truc encore plus stupide que le reste… Des objets surpuissants… Bah, ce n’était pas vraiment intéressant pour lui. Ce qui ne l’empêcherait pas de faire quelques recherches… Peut-être. Sans plus y songer, préférant ce concentrer sur la rentrée qui aurait lieu dans quelques jours, le jeune homme descendit du toit pour se retrouver dans les couloirs de l’école. Enlevant sa couronne, il la sécha avec les manches de son haut avant de la remettre et de continuer à marcher.

Il fit un sourire. Tordu et effrayant. Exprimant toute sa contradiction. Toute sa peine. Parce qu’il était un monstre et que les monstres ne pleurent pas. Parce qu'il était un prince et que les princes ne montrent pas qu’ils souffrent. Et que Belphegor Mistry était un prince monstrueux. Même déchu.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Brune D'Horizon
| Elève de 7° Année |
Batteuse

avatar

Féminin Nombre de messages : 92
Humeur : *ricane*
<b>Maison</b> : <span style="color: rgb(204, 51, 0);">Gryffondor</span>
<b>Quidditch</b> : Batteuse
Date d'inscription : 02/02/2008

Livre du Personnage
Humeur:
201/402  (201/402)
Animal: Aucun
Bloc Notes:

MessageSujet: Re: Que s'est-il passé ?   Ven 29 Aoû - 17:49

L'histoire de Brune sera courte.
Parce que Brune n'est pas du genre à évoluer beaucoup, lol ... Donc sa vie se résume à jouer au Quidditch, faire la tronche, manger des champignons, sniffer du sucre et autres débilités du genre. Elle ne va quasiment jamais en cours, rebelotte septième année.
Elle se fait quelques "camarades", surtout par le biais de la Mafia des Crapules dont elle est l'une des fondatrices, qui sont si ma mémoire est bonne, au nombre de deux. Oui, entre salauds en général, on s'entend bien. Donc la vie de Brune prend un nouveau tournant, maintenant elle prend du plaisir à emmerder les élèves qu'elle n'aime pas.
Décidemment, on se demande ce qu'elle fiche à Griffondor celle-ci, mais bon.
Après tout, c'est sûrement une fille bien. Joke.
Elle ne retourne pas dans sa famille pendant les vacances. La France, c'est trop loin, elle a la flemme et puis surtout elle a des tas de plans machiavéliques à mener à bien. Elle se contentera de lettres pleines de photos à ses parents, qui lui enverront un colis plein de choses à manger et de quelques paquets de biddies, vous savez, ces cigarettes puantes roulées dans des feuilles d'eucalyptus. Bien, Brune adore ça.
On va passer directement à Pâques, Brune ouvre un oeuf avec je sais pas qui et paf ! Elle se prend un sortilège dans la tête. Elle se met à rire sans cesse, même la nuit parfois elle se réveille en plein rêve, et pique un fou rire, au grand désespoir de ses camarades de chambre ... Elle raconte des blagues pourries, elle ne parle même plus : elle rit.
Quand enfin le directeur réussit à annuler tous les sortilèges jetés, Brune pique un petit some d'une semaine, histoire de reposer ses abdominaux douloureux.

Et puis voilà, c'est à peu près tout je crois, sa vie est toujours la même.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://2nd-degre.skyblog.com
Danael Bloom
| Elève de 6° Année |
Attrapeuse
| Elève de 6° Année |Attrapeuse
avatar

Féminin Nombre de messages : 46
Age : 24
Localisation : Surement quelque part...T'en penses quoi toi? ( ")
Poste : Aucun.
Humeur : Très bonne =p
<b>Maison</b> : <span style="color: Teal;">Serdaigle</span>
<b>Quidditch</b> : Attrapeuse
Date d'inscription : 21/01/2008

Livre du Personnage
Humeur:
8/10  (8/10)
Animal: Chat
Bloc Notes:
MessageSujet: Re: Que s'est-il passé ?   Ven 29 Aoû - 17:59

Pour la énième fois,Danael repensa aux évènements des vacances d'hiver,et pour la énième fois,un rictus tordit sa bouche,métamorphosant la félinité déjà présente sur le visage de la jeune fille en sauvagerie incontrôlable.Cela ne durait pas plus d'un instant,mais donnait des frissons à qui pouvait regarder le spectacle.Miss Bloom,malgré son apparence froide et isolée du monde,se sentait mal.
Elle était allée à ce voyage,avait pris connaissance des évènements presque en direct.ç'avait était un véritable choc d'apprendre la mort de personnes qu'elle avait côtoyé souvent,à défaut de vraiment les connaître.À sa grande surprise,elle avait eu du chagrin.Elle s'était détachée de tout ces gens,et si elle avait pu en connaître au moins un,elle aurait peut-être pu lui éviter la mort ce jour-là.

C'était son comportement original qui lui avait sauvé sa vie.Si Danael n'avait pas décidé de s'enfoncer dans la forêt de sapins toute seule,désobéissant aux règles établies par l'école,elle serait sûrement en train de gésir sous une dalle de marbre,aussi froide que ce jour d'Hiver.Et si elle avait entraîné quelqu'un qui était mort avec elle...La jeune fille secoua la tête pour ne pas se laisser envahir par la culpabilité.Ce n'était pas sa faute après tout,ce n'était pas elle qui avait brandi sa baguette et prononcé les mots impardonnables.
Malgré tout,elle ne pouvait s'empêcher,quelque part,de se sentir un peu responsable.Elle grinçait encore des dents à l'idée d'avoir été impuissante face à tout ça.Malgré les grands airs sombres et méchants qu'elle se donnait,si Dana avait,et ce depuis toujours,attirée par le Bien et fascinée par le Mal,elle est trop...Gentille.Un défaut qu'elle essayait d'enfouir au plus profond d'elle même mais qui irradiait par tous les pores de sa peau lorsqu'elle se laissait aller.

Elle aussi était,ce soir-là,perchée sur un toit.Celui de l'immeuble,surplombant Paris et toutes ses lumières.Malgré la température clémente en ce 31 août,une bourrasque plus forte que les autres fit frémir la jeune fille,et tout en regardant les monuments symboliques de la capitale,une boule d'énergie s'installa au creux de son ventre.Elle n'était pas préfète,du moins,elle n'avait pas été contactée à ce sujet.Elle ne risquait donc pas ce poste.La seule chose qu'elle mettrait en jeu,ce serait ses fonctions de capitaine de l'équipe.Sans compter la réputation de Serdaigle qui en prendrait un coup si jamais elle réussissait.Mais le jeu en valait largement la chandelle.Peu importe le temps que cela prendrait,les détours qu'elle devrait faire...Ils seraient vengés.

Forte de cette idée enivrante,la jeune fille se pencha par dessus la rampe,risquant la chute à tout moment si elle était inattentive.Pensive,elle abandonna un instant les méandres des réflexions vengeresses pour ce concentrer sur une rumeur,qui malgré toute l'indifférence qu'elle pouvait porter au monde extérieur,la tiraillait.
Des...Comment la pipelette qui l'informait avait-elle appelé ça?Ah,oui!Des reliques...Nouveau rictus sur le visage un instant torturé de Danael.Pouvait-on imaginer moins subtil pour tenter de captiver l'attention de tous?Quoique,une histoire aussi grosse ne pouvait pas être dénuée de vérité...Miss Bloom pensait,et n'avait peut-être pas tort,que cette rumeur avait été tellement amplifiée et déformée,qu'elle serait sûrement déçue en apprenant la stricte vérité.Mais peut-être que cela vaudrait le coup d'essayer?De toute manière,qu'avait-elle de mieux à faire,la nuit,que de chercher quelque chose,plutôt que de flâner comme elle le faisait,au nez et à la barbe du concierge?

Un sourire carnassier étira ses lèvres carmin.Après les stupides blagues du lutin (dont le manque d'attrait pour le chocolat n'avait pas affecté Danael),l'année promettait d'être intéressante...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sacha Call
| Elève de 6° Année |
avatar

Masculin Nombre de messages : 95
Localisation : En train de courir dans un champs.
Poste : L'ami des prefets =D
Humeur : Lollypeuse.
<b>Maison</b> : <span style="color: Teal;">Serdaigle</span>
<b>Préfère les Designs</b> : Mignon
Date d'inscription : 31/05/2008

Livre du Personnage
Humeur:
20/20  (20/20)
Animal: Chat
Bloc Notes:
MessageSujet: Re: Que s'est-il passé ?   Sam 30 Aoû - 12:21

L'air frais. Qu'il est bon de le sentir sur son visage. Qui aurait pensé qu'en cette nuit tellement fraiche se cachait la chaleur de l'été. Pourtant, l'herbre grasse commencait à être mouillé, la rosé arrivait, les fines goutes se posant délicatement sur chaque tige, chaque pétale, chaque branche de tout être vivant végétale, aussi bien qu'humain. Humain, ais-je dit ? Je parle de celui qui était parti admirer les étoiles pour pouvoir penser tranquillement sans que son petit frère le harcèle pour lui raconter son année scolaire, et, maintenant, il ronfle, gosier a l'air, étendue de tout son long sur la petite butte de son jardin. Il va finir par êter enruhmé le pauvre... Il avait qu'a prendre un sweet au lieu de tout le temp rester en tee-shirt. Mais reprenons donc, notre récit avec le vent frais qui soufflait doucement maintenant, faisant plier legerement les fleurs sous son soufle bénit qui raffraichissait enfin ces pauvres plantes assoiffé.

[S] "Atcha !"

Et voilà, il se rend compte qu'il s'était endormie, l'imbécile. Il se relève doucement, jusqu'à être dans un position assise, les jambes étendue, éclairé par le ciel sans nuage. La lune était pleine, et parfaitement ronde. Il sourit. Sa chevelure ressemblait a un champ de bataille et il n'avait pas l'air bien réveillé, mais, il faut le dire, Sacha sourit. Il repensait à son année, et, bien sur, au lutin. Comme d'habitude, Sacha n'avait trouvé qu'un oeuf, et, comme par magie, il était normal. Si seulement ce gentil serpentard ne lui avait pas donné l'autre oeuf, il n'aurais pas raptisser pour se retrouver à un jeune âge. Du coup, quand la petite préfète de Pouffsoufle l'as invité à venir avec les autres qui avait été victimes du même sort, il était ravi de ne pas être le seul. Pas qu'il avait honte, mais il avait juste un peu marre d'être tout seul. Il l'avait reconnu sans soucis, la préfète, elle avait les mêmes cheveux, et, de toute façon, c'est un des seules élèves à aller voir les préfèts la nuit, alors il les reconnaitrait dans toutes les conditions x).

C'était un lutin, le coupable. Un jour il l'avait vu, et avait couru après, il avait failli le plaquer, comme disait les gens du rugby. Il aiait bien le rugby, des fois, il y jouait avec certain moldu... Donc, le lutin était la, posé sur un mur. Et lui, il avait couru après avec ses petites jamabes, mais il s'était pris les pieds dans l'herbe... Alors il n'as eu que le chapeau, qu'il a précieusement gardé. Si seulement c'était tout les jours comme ça, ou on s'amuserait, sans faire de distinction... On pourrait s'amuser vraiment... Mais, bon, tout le monde le sait, dans le vie, rien n'est parfait... et c'est ainsi que le pauvre Sacha repensa à l'horrible, l'affreux, l'impossiblement impossible voyage de neige. Certes, il n'avait pas participer au voyage, mais c'est tant mieux. C'est vrai que quand un ami lui a envoyé une lettre le premier jour, il les enviait. Bataille de boules de neige, chocolat chaud, raquette... Mais bientôt, il y eu les meurtres. Quatre meurtre, si jai bien compris Sacha qui sanglottait dans les bras de sa cousine. Sa cousine qui retourne en France pour les études... Le pauvre, quatre connaissances amicales morte et sa meilleur cousine repartit. Mais, la vie est elle contre tout les imbécile heureux ?

Anxieux, le petit. Il sort une sucette goût vanille caramel, d'une marque moldus. Chuppa Choups. Elles sont pas mal, même si elle ne valent pas les sucreries des sorciers... la rentrée est dans une semaine, mais pour lui, tout est prêt. Mais, pour la première fois, sans doute la plupart des élèves Poudlariens redouterait cette rentré. Peut-être de peur que cela ne revienne. Cest dans ses moemnts la que Sacha les envis, eux, les gens innocents qui ne se doutent de rien ,qui ne peuvent êtres atteintes. Alala... Un petit soupir de la part du jeune homme qui jette déjà son baton dans la poubelle. C'est vrai que le soleil se pointe, et, la rentré c'est dans un semaine, et va falloir se lever tôt. Mesdames, messieurs, mesdemoiselles, Sacha Call vous dit à la rentrée, car, pour l'instant il va hiberner pendant une semaine... Histoire d'être en forme.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ariel Landon
| Elève de 7° Année |
Batteur
| Elève de 7° Année |Batteur
avatar

Masculin Nombre de messages : 159
Age : 26
Localisation : Avec Serpy n__n
Poste : Serpentard 100 %
Humeur : Massacrante
<b>Maison</b> : <span style="color: SeaGreen;">Serpentard</span>
<b>Surnom de Lutin</b> : La p'tite Sirène
<b>Préfère les Designs</b> : Mignon
<b>Quidditch</b> : Batteur
Date d'inscription : 05/03/2008

Livre du Personnage
Humeur:
10/10  (10/10)
Animal: Serpent
Bloc Notes:
MessageSujet: Re: Que s'est-il passé ?   Sam 30 Aoû - 16:56

Merlin. Voilà exactement comment Ariel pouvait décrire cette fichue dernière année de m*rde : Merlin. Tout avait commencé par ce professeur de magie noire trop sexy pour son propre bien et ses propositions trop difficiles à refuser. La sirène s'était bien évidemment présenté à la réunion dans laquelle il avait été convoqué, curieux, mais n'aillant aucune idée dans quoi il se fourrait. Il aurait du se rendre compte pourtant que les élèves présents et que l'ambiance de la salle n'était pas des plus sympathique... Elle présentait même un air de mauvais, de ténèbres. Quand le professeur avait exhibé son plan, Ariel avait écouté sans faire de commentaire, caressant le dos de son serpent blanc sans lâcher l'adulte des yeux. Son air neutre s'était transformé en air grave et pendant de longues minutes, il n'avait pas réagit, pesant ses options. Ce que le professeur lui demandait était beaucoup plus sérieux que ce qu'il avait accomplit jusque là dans sa précieuse Mafia des crapules avec Brune. L'adolescent ne doutait pas une seule seconde que les autres élèves penseraient avec raison qu'il n'hésiterait pas une seconde à accomplir cette tâche, mais lui, hésitait. C'était dangereux et on ne peux plus réel. Il fallait y penser bien avant, y réfléchir... À force de penser, Ariel était devenu maussade. Quand monsieur le professeur demanda à tout le monde ce qu'ils en pensaient et que son regard se posa sur le serpent, Ariel se trouva dans une impasse. Et soudain, pour la première fois de son existance, il avait eut peur. Peur de cet homme d'une beauté ténébreuse. Le doute envahit son esprit et il se demanda ce qui lui arriverait s'il refusait. Après tout, il en savait trop maintenant et pouvait faire foirer le plan. D'un autre côté, il n'avait pas du tout envie de tuer. Le meurtre, c'était pas son style. D'ailleurs, Ariel ne comprenait pas vraiment pourquoi cet homme l'avait pigé pour une telle embrouille. Bon, il pouvait comprendre qu'il avait un talent marqué pour le cour de défenses contre les forces du mal et qu'il avait une réputation de chieur, mais quand même! Bien souvent, cette attitude qu'il se donnait c'était que pour effrayer les autres et s'isoler. Il ne voulait pas tuer, commettre des meurtres était pour lui une étape au dessus de ses capacitées. Mais comme ça, avec le regard du professeur pénétrant son âme, il se sentit obligé d'accepter, ce qu'il fit en ajoutant un 'what ever' à la fin de son acceptation, détournant le regard rapidement de ces yeux sombres et froids. Serpy avait sans doute sentit son malaise à ce moment, parce qu'il s'était rapproché de son cou, taquinant sa mâchoire de sa langue de reptile. Mais Ariel ne remercia pas son animal de compagnie. Il était trop obsédé par la réalisation qu'il venait de se fourrer dans un pétrin. Ou plutôt, dans un beau merdier.

C'est pour ça que l'on peut dire qu'il avait participé à ce qui s'était passé durant le voyage au pays enneigé. À la base, il ne serait même pas allé à ce fichu voyage, trouvant que c'était un endroit où socialiser devenait trop important. D'autant plus qu'il était si nerveux à cause de sa mission qu'il devenait dix milles fois plus maussade. En plus, avec ce qui s'était passé avec Alan peu de temps avant et la réalisation qu'il était amoureux du blond... Disons que la sirène n'avait pas vraiment les idées claires. Avec le repos aussi, il s'était rapidement rendu compte que sa mésaventure avec Tom dans la fôret lui avait fait un peu plus d'effet qu'elle n'aurait du. Il avait été tellement obsédé par le fait qu'il voulait se convaincre qu'il n'aimait pas le serdaigle, qu'en embrassant le griffondor, il se persuada qu'en fait il l'aimait. Mais ses sentiments envers Tom alors, ils voulaient dire quoi? Pourquoi alors qu'il était amoureux d'Alan, ressentait-il toujours du désir et une sensation étrange envers Tom? Ariel n'avait pas revu le brun depuis leur dernières paroles échangées et il se doutait un peu que L'adolescent ne lui pardonnerait jamais de l'avoir laissé comme ça en plan dans la forêt sans explication. D'ailleurs, Riri avait passé la majeure partie des jours qui restaient avant le voyage à s'attendre à ce que Tom le kidnappe et le fiche dans un coin sombre pour se venger. S'il s'était écouté, il aurait presque réalisé qu'il avait envie que cela arrive. Il s'était aussi attendu à ce qu'Alan vienne le voir plus souvent, maintenant qu'il lui avait avoué ses sentiments... D'ailleurs, maintenant que c'était dit, Ariel désirait encore plus le blond et espérait que celui-ci revienne le voir bientôt. Son pauvre corps manquait cruellement de sexe et ce fait n'aidait pas à sa bonne humeur. Après ça, fallait pas se demander pourquoi Ariel était si silencieux et portait un air si grave durant le voyagement. Y'a bien Dominique qui tenta de lui remonter le moral et lui parlant sans cesse et Cerisette fit de son mieux aussi, mais rien à faire. Le genre de pensées qui possédaient l'esprit du pauvre Ariel n'étaient pas de celles que l'on pouvait chasser d'un simple coup vague de main. Il aimait, avait peur et ressentait des émotions contradictoires, tout ça en même temps. Ariel avait presque l'impression d'être de nouveau au temps où Damien était mort. Repenser à cet événement ne fit pas du bien au pauvre serpentard qui ferma les yeux et colla son serpent contre sa joue, cherchant du réconfort chez la seule personne qu'il avait envie de faire confiance en ce moment.

Durant les vacances dans le pays enneigé, quiconque aurait observé Ariel aurait vite découvert qu'il n'était pas dans son assiette. Il ne parlait à personne, restait dans des coins sombres et ronchonnait sur tout et rien. En lui même, ce fait était plutôt ordinaire... Mais quand on voyait aussi la peur au creux de ses yeux, ça devenait étrangement inquiétant. Dominique tenta bien de lui tirer les vers du nez, sans succès. Et quand le signal fut donné pour la mission, Ariel sut qu'il n'y arriverait jamais. Quand vint son tour, il hésita et le sortilège qui tua la première victime provint de la baguette de son compagnon. Celui-ci ne dit rien au professeur sur son hésitation et il lui en fut éternellement reconnaissant. Les prochaines nuits, Ariel écoutait les angoisses des autres sur les meurtres sans réagir, préférant ne rien dire, de peur de tout dévoiler. Il revoyait sans cesse le visage de terreur de cet élève qu'il avait faillit tuer... D'ailleurs, si avant il avait des doutes sur son alignement, bon ou mauvais, maintenant il n'avait plus aucune doute : Il était bon, bien que plusieurs aimeraient contester ce fait. Le voyage fut une véritable horreur pour le serpy. Il n'arriva plus bientôt à dormir, passant chaque journée dans la peur qu'on lui demande de tuer. C'est probablement pour cette raison qu'il fut soulagé quand on trouva le coupable et qu'il fut arrêté. Au moment où le serpentard fut emmené dans un bureau, où ses parents l'attendaient, il était calme, vidé. Après tout, après tant de jours passés dans l'angoisse et la peur, dans la confusion et l'incertitude, on n'avait plus de place pour le ressentiment. Il se fit engueuler parfaitement par le professeur responsable de l'expédition et se fit retirer son statut de capitaine d'équipe de quidditch. Il écouta le discours sans sourciller et s'il eut mal en apprenant qu'il ne pourrait plus jouer au quidditch, il ne fit que se mordre la lèvre alors que normalement il aurait probablement engueulé le professeur. D'ailleurs, à un moment, il fit un sourire tremblant et se mit à fixer le sol, tellement soulagé d'être puni pour ses actes qu'il ne pensait plus à être en colère. Lorsque ses parents se mirent de la partie pour l'engueulade, il les écouta à moitié, se disant pour la première fois qu'il était fier d'être un membre de la grande famille Landon. Une famille de sangs purs qui pourtant ne tolère pas les meurtres et qui punissent salement leur héritier. Sa grande soeur lui fit des airs satisfait tout le long de l'engueulade, mais Ariel ignora ce fait. Et quand les insultes furent terminées, un silence provisoire s'était installé. Ariel avait profité de ce silence pour se lever et prendre sa mère dans ses bras avant de murmurer 'merci' faiblement à son oreille et d'éclater en sanglots. La mère fut si surprise de ses actions qu'il lui fallut du temps avant de réagir. Lors ce cet événement, où le serpentard se laissa pleurer devant sa famille pour la première fois, il y eut un rapprochement soudain et un changement radical dans l'attitude du serpentard.

Il expliqua au professeur qu'il avait en quelque sorte été incapable de refuser la mission par peur et avoua ne pas avoir tué. On fit emmener l'élève qui avait tué à sa place et celui-ci finit par avouer que le serpentard n'avait rien fait, que c'est lui qui avait commis le meurtre. Le professeur ne redonna pas le titre de capitaine à Ariel, mais lui permit de demeurer dans l'équipe de quidditch, à condition qu'il manque le premier match de la saison. Ariel était si heureux qu'il ne savait pas quoi dire. Quand on le laissa retourner dans l'école pour finir son année, les élèves furent tous surpris de voir les changements dans son attitude. Il devint moins grognon et il lui arriva plus souvent de sourire. Ariel devint aussi plus indulgent avec les membre de l'équipe de quidditch, comprenant enfin que ceux-ci étaient des camarades et non des pestes. Il resta fidèle à lui-même quand même pour certains points, surtout pour sa colère rapide, mais quand même c'était pour le serpentard un changement radical. Ariel cessa aussi de se faire des amants. Il évita Alan et Tom, cherchant à comprendre ses sentiments. Aujourd'hui, on peut le voir déhambuler dans les corridors, perdu dans ses pensées. Il lui arrive aussi souvent de plannifier avec Brune des plans pour la mafia, qui était devenu plus un petit clan de rebels qu'une mafia terrifiante. Une secte d'élève qui fait les quatre cent coup si on veut. Bref, Ariel avait changé pour le mieux dans cette histoire.

_________________



Gracieusetée de Janvier *poutou*
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alice Stranly
Préfète de Gryffondor
| 6ème année |
Préfète de Gryffondor| 6ème année |
avatar

Féminin Nombre de messages : 117
Age : 24
Localisation : ...Où tu n'imaginerais même pas que je sois...
Poste : Animatrice 'en chef' de la radio & Préfète tarée...
<b>Maison</b> : <span style="color: rgb(204, 51, 0);">Gryffondor</span>
<b>Surnom de Lutin</b> : Préfète tarée et définitivement chiante xD
<b>Préfère les Designs</b> : Flashy
<b>Quidditch</b> : Poursuiveuse
Date d'inscription : 20/12/2007

Livre du Personnage
Humeur:
100/100  (100/100)
Animal: Chat
Bloc Notes:
MessageSujet: Re: Que s'est-il passé ?   Lun 1 Sep - 21:05

Il pleuvait des cordes sur Londres. La pluie frappait sur les fenêtres des maisons. Les maisons paraissaient sinistres et tristes sous cette pluie qui ne s'arrêtait plus. Une jeune fille qui se trouvait dans une de ces maisons était elle aussi triste. Très triste. Elle pleurait même depuis quelques jours. Elle repensait à l'année scolaire précédente. Ce qu'il s'y était passé. Elle pensait à eux, ceux qui n'avaient plus la chance d'être encore de ce monde. Ceux qui avaient succombé aux sorts impardonnables.
Ca c'était passé pendant les vacances d'hiver. Une sortie avait été organiser et Alice avait sauté sur l'occasion et s'y était inscrite. Ils étaient parti pendant deux semaines, et tous les jours, comme promis, elle écrivait des lettres à sa chère amie qui n'avait pas pu venir, Mallaury. Elle lui écrivait tout ce qu'ils faisaient de leur journées, les délires vécus, les activités. Et puis tout alla vite. Un meurtre fut commis et un élève mourrut, un des amis d'Alice. Mais il n'y en eu pas qu'un seul, mais quatre.

Elle s'en souvenait comme si ça c'était passé hier. Tout le monde avait été renvoyer chez eux, ainsi qu' Alice. Les nouvelles furent dites à la radio, à la télé et dans les journaux sorciers. Tous les sorciers étaient au courant, même la mère d'Alice, qui elle fut au courant bien avant la diffusion de la mauvaise nouvelle. Le professeur Duan avait été renvoyer et envoyer à Azkaban et les élèves qui avaient participé aux meurtres, avaient été gravement punis.

Alice regardait par la fenêtre. Ses larmes coulaient au même rythme que la pluie qui tombait sur la ville. En ce moment, elle n'avait besoin que d'une chose, du réconfort. Sa mère était partit pour quelques jours chez ses parents et son frère, Ishiro, n'avait toujours pas envie de lui parler. Mais il y avait-il des choses en Alice qui avaient changé depuis tout ce temps? Son coeur, surement, était devenu bien fragile. De toute sa vie, elle avait perdu trois êtres chers. Son père et deux de ces amis. Elle qui était si fragile, était devenue presque inconsolable. Elle restait enfermée dans sa chambre, ne descendait presque pas et ne parlait presque plus. Bien qu'elle n'avait plus trop envie de retourner à Poudlard, il fallait qu'elle y aille, pour voir ses amis, pour voir sa chère Mallaury. Au fond d'elle même, elle savait qu'elle devait y retourner, être forte. Elle sécha ses larmes et sortit de sa chambre. Elle devait se préparer pour le départ. Elle repensa alors à Pacques. Ces fameux jours où un lutin avait semé la panique dans le château. Après avoir mangé un oeuf, Alice avait rapetissé et était devenue une gamine de 7 ans. Elle avait alors beaucoup rit avec tous les autres élèves qui étaient comme elle. Elle avait tellement rit. Comme quand elle était petite, quand elle jouait avec ses amis. Alice sortit de ses pensées, elle était assise sur une marche de l'escalier. Ishiro venait de lui taper le front, comme il faisait toujours pour la faire revenir sur terre.

Il descendit sans donner un regard à Alice.
Qu'était devenu Ishiro? Depuis le jour où il avait engueulé sa soeur, il s'en voulait et n'osait plus l'approcher de peur qu'elle l'envoie ballader. Il pensait qu'elle l'avait mal pris et qu'elle ne voudrait plus lui parler. Il se sentait honteux. Après qu'on lui ai dit qu'elle s'était évanouie, il ne savait plus quoi faire. A Pacques, il avait songé a offrir un chocolat à sa soeur, mais si elle l'avait jeté, aurait-elle su qu'il s'excusait? C'est pourquoi pendant ces vacances, il était retourné à la maison et n'avait pas pu aider pour attraper ce fameux lutin. Il avait été au courant que sa soeur s'était transformé en une petite fille de 7 ans, après avoir mangé un chocolat trouvé dans un des couloirs de Poudlard. Et pour les vacances de Noel, quand sa soeur était revenue en pleurant, il avait voulu aller la voir et la consoler, la réconforter. Il l'aimait plus que tout mais n'osait pas le lui dire.

_________________


©My life in your company is beautiful©
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://0AliceALaCreme0.skyrock.com
Emma Natwick
| Elève de 5° Année |
avatar

Féminin Nombre de messages : 40
Age : 63
<b>Maison</b> : <span style="color: Teal;">Serdaigle</span>
Date d'inscription : 31/12/2007

Livre du Personnage
Humeur:
10/10  (10/10)
Animal: Aucun
Bloc Notes:
MessageSujet: Re: Que s'est-il passé ?   Ven 5 Sep - 13:23

Come on dance around,
shine upon the ground
from me to you…



“Dis… comment c’est, le monde des morts ?”

Il avait toujours refusé de lui répondre. Il lui avait raconté les intrigues qu’il connaissait, les relations, les sentiments qui se bousculaient, mais il ne lui avait jamais décrit cet endroit. Il souriait doucement, s’excusant à chaque fois de ne pouvoir lui faire partager un monde qui n’était pas – plus – le sien. Elle aurait voulu qu’il lui raconte, puisqu’elle ne souhaitait pas y aller : s’y rendre, mourir, vraiment mourir, ç’aurait été être séparée de lui. Même s’il l’aurait suivie, sans doute.

Elle était tombée amoureuse d’On-dal pour ça, au début. Cette confiance, ce sentiment qu’il créait son monde et son univers là où l’univers acceptait de le conduire. Cette aura de douceur qu’il utilisait pour cacher sa force, cette impression trompeuse qu’il donnait de suivre les commandes de la fatalité. Comme un élément qui suivait sa course, confiant et sûr que tout se passerait pour le mieux, au final – cette finalité que bien peu auraient la chance de voir.


Don't you know I’m strong ?
I could win the world
for you, for you…



L’été était passé mollement. Saska avait suivi son propre rythme, afin d’éviter l’été. Couchée à l’aube, réveillée au crépuscule, comme une créature de la nuit. On ne l’en avait pas empêchée ; on avait accusé un traumatisme ; on l’avait laissée faire. L’année avait été difficile, disaient-ils. C’est une forme de deuil, avaient-ils décrété. Saska ne les avait pas démentis. Ils ne l’auraient pas crue, ou ils auraient eu mal, comme d’habitude.

La nuit, elle sortait, et marchait seule pendant des kilomètres. Elle avait fini par découvrir ce perchoir, en haut de cette falaise, et, malgré tous ses détours, y revenait toujours. Elle arrivait et s’installait, surplombant les plaines, les bois et les petits points sombres du village, au loin. Elle observait le monde, sur son perchoir du bout du monde. Elle regardait le jour se lever, les couleurs naître, comme si le monde naissait lui-même. Il y avait toujours la Vie, là, quelque part, qui continuait sa course, et elle ne savait même plus si elle-même était arrêtée.


Don't you ever cry ?
I would stop breathing
for you, for you…



Aujourd’hui, elle avait ramassé des pétales de fleurs trouvées sur les chemins parcourus. Elle avait vu ces petites choses, sombres et presque complètement avalées par le noir de la nuit, et elles lui avaient rappelé que, même si ce n’étaient pas les siens, des enfants étaient morts et avaient continué, loin, toujours plus loin. Ils ne retrouveraient jamais leur famille, et leur famille ne les retrouverait jamais. Elle avait observé le professeur de Magie Noire avec curiosité, comme d’autres, en se demandant, parfois, ce qu’il avait pu vivre, ce qui l’avait construit ainsi. Elle n’était jamais allée à un de ses cours. Elle ne s’était pas attendue à ce qu’il entraîne des élèves à s’attaquer à des élèves. Elle n’avait pas été au voyage. Elle n’avait pas pu les rassurer, leur assurer que tout irait bien. Elle n’aurait pas pu rester auprès d’eux, pour que sa protection, celle qui lui interdisait de mourir avant les huit mille jours, s’étende sur eux et les protège à leur tour. Elle n’avait su que trop tard ce qu’il s’était passé, et elle avait vu les sourires se faner autour d’elle, une forme de tristesse profonde s’installer. C’était un sentiment étrangement chaleureux, de constater une telle union des cœurs, chez eux. Elle sentait également, parfois, cette rancœur, cette haine qui ne s’assumait pas, le mot « vengeance » qui hantait les couloirs sans jamais être prononcé. Il faudrait, une fois revenue – la semaine suivante – qu’elle cherche à apaiser le cœur de ses enfants. Il fallait qu’ils aient la force d’accepter les choses. Qu’ils aient le courage de s’apercevoir que ce qu’ils cherchaient n’étaient pas la solution pour faire disparaître ce malaise et cette tristesse.


Don't worry life is easy,
don't worry life is easy…



Ils n’avaient plus pensé à ça, à Pâques. Saska avait vu sous ses yeux un groupe d’élèves de Serdaigles être frappés par les œufs enchantés, et était partie avec eux à la recherche de l’anti-sort. Ils ne l’avaient pas trouvé. Mais ils avaient ri, comme des enfants joyeux, et quelque chose les avait poussés vers l’avant. Même si les choses n’avaient pas encore retrouvé de leur douceur d’antan.

Et elle ? Et si elle parvenait un jour à avoir des enfants, ses propres enfants et ceux d’On-dal ? Saurait-elle les protéger pour qu’ils puissent continuer, à leur manière ? Sauraient-ils les protéger pour que rien ne leur arrive ? Quelque part, déjà, elle n’y croyait pas vraiment. Les choses seraient compliquées, et risquaient d’être douloureuses. Elle ne pourrait jamais rester pour eux, et On-dal ne pourrait jamais les emmener eux-aussi. Mais elle avait confiance : ils trouveraient une solution, même si elle paraissait détournée, même si elle paraîtrait cruelle au premier abord, même si elle entraînerait la tristesse avant que tout ne s’arrange. Ils en vaudraient la peine, et, un jour, ils comprendraient.

Il avait une infinité de manières d’aimer. L’amour se déclinait sous un nombre de formes infini.


Did you ever fly ?
let me teach you how
I'll do, I'll do…



Là, au loin, tout au bout de l’horizon, le ciel se tordait pour avaler sa propre noirceur. Les ébauches d’une nouvelle journée apparaissaient. Il y avait toujours un nouveau lendemain, et, tant que les choses étaient ainsi, tout irait bien.

Tout irait bien pour eux.


"Et si ça n’est pas le cas… on veillera sur eux aussi, hein ? Comme pour ce garçon… tu protègeras ces âmes jusqu’au bout, si je te le demande ?"


Une bourrasque un peu plus forte que les autres avait arraché les pétales réunies sur sa jupe. Elle les avait regardé partir, loin, au loin, petites gouttes de couleurs emportées, tout droit, devant, dans une course que le temps ne pourrait jamais arrêter. Comme ces vies qui avaient été fauchées à la fleur de l’âge, elles étaient muables. Alors, tout allait bien.

Le vent – son vent – lui avait toujours apporté les réponses les plus douces.


Don't worry life is easy,
don't worry life is easy…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://cassidy-b.livejournal.com/
Evanna O'Connor
| Elève de 6° Année |
avatar

Féminin Nombre de messages : 119
Age : 25
Humeur : Joyeuse
<b>Maison</b> : <span style="color: Teal;">Serdaigle</span>
<b>Préfère les Designs</b> : Potterien
Date d'inscription : 30/12/2007

Livre du Personnage
Humeur:
8/10  (8/10)
Animal: Aucun
Bloc Notes:
MessageSujet: Re: Que s'est-il passé ?   Jeu 11 Sep - 21:02

Evanna attendait sur le quai. Une légère brise faisait voler ses cheveux. On n’était que le 1er septembre et déjà les derniers jours d’été semblaient s’envoler. Elle resserra les pans de sa veste. La serdaigle était songeuse, pour la première fois de sa vie, elle n’était pas si heureuse que ça de retourner à Poudlard. Il fallait dire que l’année passée avait été une des meilleures et un des pires. Elle était passée du rêve au cauchemar. Les paysages de l’Irlande s’effacèrent et Evanna se retrouva au château, dans ses souvenirs.

Elle était au bord du lac, blottie dans les bras de l’homme qu’elle aimait. C’était quelques jours après qu’ils se soient remis ensemble. Elle était si heureuse, son cœur tambourinait joyeusement. Elle était bien, mais tout ça n’avait pas duré.

Mois de décembre. Ne rentrant pas chez elle pour les vacances, elle était partie avec tous les autres à la neige. C’était fantastique ! Elle n’avait jamais autant ri. Elle n’arrivait pas à tenir plus de trente secondes sur ses skis, mais ses fréquentes gamelles l’amusaient beaucoup. Ca avait été un bon moment jusqu’à ce que les meurtres commencent. Elle était soudain descendue aux enfers. La peur au ventre d’être la prochaine sur la liste ou de voir partir une des personnes qu’elle aimait. Lui, qui était devenu si distant tout à coup, presque froid avec elle alors qu’il avait toujours été si tendre avec elle. Evanna était triste mais ce n’était que le début. Le début de la fin…

Elle était restée plusieurs semaines chez elle, à Clifden où elle s’était remise tout doucement de ses émotions. Ces meurtres l’avaient beaucoup perturbée. Elle avait passé ces quelques semaines avec son frère. Et puis de retour au château, les œufs ensorcelés lui avaient tout fait oublié. Elle avait beaucoup ri jusqu’à ce que ce soit elle qui soit touchée. Elle était couverte de furoncles repoussants et ses mains et ses pieds avaient enflés jusqu’à prendre des mesures gargantuesques. C’était horrible. Seule bonne chose dans tout ça, c’est qu’elle n’avait pas été obligé d’être présente à la fête organisée pour l’anniversaire de sa grand-mère qu’elle détestait, presque autant que son propre père. Elle avait juste une épine dans le cœur, Lui…

Une main sur son épaule la ramena dans le présent. Elle sursauta en se retournant. Ce n’était que Charly.

« Je t’ai fait peur ?
-J’étais juste plongée dans mes pensées. »

Elle essaya de lui sourire mais sans grand succès. Alors il la serra dans ses bras. Au même moment le bruit de la locomotive retentit. Elle se détacha de son frère gardant dans son poing serré la médaille de Charly. Il l’embrassa sur la tempe et elle ramassa sa malle pour monter dans le train.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Cerise Palowen
| Elève de 7° Année |
avatar

Féminin Nombre de messages : 151
Age : 24
Humeur : Nostalgique
<b>Maison</b> : <span style="color: Orange;">Poufsouffle</span>
<b>Surnom de Lutin</b> : Meurtrière à la Cerise
<b>Préfère les Designs</b> : Mignon
Date d'inscription : 19/01/2008

Livre du Personnage
Humeur:
50/100  (50/100)
Animal: Chat
Bloc Notes:
MessageSujet: Re: Que s'est-il passé ?   Dim 28 Sep - 16:54

Ce qui est certain c’est que Cerise avait changé. Cela faisait quelque temps déjà qu’elle ne riait plus pour un rien, qu’elle ne cueillait plus de bouquets de fleurs sous le soleil, qu’elle ne se réjouissait plus de chaque événement fessant irruption dans sa vie, vie qui en fin de compte était trop calme, trop lisse et trop parfaite pour durer.

Aujourd’hui c’est en errant dans une rue sombre et austère de Londres, éclairée faiblement par un lampadaire solitaire qu’elle fait un point sur les événements du passé. Sa longue robe blanche sale frôle l’asphalte grisâtre au rythme de ses pas lents. Il fait froid, des frissons apparaissent sur ses bras, ses poils blonds s’hérissent mais son visage ne change pas. Il est toujours transparent, absent de toute peur mais loin d’être serin. Ses cheveux autrefois interminable et dorés ne lui arrivent plus qu’à la nuque. Ils sont plus pâles, des mèches azuréennes voltigent au contact des courants d’air gelés qui circulent dans la ruelle.

Où va-t-elle ? Elle-même ne le sait pas. Elle marche, un pied devant l’autre, son corps frêle menaçant de tomber à tout moment, à la moindre rafale. Elle est épuisée par son esprit ressassant des souvenirs loin d’être bons et auxquels elle refuse de penser. Elle veut dormir pour ne plus y songer. Plus sa mémoire envahie son esprit plus ses pas se font lents, elle n’aime pas souffrir. Elle aimerait tellement retourner à une époque plus joyeuse, une époque où les mots mort et angoisse ne venaient jamais agacer ses pensées, à une époque ou elle était telle une enfant, insouciante et joyeuse, peut être même idiote, mais heureuse.

Heureuse, comme ces jours de pâques chaotiques mais tellement amusants où un lutin farceur était venue en douce au château déposer des œufs aux pouvoirs étranges. Bien évidement la Cerise de l’époque n’avait pas résisté à l’envie de toucher un de ces œufs si mignons. Pâque l’avait fait retomber en enfance, au sens propre et au sens figuré. Durant quelques jours elle était redevenue une petite fille frivole de moins d’un mètre, courant partout avec les autres élèves rajeunis, dans les pates des grands qui cherchait désespérément à attraper le lutin pour éviter que certains élèves perdent la totalité de leurs membres. C’était vraiment drôle, ils faisaient des loups, des caches-caches dans les longs couloirs de l’école, les filles se tiraient les cheveux, piquaient les chaussures des grandes et les garçons se bagarraient et se prenaient pour des joueurs de Quidditch mondialement connus. Poudlard était, le temps de quelques jours, devenu une cour de récréation géante, une école maternelle gigantesque, un terrain de jeux merveilleux.

Un bref sourire se dessina sur le visage de la jeune femme, ces moments était géniaux même si ils n’avaient pas durés très longtemps. Evidement le lutin fini par être capturé, les sortilèges annulés, les membres retrouvés, les personnalités récupérées, les amours improbables dissipés et la vie à Poudlard avait repris son cour paisiblement.

Elle a beaucoup de bons souvenirs, mais quand elle y repense ils ne font que la rendre un peu plus triste. Pourquoi, depuis ce voyage à la neige, a-t-elle l’impression que tout ce qu’elle va vivre ne sera que grisaille et pleurs ? Peut être avait-elle été trop heureuse pendant sa vie et que cela devait être rééquilibré, la condamnant à être désespérée pendant les dix-sept années à venir. Elle doit oublier mais elle ne peut pas. Comment oublier que des amis sont morts ? Comment ne plus se dire qu’on aurait pu être à leur place ? Elle s’était totalement trompée au sujet du professeur de magie noir, elle était trop bête de croire qu’il avait un bon fond. Il était méchant, profondément malveillant, et elle pourtant, elle était restée seule à papoter avec lui persuadé qu’il ne lui ferait aucun mal. Elle avait eu de la chance, d’autre non.

Elle pleure maintenant, elle continue à marcher. Elle pense à ses camarades avec qui elle ne pourra plus jamais parler ni rire. Au départ de cette sortie d’hiver personne n’aurait pu imaginer un tel drame. Ils auraient dut s’amuser mais le voyage fut traumatisant.
Elle ne veut plus affronter les regards des gens qu’elle aimait, qui la connaissait. Elle ne vit plus chez sa grand-mère, depuis la tragédie elle habite seule dans un vieil appartement dans le centre de Londres. Peut de temps après son déménagement, sa grand-mère mourut. Ses parents lui envoient de l’argent de l’Asie, mais ils ne sont jamais allés la voir depuis qu’elle à quitté la maison de son enfance. Elle est abandonnée. Elle arrêta d’utiliser la magie pendant plusieurs mois, pour faire son deuil des défunts qui s’accumulaient autour d’elle.

Elle vient d’apprendre que Poudlard allait rouvrir ses portes, et elle se demande si elle doit y retourner ou non. Elle a trop de lacunes en magie pour se mettre à travailler, mais d’un autre côté elle a peur d’y retourner, d’être d’autant plus hantée par l’accablement. Elle veut revoir ses amis, même si elle a peur qu’il la repousse voyant qu’elle n’est plus la même. Elle ne sait pas quel choix faire, elle est tout de même restée une enfant, incapable de prendre des décisions importante.

Elle s’est promis qu’au bout de la ruelle elle sera décidée, quand elle rejoindra la grande artère lumineuse elle prendra sa décision. Elle va sortir de l’ombre pour entreprendre un retour vers la lumière. Plus que quelques pas.
Elle marche, ferme les yeux, sèche une larme. La voilà sur le trottoir de la grande rue, elle retourne à Poudlard.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hayden Buckley
| Elève de 5° Année |
avatar

Nombre de messages : 11
<b>Maison</b> : <span style="color: rgb(204, 51, 0);">Gryffondor</span>
<b>Préfère les Designs</b> : Mignon
Date d'inscription : 16/04/2008

Livre du Personnage
Humeur:
10/10  (10/10)
Animal: Rat/Souris
Bloc Notes:
MessageSujet: Re: Que s'est-il passé ?   Mar 30 Sep - 21:17


  • Hayden se rappelait bien de la fameuse sortie de ski. Qui pouvait avoir oublier ? La jeune fille était restée cloitrée chez elle à attendre bien sagement que le Père Noël lui apporte ses super jouer. En gros, plus chian tu meurs. Elle n'avait pas eu le droit de sortir de chez elle pendant toute les vacances à cause du petite heure de retenue en compagnie d'un professeur qu'elle deteste autant que la matière qu'il enseigne : l'histoire de la magie. Elle s'était simplement endormie, comme la plupart des élèves de sa classe. Si on devait donner une estimation, on aurait dit les trois quarts était affalés sur leur bureau, laissant échappé de la bave sur sa feuille. Elle avait donc passé la plupart du temps à jouer à l'ordinateur pour regarder qui est en ligne sur msn (personne) à manger (surtout des moilleux au chocolat). Assise sur sa chaise, elle repensa à la scène du lutin qui l'avait transformé en gamine de six ans. Ce jour là avait été le plus drole de toute sa vie. Elle s'en souviendrais jusqu'a sa mort tellement elle avait rit. Elle avait failli faire pipi dans sa cullotte. Mais ce temps là était fini et elle replongea dans sa nostalgie de ses camarades. Ils était là-bas en train de s'amuser, enfin, c'est ce qu'elle pensait, quand elle entendit à la radio que quatre meurtre avait été comis. Hayden s'effondra en larme quand elle apprit cette horrible nouvelle. Elle ne pouvait si résoudre, des camarades de la célèbre école Poudlard avait été tué sur un télé-siège. C'était affreux. Elle ressentait une étrange sensation qui était très peu apparue chez elle auparavant : la peur. Hayden n'était pas une froussarde, mais quand le danger était là, elle ne pouvait plus rien supporter. Elle ne voulait pas absolument pas retourné à Poudlard, c'était une question de principe. Elle ressenti un vide quand elle fit un pas dans l'immenssissime batiment. Juste quatre malheureuses personnes manquante à la table, et c'est ainsi qu'elle devint plus solitaires comparer à la Hayden que tout le monde connaissait : heureuse d'être là et profitant de la vie au maximum.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Que s'est-il passé ?   

Revenir en haut Aller en bas
 
Que s'est-il passé ?
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [ Passé ]La bataille du Mont Gundabad
» Le reflet du passé [Terminé]
» Pour l'histoire , que s'est-il passé en 1994 entre le Dr Theodore et Lavalas
» Quelques interventions de Nickie dans un passé ...recent.
» Il est de retour ... Mais que s'est il passé depuis 3ans

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Mutinlutin Malinpesti :: ✖ ADMINISTRATION GENERALE DU FORUM ✖ :: ► Annonces & Activités :: • Activités-
Sauter vers: