AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Activité de Pâques ... ||PV TOM||

Aller en bas 
AuteurMessage
Lyle Patterns
Grand Méchant Loup
| 7ème année |
Grand Méchant Loup| 7ème année |
avatar

Masculin Nombre de messages : 661
Age : 27
Localisation : Nul Part ...
Humeur : Be-Lyle-queuse ...
<b>Maison</b> : <span style="color: SeaGreen;">Serpentard</span>
<b>Surnom de Lutin</b> : Lylou-Mou
<b>Préfère les Designs</b> : Potterien
Date d'inscription : 15/12/2007

Livre du Personnage
Humeur:
2/3  (2/3)
Animal: Rat/Souris
Bloc Notes:
MessageSujet: Activité de Pâques ... ||PV TOM||   Mer 21 Mai - 19:25

    Matin. Matin. Matin, et encore Matin. Un mot un peu dur pour les oreilles délicates de notre blondinou national. Erf, qu’il détestait les matins. Obligé de rendre les armes face au réveil impitoyable qui vous indiquait qu’il était déjà tard et que vous deviez vous levez sous peine de vous prendre une très belle dérouillée. Vraiment, le réveil était un méchant ennemi pour s’attaquer à un élève encore a demi dans les vaps. Surtout pour un élève comme Lyle. Non mais, quelle idée de le tirer de son sommeil, agité je reconnais, pour lui indiquer qu’il allait encore passer une journée bien monotone au sein de son école… Bon d’accord, on était le Lundi de Pâques, et l’adolescent se doutait que Poudlard allait prévoir quelque chose. Mais de là à ce que cela devienne une motivation pour le faire bouger de ses draps… fallait pas trop rêver. Le préfet avait l’impression de devenir de plus en plus flemmard à ses réveils. Etait-ce une influence des gens ? Ou bien peut-être qu’il grandissait ? N’importe quoi. Néanmoins, intérieurement, il savait très bien qu’il avait changé. Lui, si parfait, si insondable, si incompréhensible aux yeux des autres, avait commencé à devenir un peu plus ‘humain’. Il parlait d’avantage aux gens autour de lui, prenait plus de ‘plaisir’ dans les actions qu’il entreprenait, s’intéressait à d’avantages de choses, et se rendait même compte que des gens peuvent être ‘amicaux’ sans rien chercher en retour. Bien sûr, cela ne s’était pas fait en un jour : il avait fallut le temps, et ce n’était qu’un début. Mais tout de même, Lylou se trouvait lui-même impressionné de ses propres efforts. Quelques petits pas de plus vers l’humanité. Lui qui avait vécu si longtemps reclus, peut-être se déciderait-il enfin à s’extirper du joug de son père et à accepter sa liberté toute nouvelle. Un jour, probablement. Pour l’instant, il n’était pas encore prêt.

    Allongé sur le dos, Lyle passa une main sur son front pour en écarter les mèches blondes. Le haut de son lit à baldaquins était toujours aussi sombre. Les rideaux verdâtres donnaient à l’endroit une ambiance morose. Même pas de fenêtres avec le soleil. Mais qu’importe. Il savait qu’au-dehors il faisait jour. Un frisson parcouru son échine, tandis que sa main caressait dans un ultime réflexe le matelas à côté de lui. Il tourna son regard vers la place vide, puis secoua la tête. Il faudrait bien que Lyle se résolve un jour à accepter le fait que, plus jamais, il ne trouverait Lilian endormi à ses côtés. Le gryffondor avait quitté Poudlard précipitamment quelques mois plus tôt, après une période de troubles et de disputes infantiles entre lui et son petit ami. Oh, bien sûr, s’attribuer toutes les raisons d’un tel départ serait un peu pompeux. Non : si Lilian était parti, c’était aussi à cause des brimades des autres serpentards. Brimades qui étaient devenues de plus en plus violentes quand leur relation avait été rendue publique. Patterns n’avait jamais voulu que se soit le cas, il pour une nouvelle fois, il aurait eut raison. Enfin bon. Ne plus avoir le petit cinquième année aux oreilles de chats dans les parages avait bien sûr attristé le préfet, mais il y avait aussi un étrange sentiment : celui d’être de nouveau ‘libre’. Pas dans le sens d’être débarrassé d’un poids, loin de là ! Non, mais l’impression qu’il pouvait de nouveau faire ce qui lui chantait sans qu’il n’ait à penser sans arrêt à quelqu’un. Sans avoir à se cacher… Oui. Une toute nouvelle sensation, parmi la multitude que lui avait apporté son chaton…

    Penser à Lilian le rendit un peu mélancolique, et il décida d’en chasser les idées en se levant. Une douche semblait la bienvenue pour cet esprit embrumé, et c’est à peine vêtu d’un pantalon de pyjama qu’il se dirigea d’un pas lent vers la salle de bain du dortoir. Après s’être assuré qu’aucun de ses camarades n’avait eut la malencontreuse même idée que lui, il quitta ses vêtements et se plongea sous le jet d’eau bouillonnante. Un soupir s’échappa de ses lèvres entrouvertes, petite preuve de la détente dont il faisait enfin preuve. Lyle laissa couler l’eau un moment sur lui, se lavant de toutes mauvaises pensées et de tous soucis. Il se sentait à l’aise là-dessous, et maudit le ciel lorsqu’un de ses colocataires tapa à la porte pour qu’il le laisse entrer. Ok, ok, chacun son tour, j’ai compris ! Une serviette posée là fit office de tenue de substitution, avant qu’il n’en trouve une autre bien sûr, et s’est encore dégoulinant qu’il remit les pieds dans la chambre. Ceux-ci le traînèrent d’ailleurs jusqu’à sa valise où il mit un temps fou a choisir ses vêtements. Maniaque ? Oui, mais pas pour ça. Plutôt… paresseux. Aujourd’hui, même pas envie de s’habiller. Après tout, une serviette c’est bien aussi, non ? Bon ok, non. C’est ce que lui souffla sa conscience, à laquelle il fut bien contraint d’obéir. Et c’est ainsi que notre Lylou-Mou s’enfila un jean plutôt serré (contrastant avec ses habituels larges et délavés) d’un joli noir de jais, la première chemise qui lui tomba sous la main, sa paire de converse préférée (vous savez, les trucs tout tagués aux lacets multicolores… oui oui, cette paire là ! lol) et fit même l’effort de porter une ceinture. Alors qu’il allait passer la porte, un des gars du dortoir (un certain Kane, il croyait) l’attrapa par les épaules en riant et se mit à discuter. La tête ailleurs, Lyle se contenta de sourire distraitement, et ne comprit pas comment il se retrouva avec une cravate mal nouée et mal serrée autour du cou =_= Et puis qu’importe ! Direction, le petit dèj’ !

    Grande Salle. Grande Salle. Grande Salle … Mais où était la Grande Salle déjà ? –-’’ ! C’est quand même pas compliqué de retrouver la grande salle ! Oui, sauf quand on à la tête dans le brouillard x) M’enfin, notre petit préfet y parvînt sans dommages visibles, et s’installa à la table des serpentards. Autour, s’était l’effervescence : tous les premières années, et bien d’autres, s’exclamaient, riaient, s’amusaient, et il fallut bien quelques minutes à Lyle pour comprendre la cause de temps d’expansion verbale. Sur les tables, dans les coins, sur les armures, voletant… tout autour, se trouvaient des centaines d’œufs en chocolat ! Et pas n’importe quoi, du TRES BON chocolat ! Certains élèves les attrapaient à pleine mains et mordaient dedans jusqu’à en avoir tout autour de la bouche. D’autres s’amusaient à les collecter, certains même, les échangeaient. Baissant les yeux vers son assiette et son verre, le blond remarqua que certains possédaient des papiers mouvants : un lapin sautait d’un œuf à l’autre avec agitation par exemple… Clignant plusieurs fois des paupières tout de même quand il en vit un inscrire sur son côté « BONJOUR LYLE !!! », il se dépêcha de faire comme si tout cela n’existait pas. Et il était vachement fort pour ça.

    Ah, mais non Lyle ! Tu as promis de faire des efforts ! Allons, allons ! Ecoutes cet élève a côté de toi qui semble vouloir te dire quelque chose d’important ! Participes un peu ! Amuses-toi ! c’est Pâques ! Ok, ok… Esquissant un léger sourire, il finit par prendre part distraitement aux conversations. Mais à vrai dire, elles ne l’amusaient pas trop trop. Pas vraiment de gens avec qui il aimait parler, comme Earl, Easy, Landry ou Annaël… ou encore Ariel. Lucian non plus n’était pas là. Tiens donc, il aurait pourtant cru qu’il ferait office de parolier aujourd’hui. ‘fin bref. Pourtant, ceux qu’il ne souhaitait pas particulièrement voir étaient présents, eux… Du genre Mallaury, la Pouffisure adepte du prof de biologie a tête de carotte… et il en passe. Non vraiment, pas de quoi se distraire ici. C’est ainsi qu’il se leva de table, après avoir déjeuner, tout de même ! , et qu’il s’en alla flâner dans les couloirs. Allez dehors ? Rester dedans ? Hum … Tiens, c’est quoi cette tâche sur ma chemise ? De la confiture… Erf -.- ! Y’a pas un mouchoir dans une des po… hein ?! D’où ça sort, ça ? C’est avec surprise que Lylou extirpa de sa poche un œuf qu’il n’avait pas le souvenir d’avoir prit ! Il l’observa attentivement, truc bizarre qui avait osé se glisser dans ses vêtements, et haussa les sourcils quand il lut sur le papier : « Manges-moi, et de ton sort le lutin décideras ! » Quoi ces conneries encore ? Mais, comme il n’avait pas envie de réfléchir et que la tentation d’un morceau de chocolat finit par lui dire, le septième année finit par arracher le papier et croqua délicieusement dans le chocolat au lait.

    L’ennui, c’est qu’il ne savait pas qu’il venait de croquer en plain dans un sortilège … mais un sortilège de quoi ? Mystère !

_________________
    _____
    _____ This Is The End Up . ///
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://mutinlutin.forum-actif.net
Tom Streamin
Préfet de Gryffondor
| 7ème année |
Préfet de Gryffondor | 7ème année |
avatar

Masculin Nombre de messages : 165
Age : 25
<b>Maison</b> : <span style="color: rgb(204, 51, 0);">Gryffondor</span>
<b>Surnom de Lutin</b> : Tomychou
<b>Préfère les Designs</b> : Flashy
Date d'inscription : 16/12/2007

Livre du Personnage
Humeur:
10/10  (10/10)
Animal: Aucun
Bloc Notes:
MessageSujet: Re: Activité de Pâques ... ||PV TOM||   Ven 6 Juin - 23:33

Hm… Hm… Hm ? Emerger… Un seul but, émerger… Une main sur le front, le front brulant, le front blanc, parsemé de mèches brunes, fines… Des yeux noirs, profonds, en amandes, mais… fermés. (*SHBAF*) un corps presque nu, recouvert d’une couverture en soie, un corps nu, un corps envié, un corps aimé, un corps allongé impunément sur un lit a deux places, a baldaquin. Un corps qui prend absolument toute la place. Allez, ‘faut émerger. Se lever, ouvrir un œil, bouger un orteil, respirer, ouvrir les rideaux, s’aveugler volontairement…

Une lumière rouge passe à travers l’obscurité que Tom s’inflige, par ses beaux yeux clos. Des étoiles tourbillonnent dans ses doigts, ses jambes reviennent de l’enfer. Tom ne se rappelle pas n’avoir jamais été aussi groggy. Que s’était-il passé ? Que se passait-il ? Ou était-il ? Quel était ce poids qu’il sentait sur son corps ? Seulement son imagination, surement… Une main qui bouge… Enfin… Un doigt qui va ouvrir de force un œil, qui se baisse, pour identifier ce poids qui ne veut toujours pas partir. Pas sa mémoire… Nan… Une fille. Qu’est ce qu’elle fait ici ?? Qui c’est, déjà ? Elle a meme pas 14 ans, cette gamine. Elle est nue sur Tom, elle dort paisiblement, le tissu de soie laisse paraitre ses délicieuses hanches enfantines, tandis que son buste est posé délicatement sur celui de Tom. Il sent ses précieuses courbes se dessiner sur lui. Il sent ses cheveux blonds descendre en cascade sur ses reins, et chatouiller son ventre nu. Il sent sa poitrine, à croquer, soit dit en parlant, se soulever très légèrement au rythme de sa respiration. Il observe avec un petit sourire attendri celui de cette jolie fillette, posé doucement sur son visage, comme des fils d’or brodés sur une toile de satin blanc et rose, comme une douce plume qui passe au milieu d’une brise légère, devant un nuage moelleux et sucré. Tommy ne pouvait plus se défaire de ce joli minois. Mais elle avait beau être terriblement mignonne et attendrissante, qui était-elle ? Comment était-elle arrivée dans ce lit ? Elle paraissait jeune, quand même… Qu’avait fait Tom hier soir, pour qu’il se retrouve avec elle dans ce lit, au petit matin ? Il ne s’interrogeait pas vraiment sur l’occupation qu’ils avaient choisie pour occuper la nuit, non… ce n’était pas vraiment très dur a deviner, bien que Tom sente un marteau de fer taper ardemment sur son crâne. Avait-il bu ? Ou était-il contrarié ? Non, il n’était surement pas contrarié, puisque même si la migraine l’enfermait dans une bulle invisible, il se sentait léger, et paisible. Il avait surement du boire, ou fumer… Les deux ? Oui, c’était complètement plausible. Tom n’arrivait décidément pas a la réveiller, cette belle inconnue, il ne se lassait pas de la regarder, tout en lui caressant du bout des doigts son dos nu, sa peau toute douce et fine. Il passa son bras libre sous sa nuque, et resta environ 20 minutes ainsi, observant tendrement sa compagne d’une nuit, respirant doucement, sentant sa migraine passer a une allure d’escargot, fermant quelques fois les yeux, durant quelques secondes, pour sentir l’air frais entrer dans la chambre, oui, la fenêtre était restée ouverte toute la nuit. Tom savait bien qu’il allait bientôt réveiller la fillette, et lui faire comprendre qu’il ne la verrait surement plus, que c’étai une aventure d’une nuit, comme souvent, comme toujours. Les seules fois ou il n’avait pas vécu dans ce genre de vie délicieusement libertine, c’était lorsqu’il était avec Rayan, encore avec Rayan. Rayan… Ils s’étaient aimés longtemps. Tom avait vécu un long moment pour ses yeux, pour son sourire, pour son bonheur. Maintenant, ils s’ignoraient presque dans les couloirs. Ils avaient décidé d’un commun accord de se séparer, cela était mieux. Tom avait besoin de se ressourcer. Tom voulait rester ami avec Rayan, mais Tom avait encore du mal. Tom aimait Rayan, Mais Tom n’était définitivement pas fait pour la vie de couple. Tom était condamné à une interdiction d’aimer, sous peine de souffrance. La sentence était tombée, elle ne serait levée surement jamais. Pourquoi la vie était-elle si impassible ? Tom n’était pas du genre a se poser beaucoup de questions, mais cet incident qui était survenu dans sa vie avait retourné le quotidien de Tom. Il se posait des questions, il réfléchissait sur lui-même parfois, il se demandait pourquoi lui, juste lui, n’avait pas le droit d’aimer. Rayan n’avait pas été le juge de son procès, non, plutôt… plutôt le jury. Tom ne lui en voulait pas, justement, c’était plutôt a Rayan d’en vouloir a Tom. Pourtant, Tom avait voulu tout sauf faire souffrir celui qu’il aimait par-dessus tout. Fut un temps où il aurait pu se tuer pour les beaux yeux du serpentard. Maintenant, Tom était blasé, il était revenu à son état d’antant, quand il ne connaissait pas Rayan, quand il ne connaissait pas l’amour. Ou rien ne l’intéressait, à part les plaisirs de la vie. Finalement, Tom était comme ca, même l’amour ne le ferait pas changer.

Tom revint dans le monde des vivants, c'est-à-dire sur son lit, ou la jolie demoiselle dormait toujours paisiblement. Le jeune homme décida alors de réveiller la belle au bois dormant. Il la poussa très délicatement, pour se retrouver a coté d’elle. Elle s’étira, elle se réveillait. Tom se mit sur le coté, posant sa main sous sa tête, puis l’autre sur la hanche de la demoiselle. Elle ouvrit les yeux doucement, il lui sourit tendrement, elle lui répondit par un sourire charmant. Décidément, trop mignonne ! Nan, fallait pas se laisser faire. Tom allait lui dire, mais il n’était pas comme tous les autres. Il n’était pas du genre à expliquer sèchement aux jeunes filles que ca n’était qu’une partie de baise, rien d’autre, et qu’il fallait qu’elles partent au plus vite si elles ne voulaient pas se prendre une baffe dans la gueule. Non, Tom était différent. Tom était toujours différent. Lui, il expliquait calmement, doucement, souvent avec une voix presque amoureuse. Il serrait la fille dans ses bras, avant qu’elle s’en aille, quand elle le voulait, bien sur, ce qui n’était pas souvent, car la plupart du temps, elle s’en allait en pleurant, courant presque nue dans les couloirs. Tom était gentil, il comprenait qu’il faisait du mal aux gens, aux jeunes filles, aux jeunes garçons. Il n’allait pas changer parce qu’il en était conscient. Il en avait toujours été conscient. Il n’avait jamais changé.


« Salut toi.

-Salut, Tom.

-Tu as bien dormi ?

-Oui. Tom, je t’aime.

-… Comment tu t’appelles ?

-Lena.

-Lena… C’est très joli comme nom. Tu es très jolie, Lena.

-Tom, c’était magnifique cette nuit. Je t’aime.

-Lena, il faut que tu comprennes quelque chose. Tu as quel age ?

-14 ans.

-Lena, tu as 14 ans, je vais en avoir 18. Tu es trop jeune. Je ne vais pas me plaindre, ni te critiquer, c’est moi qui t’ai poussé a venir ici, je suppose. Mais, Lena, tu es bien jeune. Je suis quelqu’un de… de… Comment dire… Je ne peux pas t’aimer, Lena.

-Mais pourquoi ?

-Je ne suis pas fait pour aimer. Tu sais, j’ai adoré cette nuit, de ce que je m’en souviens. Tu es très gentille Lena, tu es atrocement belle. Je ne pourrais pas rêver meilleure fille que toi. Mais toi et moi, ca n’arrivera pas. Je suis désolé.

-… D’accord, je comprends. »

… Mature… Cette Lena impressionnait au plus haut point Tom. Etait-elle un ange ? Il ne savait pas vraiment, il n’avait pas envie de savoir, pour ne pas regretter encore plus ce qu’il était en train de faire. Il sourit, et ramena sa main qui était sur sa hanche dénudée. Il la posa tendrement sur la tempe de Lena. Il passa ses doigts dans les cheveux blonds, et lui murmura :

« Tu es surprenante, Lena. Je ne t’oublierai pas. Passe me voir, un jour, si tu en as l’envie.

-Je ne t’oublierai pas non plus, Tom. »

Lena posa un petit baiser sur les lèvres de Tom, puis se leva, s’habilla lentement, lança un dernier regard amoureux a Tommy qui s’était légèrement assis sur son lit, qui lui répondit par le même regard, puis sortit de la chambre. Tom baissa les yeux, et reste un long moment à somnoler, réfléchir, partir dans des mondes interstellaires… Quelle heure était-il, au fait ? Lorsqu’il s’était réveillé, il avait compris rapidement qu’il était trop tôt pour aller manger, mais maintenant après tout ce temps passé sans le voir fuir ? Tom passa un regard furtif vers la fenêtre. Le soleil était levé. Ses yeux bougèrent alors vers le réveil. Il était bien tard. La tête du préfet se réfugia dans les oreillers. Fallait-il vraiment se lever ? Quelle punition, après une nuit si agréable… Une obligation que Tom détestait par-dessus tout, devoir se lever après une nuit délicieuse. La grasse matinée était, selon notre gryffy, le continument parfait d’une nuit passée a deux. Quel supplice, vous l’imaginerez, de devoir s’extirper de ce magnifique lit, pour quoi, en plus ? Aller en cours. Bon, c’était décidé, Tom allait de nouveau sécher. Il le faisait tout le temps, et aujourd’hui devait être la journée la plus mérité niveau repos. Mais cela n’empêchait pas que Tom allait devoir se lever… Nan….. Nannnnn… Bon, allez… 1, 2, 5, go !

Tom se retrouva dans la salle commune en si peu de temps qu’il ne comprit même pas comment il avait fait. Il n’arrivait même plus à se remémorer les scènes suivant son lever du lit, jusqu'à son arrivée a ce point précis. Il était vêtu d’un jean baggy, avec les poches remplies par son paquet de clopes et son feu, et une chemise noire. Elle n’était pas complètement boutonnée. Comme d’hab, quoi. Tom regarda autour de lui, deux trois élèves étaient assis sur le canapé, lisaient leurs livres de cours. Les autres devaient être en train de manger dans la grande salle. Il se rendit compte a ce moment la que c’était l’heure de petit déjeuner, et qu’il n’avait pas DU TOUT faim. Solution rapide : ne pas manger. Il sortit alors de la salle commune, et commença à se promener, comme a son habitude, sans regarder ou il allait, faisant juste attention a ne croiser aucun prof. Quel préfet indigne… C’était bien pour ca qu’il avait le poste, non ? Tom divaguait donc par ci par la, sans vraiment réfléchir, sans vraiment être absent, il marchait, juste, sentant le sol sous ses pieds, l’air sur sa peau, le poids de son corps sur ses jambes. Il repensait a Lena. Elle était vraiment bien, cette fille. Il aurait voulu la connaitre plus, mais s’il avait fait cela, il l’aurait surement fait plus souffrir qu’il ne l’avait fait, et il avait beau ne pas arrêter de faire du mal aux gens, ca n’était pas un plaisir non plus, surtout avec ceux qu’il aimait bien.

Tom n’était pas seul. Il ne remarqua la silhouette lointaine devant lui que quand il put distinguer ce qu’elle faisait. Elle mangeait un chocolat. Pâques ? Ah mais oui ! Pâques ! Il se souvenait enfin quel jour on était. Mais qui était la silhouette ? Le jeune homme observa des cheveux longs et blonds, un corps et un visage qu’il connaissait. Il l’avait déjà vu. C’était… Hm… Ah oui ! Dominic ? Non, pas ca…. C’étaiiiiiit…. Ah mais ouiiii, son collègue préfet, Lyle ! Tom le remettait, c’est bon. Que faisait-il ici ? Pas plus que Tom, surement… Il avait l’air d’apprécier le chocolat, en tout cas. Tom n’avait jamais eu de réelles affinités avec Lyle Patterns. Cet homme ne cherchait pas vraiment les rapports humains, et Tom n’étant pas un grand acharné, il n’insista point. Mais la, il allait lui passer devant le nez, ca serait très malpoli de l’ignorer. Il avança donc lentement, a son allure normale, d’escargot, vers Patterns. Quand il fut assez près, il lui lança d’une voix sans grand enthousiasme, pour lui faire part de sa présence, mais avec gentillesse et politesse, agrémentée d’un sourire amical :


« C’est bon, Lyle ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lyle Patterns
Grand Méchant Loup
| 7ème année |
Grand Méchant Loup| 7ème année |
avatar

Masculin Nombre de messages : 661
Age : 27
Localisation : Nul Part ...
Humeur : Be-Lyle-queuse ...
<b>Maison</b> : <span style="color: SeaGreen;">Serpentard</span>
<b>Surnom de Lutin</b> : Lylou-Mou
<b>Préfère les Designs</b> : Potterien
Date d'inscription : 15/12/2007

Livre du Personnage
Humeur:
2/3  (2/3)
Animal: Rat/Souris
Bloc Notes:
MessageSujet: Re: Activité de Pâques ... ||PV TOM||   Jeu 12 Juin - 10:01

    Du CHO-CO-LAT. Un met qu’il ne s’accordait pas si souvent que cela. Aussi dès que ses lèvres effleurèrent la douce gourmandise, un frisson de plaisir descendit de sa nuque à sa colonne vertébrale, frisson glacé qui s’infiltra dans sa moëlle osseuse, remonta vers son cerveau, alla chatouiller ses neurones pour ensuite se propager au sein même de tous les nerfs de son corps. Oh oui, un délice. Délice amplifié lorsque ses lèvre croquèrent avec délectation l’œuf brun, faisant éclater la paroi solide en une dizaine de morceaux plus petits, qui se glissèrent alors de part et d’autre de sa bouche en une explosion de saveurs toutes meilleures les unes des autres. Puis il y eut la période où tout le chocolat se met à fondre sous la force des dents et la chaleur de la langue, avant de glisser lentement vers le fond de la gorge pour enfin y laisser une trace indélibile et tant attendue. Dieu que c’était bon ! Lyle mangeait bien trop rarement cette friandise, mais plus il la savourait, et plus il se disait que priver quelqu’un d’un tel met était un véritable Crime contre l’Humanité ! Comment Herival avait-il put oser interdire à son fils cadet de goûter une telle chose ? Un tel cadeau de la nature réservé aux grands et surtout petits, leur permettant de s’éveiller à la joie des sens et aux délices de manger quelque chose de si bon… et de bien trop éphémère. A peine en avait-il avalé une bouchée qu’il en prit une autre, laissant involontairement un peu de chocolat au bord de sa bouche. Pas grave, sa langue effacera cette trace rapidement lorsqu’elle s’en rendra compte, absorbant toute trace du moment de pur plaisir prit par le préfet.

    L’œuf disparut bien trop rapidement à son goût. La saveur resta quelques instants dans sa bouche, il en profita pour fermer légèrement les yeux. Finalement, il avait peut-être bien fait de se lever ce matin x) ! Le papier qu’il tenait dans sa main fut froissé par son poing sans aucun ménagement, puis enfouis au plus profond de sa poche. Il fut tout de suite oublié. Je l’avais bien dit que c’était très facile pour Lyle d’oublier les choses rapidement sur simple choix. Mais là, ce n’était pas seulement ‘simple’, c’était ‘inné’. Enfin bref. Moment de plaisir terminé. Retour à la réalité. La DURE réalité =.= Que faisait-il avant de se faire interrompre par un œuf de pâques ? Manger ? Non, vu qu’il se trouvait dans le couloir… Aller en cours ? Non plus, c’était Pâques, alors il ne risquait pas d’aller en cours un jour férié. Ou alors, c’est qu’il était bête. Vous imaginez Lyle bête ? è.é ! Non, c’est ce que je me disais. DONC, il n’allait pas aller en cours xD ! Les options qui s’offraient à lui diminuaient à vue d’œil, mais il en restait tout de même un certain nombre. Retournez à la salle commune ? Berk, il faisait beau, pourquoi se priver d’aller dehors ? Mais avait-il vraiment envie d’aller dehors ? Qu’est-ce qu’il pourrait y faire… du quidditch, fallait pas trop compter sur lui, glandouiller sur un banc, pas trop non, avec tous ses amoureux qui roucoulent dans leur coin ou tous les débiles qui cherchent des œufs… Retourner prendre son violon et s’entraîner ? Pourquoi pas, mais s’entraîner où ? Raaaah, trop de questions >.< ! Va te faire foutre, Patterns, à toujours penser à 50 millions de choses au lieu d’en choisir une et de t’y tenir !! Hein ? Moi, j’ai pensé ça ? Oula, je… !!!!

    Se fut d’abord un picotement. Doux, mais de plus en plus agaçant. Au niveau de la tempe. Puis le picotement se fit plus pressant, devenant peu à peu l’équivalant d’un véritable marteau qui souhaitait enfoncer un clou de toutes ses forces dans le crâne de notre préfet préféré. Aïeuh ! C’était quoi ce délire, il se souvenait pas avoir bu pour avoir une gueule de bois à ce point… et puis d’ailleurs, les gueules de bois c’est au réveil, pas trente six mille ans plus tard ! u_u Sous le choc de ce brusque mal de tête, il porta la main furtivement entre ses mèches blondes histoire de voir si frôler l’endroit douloureux pouvait faire disparaître la douleur. Perdu Lyle. T’y croyais vraiment ou quoi, boulet ? >.< ! L’impression qui suivit cette auto dérision lui fit l’effet d’une douche froide : comme si on lui déversait dessus des litres et des litres d’eau littéralement glacée et incroyablement lourde. Son souffle se coupa un instant sous le choc, son cœur sembla rater un battement tellement il crut voir le temps s’arrêter. Ses yeux captèrent de plus en plus flou et de plus en plus sombre durant de rapides secondes, comme un mauvais film qui se met au ralentit. Sa main gauche attrapa sa chemise au niveau de son torse, objet devenu soudain comme insupportable sur sa peau. Il eut froid, puis chaud, de nouveau froid… avant d’avoir l’impression que l’eau s’évaporait alors qu’on le plongeait dans les entrailles bouillonnantes des Enfers… Puis, Plus RIEN. Oui, RIEN. Ce fut comme s’il ne s’était rien passé. Le poids s’en alla comme il était venu, la douleur sonna à la porte des absents, même ses yeux papillonnèrent comme s’ils le trouvaient bizarre de s’inquiéter ainsi d’une situation banale.

    «
    Que c’était-il passé ?! » Voilà ce qu’il aurait du habituellement se demander. Sauf que… sauf qu’il ne le fit pas ! Et ouais, dingue hein ? Non, il le fit pas, et en plus, il se dit que ceux qui se posaient ce genre de question étaient vraiment des andouilles qui ne comprenaient rien à la ‘vraie’ vie en ce bas monde ! Tiens, mais lui normalement, il se demandait ça ! Euh, lui ? C’était qui lui, d’abords ? Il était le fameux Lyle Patterns, préfet de Serpentard, il allait pas s’emmerder de questions inutiles et bonnes à foutre au feu ! Mais, depuis quand il pensait comme ça ? Oula… Lyle se sentait étrange. Un corps un peu fourmilleux, mais le sang qui circulait dans ses veines lui donnait une étrange impression de chaleur. La chaleur de la dynamite. La chaleur de quelqu’un qui n’hésite jamais, n’a peur de rien et encore moins des gens et qui fait ce que bon lui semble quand il lui semble. Mais, c’était pas lui, ça ! Pourquoi est-ce que, soudainement, il avait l’envie de se mettre à courir et de sauter sur le premier être ‘séduisant’ venu pour n’en faire qu’une bouchée ?! Si le hasard lui faisait croiser Ariel, ou Ilana… Dieu qu’il avait envie de hurler ! Il ‘pétait la forme’ à proprement parler, mais surtout… il avait énormément de malice à revendre ! Oh que oui, qui allait être la première victime du ‘NOUVEAU LYLE PATTERNS’ ? Se redressant fièrement, il écarta les mèches devant son visage et observa rapidement le plafond de ses yeux vairons. Pas où commencer… La journée ne faisait que débuter, ça allait être un vrai massacre, mwahaha !

    La réponse vînt d’elle-même. Une voix masculine se fit entendre en face de lui : « C’est bon, Lyle ? » Victime trouvée ! Quoique, a quoi ressemble-t-elle ? Hum… Une grande taille, des cheveux sombre coiffés un peu n’importe comment (pas coiffés serait le mot en fait xD), des jolis yeux, une belle gueule en fait… ouais, ce mec était pas mal, même, très bien ! Tiens, mais il le connaissait ! C’était ce bon vieux Tom Streamin ! Il le connaissait comme ça, rapidos, et il devait avouer que le Lyle habituel ne l’appréciait pas plus que ça : ils discutaient de tout et de rien quand ils devaient se croiser, mais sans plus. Pas vraiment de liens. Pas vraiment d’amitié. Les deux partis ne s’en plaignaient jamais… jusqu’à aujourd’hui ! Lyle avait bien la soudaine intention de remédier à cela. Son habituel lui n’avait donc pas remarqué à quel point le préfet de Gryffondor pouvait être sexy ? Quand bien même les habituelles rumeurs circulant entre les commères de Poudlards, il était vrai qu’il devait être quelqu’un de passablement… je vais pas dire le mot xD Premier arrivé, premier travaillé ! En plus, il lui adressait la parole ! Notre Lylou envoûté n’allait pas le laisser filer aussi facilement mwahaha !

    Son regard croisa celui de son collègue. Hopla, ça c’est fait ! Le fixant sans aucune gène notable, un sourire emprunt de malice apparut sur son visage, un sourire presque de diablotin farceur qui le rendait incroyablement sexy… et différent de d’habitude. Il poussa un soupir, s’étirant comme il ne l’aurait jamais fait, tirant au passage sur sa chemise pour en défaire un ou deux boutons décidément de trop parmi les boutonnés. Ses pensées tourbillonaient à une telle vitessse qu’il ne les entendaient même plus. D’ailleurs, il s’en foutait royalement de ce qu’il pouvait bien penser… Une réponse franchit ses lèvres, doucereuse et faussement amicale, exagérément pleine de sous-entendus :

✖ C’est tout bon, Tom ! Et toi, quelle drôle de surprise de réserve cette journée ? …

    Sl gardait encore une trace de chocolat sur sa lèvre. Sa main l’essuya d’un revers, comme pour attirer l’attention de Streamin, avant qu’il ne fasse un geste brusque dans sa direction : ses bras se tendirent vers le bout d’Gryffou, ses doigts se refermèrent sur la chemise qu’il portait, avant de l’attirer en avant et de le plaquer délibérément contre le mur de pierre. Sans daigner le lâcher, il l’immobilisa et alla alors capturer les lèvres du sixième année dans un baiser sulfureux et totalement incontrôlé. Imprévisible, voilà qu’il l’était devenu. Et il fallait avouer que… parvenir à choper Tom de la sorte lui apparaissait comme la première victoire de son nouveau caractère. Aha ! Ca, c’était fait ! Et il était pas prêt de laisser filer sa nouvelle cible ! Qu’importe qu’il soit un mec en train de rouler un pelle à un autre, à ce stade, on s’en fout royalement tant qu’on prend un minimum son pied *BAF* Les commérages, ça s’oublie. Il y avait déjà eut l’histoire avec Lilian, alors pas mal savaient que Lyle était attiré par les Hommes. Il y avait aussi eut des histoires sur Tom, on savait que son dernier petit ami était chez les Serpentards. Alors, quite à se faire plaisir, autant le faire avec quelqu’un qui avait déjà de l’expérience dans le domaine !

    Présomptueux et arrogant, vous trouvez, pour Lyle ? Mais il vous demande pas votre avis ! x) Et si Tom n’était pas content, tant pis. Lyle parviendrait sans doute à le convaincre sans aucun mal. Il était capable de trouver les arguments qu’il fallait. Je dirais même plus, il se sentait capable de Tout. Véritablement tout. Sortez couverts, mes amis, aujourd’hui, Lylou-Mou se déchaîne ! Et ce n’est peut-être pas que pour votre bien… mwahaha ! *sors*

_________________
    _____
    _____ This Is The End Up . ///
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://mutinlutin.forum-actif.net
Tom Streamin
Préfet de Gryffondor
| 7ème année |
Préfet de Gryffondor | 7ème année |
avatar

Masculin Nombre de messages : 165
Age : 25
<b>Maison</b> : <span style="color: rgb(204, 51, 0);">Gryffondor</span>
<b>Surnom de Lutin</b> : Tomychou
<b>Préfère les Designs</b> : Flashy
Date d'inscription : 16/12/2007

Livre du Personnage
Humeur:
10/10  (10/10)
Animal: Aucun
Bloc Notes:
MessageSujet: Re: Activité de Pâques ... ||PV TOM||   Ven 1 Aoû - 21:34

… Nié ? Faut revenir quelque peu en avant la, Tom n’a pas tout compris a ce qu’il passe…. Il était encore en train d’avancer, en train de sourire a Lyle, et avant même d’avoir enregistré dans sa tête la réponse du serpentard a sa question, voila qu’il se retrouvait collé contre le mur, et même sort pour ses lèvres, mais la, contre celles du blond. Oo ? Tom était tellement surpris qu’il avait collé ses mains contre le carrelage froid du mur, et avait complètement oublié de fermer les yeux, louchant sur ceux fermés de Lyle. Bon, ne vous attendez pas a voir les paupières de Tom ouvertes a outrance comme font les gens normaux quand ils sont surpris, nan, Tom est incapable d’ouvrir grand les yeux. Ils n’étaient juste pas fermés, comme quand on embrasse normalement quelqu’un, capiche ? Bon. Revenons a nos deux préfets chéris. Comment Lyle avait-il fait pour changer d’une façon si radicale ? Lui qui ne parlait jamais à Tom, qui paraissait presque associable. Lui que Tom n’aurait jamais abordé, même si c’est vrai qu’il avait déjà laissé ses yeux s’égarer quelques fois sur ses chemises trop ouvertes, lors des réunions…. Mais jamais il n’aurait pensé Lyle capable de faire ce qu’il était en train de faire, avec une telle fougue, en plus ! Il ferma les yeux, la surprise se dissipant, laissant place à un désir naissant. Il voulait maintenant profiter de ce baiser endiablé, ne plus se poser de questions inutiles. Il sentait la respiration forte de Lyle contre lui, il sentait son corps apparemment en éveil contre le sien, et il se disait que finalement, s’être levé n’avait pas été une si mauvaise idée… Ses doigts se décrochèrent du mur, et sa main gauche alla se poser sur la hanche du blondinou, alors que la droite allait défaire les quelques boutons encore attachés de la chemise de Lyle. La sienne était déjà déboutonnée, il l’avait défaite alors qu’il se promenait dans les couloirs. Peut être allait-il trop vite ? Non, surement pas, vu comme Lyle l’avait attrapé, il ne devrait surement rien trouver de rapide, au point ou ils en étaient… Tom avait envie de lui, la, maintenant, en le voyant dans cet état. Mais il ne savait pas s’il faisait durer le plaisir, comme il le faisait souvent, pour s’amuser en mieux en profiter après, ou s’il apaisait son envie sulfureuse tout de suite, ce qui pouvait être excitant aussi, y aller sauvagement, sans ménagement… Hm…

Il passa une cuisse entre les jambes de Lyle, et appuya quelque peu. Alors que la chemise du serpentard était déboutonnée, les doigts fins de Tom allèrent caresser, doucement, presque timidement la peau du blond, d’abord son épaule, descendant sur son bras, s’égarant alors, et allant frôler ses hanches… Il ne put s’empêcher alors de pousser un soupire plein d’envie, en tirant vers lui le corps de Lyle, les collant encore un peu plus. Il sentait sévèrement la chaleur lui monter au corps, et son bas ventre s’éveiller sérieusement… Il ne s’était donc pas trompé, Lyle Patterns était réellement excitant, quand il le voulait. Terriblement excitant… Tom prolongeait le baiser, savourant les lèvres du préfet serpentard, les goutant avidement, tendrement, mordant à plusieurs reprises doucement la lèvre inférieure de la bouche lylienne. Il enleva ses mains des hanches, et les remonta pour saisir le cou du serpy, pour intensifier leur baiser. Il passa sa langue sur les lèvres de Lyle, d’un coup de langue fougueux et plein d’envie, et c’est alors que l’imprévisible arriva…..

Tom n’avait jamais été un grand mangeur de chocolat, contrairement a énormément de monde. Il n’en raffolait pas, il en grignotait quelque fois quand il en avait l’occasion, mais rien de plus. Et la, malheur, il y avait gouté, et ca ne lui avait VRAIMENT pas réussi… Il restait un petit peu de chocolat dans le coin des lèvres de Lyle, et Tom l’avait avalé, frissonnant sous le gout sucré de cette bouche qu’il embrassait passionnément. Il sentit alors une chaleur intense le prendre de toute part. Il pensa d’abord que c’était Lyle qui lui faisait cet effet, même si ca l’étonnait que ca arrive si vite, et d’un coup… Mais après quelques secondes, il se rendit compte que c’était autre chose, parce qu’outre son excitation, il sentait un malaise le prendre dans le torse. Il n’arrêta pourtant pas de l’embrasser, se raccrochant aux lèvres de Lyle, faisant attention de ne pas ouvrir les yeux de peur de voir le monde tourner, le prenant dans ses bras, serrant peut être un peu fort… Il sentait son corps s’écraser contre le sol, et le sol remonter, il avait passé ses bras autour de la taille de Lyle, et serrait, serrait, pour ne pas tomber. Il sentait un vent glacé et brulant a la fois lui retourner le cerveau, et ses jambes trembler à en choir, sa respiration devenir de plus en plus forte et saccadée… Et soudain, stop. Plus rien. Il se sentait parfaitement bien. Son cerveau allait très bien, ses jambes encore mieux, et ses bras avaient desserré les hanches de Lyle. Seul problème : POURQUOI ETAIT IL COINCE ENTRE LYLE ET UN MUR, EN TRAIN DE LE PELOTER A MORT ???? Que faisait-il ? Quelle horreur ! Enfin, quelle horreur u_u non, c’était même… plutôt bien. Mais mais mais… Mais non ! Il ne pouvait pas faire ca ! Il n’était même pas capable de regarder quelqu’un dans les yeux !! Il n’était plus le même qu’avant, il n’était pas capable d’aller si loin, surtout avec Lyle. Il ne pouvait pas continuer, il était tellement stressé maintenant qu’il allait surement décevoir Lyle s’il continuait…

Tom frissonna, posa ses mains timidement sur le torse de Lyle, poussa doucement, et délia leurs lèvres. La tête baissée, ne sachant plus ou se mettre, il reprit son souffle doucement, laissant ses mains sur le torse dénudé de Lyle. Il releva alors les yeux sur ses mains, les observa, et, se rendant compte qu’elles étaient toujours sur le corps du blond. Pris de panique, il les retira d’un coup, les regarda, et les baissa, les laissant le long de son corps. Il releva la tête, et regarda Lyle, rouge de honte. Comment avait-il pu accepter, se laisser faire ? Il ne savait plus ou se mettre. Et puis pourquoi Lyle s’était-il jeté sur lui ? Il ne savait plus quoi faire. Qu’est ce qu’il avait honte !


« Euh… Hm… Lyle… »

Qu’allait-il lui dire… Il baissa les yeux, comme pour chercher une façon de se faire le plus petit possible, et disparaitre rapidement. Mais apparemment, ca ne marchait pas. Que fallait-il faire ? Déjà, il retira sa jambe d’entre celles de Lyle, et la ramena devant lui… Shame on me, Tom, Shame on me… En même temps, en y regardant de plus près, même si son comportement avait changé a cause de ce maudit chocolat, il était toujours excité, et même s’il était devenu terriblement timide, il avait toujours, au fond de lui, terriblement envie de Lyle. S’il ne sentait pas cette envie tout au fond de lui, il serait déjà parti vers la porte du couloir en courant, la tête baissée. En fait, il retenait ses jambes de tomber, ou de se mettre à débouler… Hm… Il releva la tête, et lança un regard a Lyle, qui paraissait vraiment… Gamin. Enfantin. Trop mignon. Il leva une main, qui s’arrêta a sa bouche. Il mâchonnait un beau de peau de son pouce, nerveusement, ne lâchant pas le regard de Lyle, se raccrochant a ses yeux pour ne pas mourir. Son autre main se leva, et stoppa, elle, sur sa chemise noire, ouverte. Ses doigts attrapèrent doucement un bouton, et se mirent a le tripoter, comme un enfant pris en faute, cherchant désespérément quelque chose pour s’occuper, pour ne pas être trop captivé par sa punition. Il tentait d’esquisser un sourire, mais il n’y arrivait même pas. Il se demandait quelle tête ca pouvait bien lui faire, la timidité et la honte… Il n’avait encore jamais ressenti ca, ces sentiments, ces émotions, elles lui étaient complètement étrangères. Et, pour tout avouer, il n’aimait vraiment pas ca. Il se sentait mal à l’aise en lui-même, complètement renfermé, prisonnier de ses gestes. Il sentait son cœur se serrer dans sa poitrine, comme s’il voulait prendre une grande bouffée d’air et ne pouvait que se frotter contre sa cage thoracique, comme si des feux d’artifice lui éclaboussaient entre les veines. Il sentait son cerveau se contracter, il sentait le feu lui bruler les cellules gauches de son cerveau, il sentait sa nuque s’engourdir sous le poids de la honte.
Cela faisait déjà quelques minutes que Tom se tenait la, sans rien dire, comme un enfant pris en faute. Il se décida alors a faire quelque chose, sinon, ils allaient passer la nuit ici. Son pouce quitta ses lèvres, et sa main descendit rejoindre l’autre sur la chemise. Il baissa les yeux quelques secondes, pour prendre son courage a deux mains, et releva les yeux vers Lyle, plus rouge que jamais, sûr qu’il allait bégayer. Il ouvrit la bouche, et essaya de parler, mais rien ne sortit. Il resta la quelques secondes, béat, ne sachant que faire. Il réessaya. Ah, ca avait marché…


« Je… Euh… »

Hm, ouais, bon, pas terrible x). Mais il ne pouvait rien dire d’autre, impossible pour son organisme u_u… Il laissait donc libre service a Lyle. Mais… Qu’allait-il faire ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Activité de Pâques ... ||PV TOM||   

Revenir en haut Aller en bas
 
Activité de Pâques ... ||PV TOM||
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» La véritable histoire de Pâques + bonus
» L'île de Pâques
» Baisse d'activité du roi des voleurs
» Rapport d'activité : "Biker des enfers"
» Kotei Lille (WE de Pâques 3/4 Avril)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Mutinlutin Malinpesti :: ✖ PREMIER ETAGE ✖ :: ► Couloirs & Escaliers-
Sauter vers: